Comment j'y suis venu (02)


Comment j'y suis venu (02)
Texte paru le 2019-01-02 par Charly Chast   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg

Cet auteur vous présente 392 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5467 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Charly Chast.


Template-Books.pngSérie : Comment j'y suis venu




'''Épisode 2 : L'Essayage'''




Ça ne suffisait pas. Je me branlais rapidement, le but était de débander ce n'était pas le plaisir. Ceci dit, c'est malgré tout pas désagréable… Si vous n'avez qu'à essayer vous verrez… J'étais excité moi après la visite de Francis et même après avoir éjaculé je ne débandais pas tout de suite. Je me calmais, enfin j'essayais, je respirais bien à fond… Zen !

Au bout d'un moment, je parvenais à passer sans difficulté le cock-ring. Là, ce n’était pas difficile, j'en porte souvent un et donc je connais bien ma taille. Le plus compliqué c'était d'enfiler la cage… Rapidement je recommençais à bander et je me pressais avant que ça ne devienne impossible. Finalement c'était fait. Ouah ! Pas cool ! Là ce n’était pas cool ! Je sentais ma bite complètement écrasée dans le dispositif, c'était presque douloureux.

À l'entrée de la cage ma peau était comme pincée, rapidement ça devenait douloureux. Bon il faut s'habituer ! Le dispositif était très discret finalement, pas confortable du tout, mais discret.

Il faut s'y habituer, aussi je décidais de le garder pour le reste de la journée. Je partais au boulot comme ça ! Je sentais bien le truc, je le sentais tout le temps. Quand on est habitué, ça doit être super, mais là moi je n'étais pas habitué et si par moment ça ne se passait pas trop mal, la plus grande partie du temps c'était douloureux, de plus en plus douloureux… Avant la fin de l'après-midi c'était devenu insupportable ! Je décidais de le retirer ! L'objet terminait la journée dans ma poche.

Pas cool ! J'étais un peu déçu ! Je m'étais fait une joie de faire une expérience excitante et finalement là j'étais dégoûté. Quand je rentrais chez moi, j'avais encore mal, un tout petit peu mais encore un peu ! Ça m'avait calmé cette histoire !

Le soir, arrivé à la maison je prenais une douche, il y avait quelques traces, rien de bien grave, mais c'était sensible et quand je sortais de la douche je ne bandais pas… J'espérais que ça allait me faire fantasmer, me frustrer et ça m'avait seulement calmé les pulsions. Certainement pas pour longtemps, mais là, j'étais calmé !

Ce soir-là je ne faisais pas de recherches sur l'Internet. J'étais dégoûté, je mangeais tôt, je ne regardais même pas la télé et je me couchais tôt également. La nuit se passait bien. Le lendemain matin je n'avais plus la moindre douleur, tout allait bien, je bandais au réveil, comme d'habitude… Avant de me lever je me branlais, comme d'habitude !

Pour ce qui est du port du dispositif je décidais de faire une pause. Oui je sais, j'avais commencé la veille et déjà je faisais une pause, c'est pathétique…

Ouais bein vous pouvez vous marrer mais ce n’est pas si facile que ça en a l'air. À en croire certains, allez hop on enfile le truc et on rigole, on s'amuse, on en tire un plaisir comme on n'a jamais connu… Dans la réalité, on enfile le truc et on le retire trois heures plus tard parce que c'est devenu douloureusement insupportable ! Non ce n’est pas drôle ! Là je ne fantasmais plus, mais plus du tout !



Le week-end arrivait et Francis passait me voir pour me proposer une sortie.

— Francis : On se fait un chinois pour commencer ? Tu en penses quoi ?

— Moi : Un chinois ! Tu sais que je n’ai jamais été particulièrement attiré par les asiatiques moi !

— Francis : Tu me fatigues ! Je parlais d'un restaurant, pas du voisin !

— Moi : Oui, mais il faut avouer que dit comme ça c'est trompeur, tu dis ça à n'importe qui et qu'est-ce que tu crois qu'il va comprendre ?

— Francis : Il va comprendre que je parle d'un restaurant ! Il n'y a que toi qui as l'esprit tordu !

Finalement on se faisait un chinois et plus tard en boite Francis se faisait un coréen… Mais là je ne parle pas d'un restaurant !

Moi je me trouvais un petit jeune… Enfin petit jeune, oui il faisait une tête de moins que moi et paraissait tout jeune, en fait, il avait mon âge. Il avait une petite bite mais ce soir-là c'est moi qui pilotais.

Il avait l'air d'en vouloir le p'tit gars ! Francis et moi étions tranquillement installés au bar, on picolait en cœur et on rigolait bien de voir les danseurs sur la piste, deux mecs nous mataient du coin de l’œil, un petit (c’est celui que je me suis fait) et un plus grand de type asiatique. Ils étaient mignons tous les deux mais c'est sur le petit que mon regard s'attardait. Il me rendait tous mes regards.

D'un geste de la main Francis les invitait à nous rejoindre, on continuait la discussion à quatre. Lentement le plus petit s'approchait de moi, j'en faisais de même, je m'approchais de lui, je lui touchais la main, il me caressait le bras. Il se collait à moi, je lui passais le bras autour du cou. Doucement nos visages se rapprochaient, nos lèvres se touchaient et quand nous échangions notre premier baiser nos deux amis étaient déjà enlacés. Il était mignon, son visage était doux, sa petite taille m'amusait, une tête de moins ! Ça faisait longtemps que je ne m'étais pas fait un mec dans ce genre, son corps était mince mais ferme. Et en plus il n'était ni timide ni farouche.

Dans toutes les boites de nuit convenable il y a une salle sombre, une black room ou une back-room (en fait je n’ai jamais réussi à savoir lequel des deux c’est). C'est un recoin discret et douillet où on peut faire plus ample connaissance. Bon d'accord j'enjolive un peu le décor !

Il me prenait par la main et m'y entraînait, à peine arrivé on se prenait dans les bras, on s'embrassait et rapidement nos mains se promenaient sur le corps de l'autre, les chemises s'ouvraient, les pantalons aussi. Il avait une petite bite et ça me faisait tour drôle quand je le suçais. Je suis habitué à plus encombrant dans la bouche. C'était une petite bite mais elle marchait bien, il bandait ferme et je la prenais complètement dans la bouche sans aucun effort, il appréciait.

Ensuite c'était son tour, ou le mien, ça dépend comment on voit la chose. Il avait plus de mal que moi mais il s'en sortait bien, il avait de l'entraînement. À la manière dont il s'y prenait je devinais qu'il était passif et que j'allais bientôt lui défoncer le cul. En attendant j'appuyais sur sa tête et donnais des coups de bassin. Je me laissais aller, je pensais à mon plaisir, il poussait des sons gutturaux des plus rigolos. Je lui tenais la tête, ça m'amusait.

On inversait les rôles de nouveau. Il me tenait la tête et se lâchait comme je l'avais fait. Malgré tout c'était plus facile pour moi que pour lui. On faisait durer le plaisir. Il me lâchait la tête, se penchait vers moi et doucement, à l'oreille…

— Lui : Encule-moi !

Je me relevais, j'étais en forme et ce soir je ne penserais pas à ces dispositifs de chasteté… Il se retournait contre le mur, écartait les jambes et me disait simplement '' Vas-y doucement, elle est balaise''…

Je n'en tenais pas compte… Je lui lubrifiais le cul, je me lubrifiais bien la queue puis je le prenais dans mes bras, l'embrassais dans le cou, sous l'oreille et appuyais ma bite contre son anus. Ça résistait, je poussais, il respirait plus fort et gémissait. Un petit cri de douleur et un mouvement pour me retenir. Je le serrais alors plus fort dans mes bras et augmentais la pression contre son cul qui résistait toujours. Il gémissait, je l'embrassais pour le faire taire. Il avait du mal à se la prendre dans le cul, je poussais encore plus fort et je sentais la résistance disparaître, il se dilatait bien et je m'enfonçais.

Là il poussait un long gémissement et un véritable râle qui n'exprimait pas que du plaisir. Il voulait me retenir avec sa main, je l'attrapais et lui maintenais fermement les deux mains devant lui, en le serrant de toutes mes forces contre moi.

— Lui : Tu me fais mal !

— Moi : Détend toi, tu vas voir !

— Lui : Tu me fais vraiment mal !

— Moi : Ne résiste pas tu vas aimer !

Ça c'est mon côté mauvais garçon ! Moi j'aime bien quand ça résiste et qu'il faut forcer un peu. Comme me dit toujours Didier, une vieille copine à moi : '' On n'est pas des gonzesses on est des mecs quoi ! Quand on se fait enculer on aime bien le sentir !'' Je suis sûr qu'il devait aimer le p'tit, il râlait mais il aimait. Enfin moi j'aimais et je pensais surtout à mon plaisir à ce moment. La chasteté, ça a du bon, ça motive… Et j'étais motivé !

Dans un mouvement lent, il faut tout de même y aller doucement on n'est pas des sauvages, j'enfonçais ma queue en entier et appuyais mon ventre contre ses fesses. Il gémissait et je le sentais trembler dans mes bras. Sa respiration était forte, une main me caressait les fesses puis se glissait entre mon petit camarade et moi. Elle descendait doucement jusqu'à la base de ma bite, entre mon ventre et les fesses du p'tit. J'entendais une voie bien masculine murmurer : '' C'est bon ça, j'adore... ''. Le mec approchait son visage du mien et on s'embrassait, je continuais à pousser ma queue dans le cul de mon petit partenaire.

Il gémissait, par moments j'avais l'impression qu'il pleurait ou un truc dans le genre. Bon un mec ça ne pleure pas juste parce qu'il se fait enculer, il me faisait du cinéma le gars. En fait il adorait ça. Un second mec s'était placé juste derrière moi et je sentais sa queue qui se glissait entre mes cuisses. Je retournais la tête et l'embrassais sur la bouche. Il me saisissait par le bassin et me tirait vers lui, je suivais le mouvement, ma queue ressortait du cul du petit bonhomme que je tenais fermement, il gémissait plus fort. Puis le mec derrière moi me repoussait vivement en avant, ma queue rentrait de nouveau dans le cul du premier qui poussait un hurlement de douleur. Douleur, plaisir ? Je suppose que oui !

Il me tirait en arrière et je répondais dans l'instant, il me poussait en avant je me laissais guider et progressivement j'accélérais le mouvement. Le mec devant voulait se dégager mais il ne râlait plus. Il gémissait de plaisir c'est sûr. Mes mouvements devenaient amples et rapides, il gigotait semblait vouloir se dégager mais je le retenais. Je sentais la queue du deuxième homme qui nous avait rejoint, elle glissait entre mes cuisses, il semblait bien monté. Je refermais mes cuisses et il réagissait en me donnant un baiser dans le dos, juste à la base de mon cou, ça me faisait frissonner. Je m'enfonçais complètement dans le cul du premier garçon, sans prévenir le second m'enfonçait sa queue dans le cul ! C'était du lourd, je gueulais, il mettait sa main sur ma bouche pour me faire taire. Il y allait un peu fort le gars ! Je n’ai rien contre, mais il aurait pu prévenir !

Il s'enfonçait bien à fond, j'en faisais de même avec l'autre et ne bougeais plus ! Rapidement il me limait le cul sans ménagement. Dans un même temps il me tirait vers lui quand il avançait son bassin et me repoussait quand il se reculait, je finissais par me laisser aller et suivait le mouvement, je me faisais limer le cul et je limais le cul du petit gars devant moi.

Au début les mouvements étaient amples et réguliers, par moment ils s'accéléraient et perdaient en amplitude, plus rapides, plus courts. Quand il me donnait un violent coup de rein je réagissais par le même mouvement et je poussais un cri de plaisir le gars devant moi en prenait autant et il gémissait également.

Les mouvements devenaient très rapides, mais vraiment très rapides, ils étaient alors très courts. Ils ralentissaient, plus amples puis moins réguliers, de moins en moins réguliers et pour finir totalement irréguliers. Violents, rapides, doux et amples, lents et courts… Je me contractais, je tremblais, j'éjaculais, mon souffle était fort et derrière on me pilonnait le cul sans retenue, il ne mollissait pas le mec derrière moi et je me cramponnais au premier garçon qui était devant moi, je le caressais et je constatais que lui aussi il avait éjaculé, il avait joui.

Le gars derrière ne se retenait plus, ses mouvements devenaient irréguliers, rapidement il jouissait dans mon cul. On restait ainsi immobiles pendant un petit moment puis l'un après l'autre on se retirait, on se rendait présentable… Je sais dans ces boites de nuit on n'est pas très regardant mais ce n’est pas une raison pour avoir l'air d'un grigou !

Je prenais les escaliers et revenais dans la salle du bar. Mes camarades mes suivaient, je remarquais arrivé au bar que personne ne m'avait suivi. De toutes façons je ne risquais pas de reconnaître le mec qui m'avait enculé, je n'avais pas vu son visage. Je n’aurais pas oublié de vous dire que ces salles discrètes et douillettes ne sont pas éclairées, on n'y va pas pour rigoler et se tenir la conversation. Tous les contacts sont tactiles… Cool non ? Il n’y a pas ça dans la boite que vous fréquentez d'habitude ? Je vous rassure, c'est très convenable… C'est une salle interdite aux filles ! De toutes façons il n'y a pas beaucoup de filles dans cette boite de nuit.

Au bar je retrouvais mon copain Francis, il était toujours avec le coréen qu'il avait rencontré, ils discutaient, ils étaient restés sages tous les deux ( ? ) . Ce n’est pas dans ses habitudes ça ! J'espère que Francis n'est pas malade ! Il me le dirait si ça n'allait pas ? On se connaît depuis un bon moment maintenant !

Finalement je me rassurais quand ils montaient tous les deux dans la voiture. Francis me confiait les clés, et s'installait à l'arrière avec son nouveau copain… Ouf ! Ça va il n'est pas malade, il a simplement décidé de prendre son temps, de faire preuve d'un peu de romantisme et de baiser son pote dans un lit plus confortablement. Si ça ce n’est pas du romantisme, moi c'est que je n’y connais rien ! Et vous avez pu constater que je m'y connais en tendresse amoureuse ! Vous avez remarqué, non ?

Je me retrouvais donc tout seul dans mon lit, je me sentais bien. Finalement ça a du bon ce jeu de la chasteté ! Ça fait moins d'une semaine que j'ai commencé et déjà… Ouaaaah ! C'est cool ! Bon je me branlais un petit coup rapide avant de… Puis je m'endormais et passais une nuit reposante.

Je me levais tôt, il était à peine quatorze heures du matin quand je me réveillais. Une petite branlette rapide pour me sentir en forme… Je vous ai dit que j'étais un branleur ? Enfin maintenant vous savez… Mais pas que… Je suis aussi un enculé ! Au sens propre du terme pas au sens figuré, je suis un garçon adorable et je ne fais pas de mauvais plans à mes copains et copines des deux sexes…

La chasteté j'adore, et ce programme d’entraînement que je viens de commencer me fait un effet incroyable ! Non, je ne déconne pas, depuis le début de la semaine j'ai déjà passé pas loin de trois heures avec ce truc sur moi !

Enfin deux heures et demie !

Mais en tout cas ça marche bien, je ne me sens pas frustré mais bien excité tout de même ! C'est cool !

Et puis c'était absolument insupportable ! Je ne recommencerai jamais ! Ça fait mal ce truc ! Ça coince la peau ! Et la pression sur la bite est trop forte ! C'est vraiment douloureux en fait…

C'est trop petit !

Le truc il est trop étroit ! Beaucoup trop étroit ! Pourtant ils disaient sur internet que ça devait marcher. Il y avait bien quelques témoignages qui disaient le contraire mais ceux-là je n’en ai pas tenu compte.

C'est vrai quoi, si on ne peut plus croire tout ce qui se raconte sur l'Internet on va où ? Déjà qu'à la télé… Mais qu'est-ce que je raconte-moi, ils ne parlent pas de ça à la télé et les infos au moins elles sont sérieuses, pertinentes et vérifiées…



Bon je délire depuis combien de temps moi ? Ce matin il était quatorze heures quand je me suis réveillé… Ah ouais ! La vache il va bientôt faire nuit. Bon il est temps que je me lève, j'ai loupé la journée de samedi, je ne vais pas louper la nuit de samedi à dimanche… Manquerait plus que ça !

Il faut que je me prenne une douche, bon ce soir je reste sage… J'ai mal au cul !

Sous la douche je me savonnais longuement. Je me branlais longuement aussi… La chasteté je vous dis ça stimule ! Mais c'était juste pour… Enfin… Comme ça… Sans arrière-pensée… Bon ça va, laissez tomber je dis n'importe quoi !

Je me suis branlé parce que je suis un branleur ! C'est tout !

Je ressortais de la douche tout propre avec une belle quéquette qui pendouillait lourdement devant moi. Je me séchais et passais dans ma chambre. Je m'habille comment moi ? Je mets quoi pour la matinée moi ? Matinée… Peut-être pas, il est déjà dix-huit heures passées. Ça ne me dit pas ce que je vais mettre pour la soirée…

Mes yeux tombaient accidentellement sur la petite boîte qui contenait le dispositif de chasteté et… Si je… Non ça fait mal et j'ai dit que je ne le remettrais jamais, ça fait trop mal !

Passer le cock-ring c'est facile, une couille d'abord puis la seconde. Pour la queue si on ne bande pas ça ne pose pas de problème. En quelques secondes c'était fait. Je prenais la cage dans la main, l'examinais dans tous les sens, longuement bien en détail. J'hésitais un moment puis je me souvenais des conseils que j'avais lus sur l'Internet et je décidais de les suivre (moi non plus je ne lis jamais les modes d’emploi) peut-être que là ça va marcher !

Un peu de gel et rapidement avant que je ne bande je glissais ma queue dans le truc… Ça ne passait pas si mal ! C'était tout de même étroit, très étroit même ! Mais finalement c'était supportable ! Je refermais le dispositif, ça passait mieux que la dernière fois. J'avais raison, il faut s'habituer. J'étais pris d'une violente envie de me branler, ouais je sais, vous devez vous dire que je suis un branleur et bien… C'est vrai !

Mais j'étais héroïque… Je gardais le truc sur moi, je savais que ce serait dur de ne pas pouvoir me faire plaisir mais je savais aussi que je réussirais à tenir. J'ai beaucoup de volonté.



Ce qui est le plus dur dans la chasteté, c'est la privation. L'impossibilité de se branler. Je tiendrai le coup même si je n'ai pas eu de plaisir depuis… Ah oui, c'est vrai je ne m'étais branlé que deux fois depuis la nuit passée. Mais je vous le dis comme je le pense… Le plus dur ce sont les longues périodes et déjà… Ce n’était pas facile !

Par mesure de sécurité je prenais un pantalon un peu large. Les pantalons bien moulants, ça me va comme un gant. C'est sexy et je suis beau comme un cœur dedans. Les pantalons plus larges, ça me va comme un gant aussi et je suis très mignon aussi dedans. Les costumes, je ne vous dis pas, je suis super craquant dans un beau costume bien ajusté. C'est simple tout me va ! Mais bon, je m'éloigne un peu du sujet…

Je sortais donc et je portais le dispositif de chasteté. Rapidement ça devenait dur à supporter. Ma queue était vraiment à l'étroit dans ce truc ! Il est trop petit c'est sûr !

Finalement je parvenais à le supporter toute la soirée, mais quand je rentrais, la première chose que je faisais était de le retirer.

Ça fait mal et je ne le remettrai jamais ! C'est hors de question !

Je laisse tomber, c'est une expérience idiote, il n'y aura donc pas de troisième épisode à cette histoire de fous !

Chuis dégoûté moi !

FIN !


Je sais ça fait court et ça se termine en queue de poisson ! Au départ j'avais prévu de terminer la queue en cage, pas en queue de poisson mais il faut reconnaître qu'arrivé là c'était mal parti !
Le dispositif n'était pas supportable, trop petit. Ça faisait vraiment mal. Au niveau longueur peut être un peu plus long mais à peine ça devrait aller. Mais au niveau de la largeur, là on pouvait prendre le problème dans tous les sens, c'était trop petit. Comme tout le monde le sait, chaque solution à son problème aussi, ne partez pas trop loin, je vous raconterai comment j'ai trouvé la solution à mon problème la prochaine fois.