Dépravation 02 - le sex-shop.


Dépravation 02 - le sex-shop.
Texte paru le 2012-01-19 par Sarish   Drapeau-be.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 5 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 11920 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 2012 — Tous droits réservés par Sarish.


Le réveil sonne, j'ouvre les yeux en frémissant, comme chaque matin je mets quelques secondes à me restituer. Je m’étire un peu, une belle érection matinale entre les jambes. En regardant mon sexe tendu, je me remémore l'épisode d'hier. Je m'assieds sur mon lit, et je réfléchis. Hier j'ai agi en lope. J'ai sucé un presque inconnu, j'ai adoré ça et je me suis complètement lâché, j'ai du mal à me dire que je n'aurais pas du, c'était pervers et vraiment excitant, j'arrive encore à sentir le goût du sperme que j'ai du boire, j'ai la gorge sèche. Je me lève et je vais prendre une douche.

Ça fait une semaine que j'ai goûté à ma première queue, j'ai un peu parlé au type sur mon avant de le bloquer, je ne me sentait pas vraiment d'humeur à remettre le couvert, même si ça m'a excité et que ça a chamboulé les fantasmes, j’hésite encore. Depuis ce jour là, je ne regarde plus que des annonces et des histoires gays, je tchate encore parfois en me faisant passer pour une fille, mais je sens bien que mon excitation a changé. J'ai aussi modifié ma façon de me branler, maintenant je me caresse souvent mon petit trou, j'explore parfois l’intérieur, curieux des nouvelles sensations. Et je bois mon sperme à chaque éjaculation. De plus en plus ce goût m'excite, l'odeur me rend dingue, je me surprends parfois à renifler un de mes caleçons souillés. Je pense que je nourris en partie l'envie de devenir une lope, j'ai envie de me retrouver dans une situation comme j'en imagine, plusieurs queues qui abusent de moi, devenir un vide-couille, être couvert de foutre.

C'est un peu dans cet esprit que j'ai décidé d'aller au sex-shop, il y en as un pas loin de chez moi, ils ne sont pas très regardants et j'ai déjà acheté quelques vidéos et un masturbateur. Cette fois-ci, je tourne dans la petite allée "gay" et j'explore, la couleur dominante est le noir, lanières de cuir, masques, gode, je finis par trouver l'étagère qui regroupe les plugs. Cet objet m'a toujours excité, dans les histoires que j'invente, les héroïnes en portent souvent un en journée, peu importe les occasions, je m'imagine maintenant moi en porter un en cours, dans le bus, à la maison. Je secoue la tête et je cherche un peu une taille acceptable, certains sont de véritables monstres de plus de 15 centimètres de diamètres. Je finis par en récupérer trois, un petit de 3,5 cm, un plus gros de 4,5 et un de 6, je prend un pot de lubrifiant avec. Le vendeur est sympathique, je discute un peu avec lui et de fil en aiguille, j'apprends qu'il y a aussi une arrière salle avec des glory-holes... et qu'il cherche quelqu'un pour s'en occuper, mon matos lui a fait penser que je pourrais être du genre à le faire, il ne prend pas la peine de me demander mon âge et me montre une petite porte après m'avoir vite donner les infos dont je pourrais avoir besoin.

Je rentre dans une petite cabine noire, il y a des coussins au sol et un genre de petite chaise pour me mettre à l'aise, je m'installe et je sors le petit plug, après quelques hésitations, je retire mon pantalon pour me caresser l'anus avec un peu de gel lubrifiant. C'est froid, mais je peux me glisser deux doigts après quelques secondes de préparations, je finis par poser le plug au sol, sur sa base et je m'empale lentement, je sens mon cul s'ouvrir, la sensation est étrange, quand il passe la partie large et se rétrécit, je lâche un soupir d'aise, je me sens dilaté, j'ai envie de chier, je suis rempli. Je m'assieds bien, chaque mouvement le fait bouger en moi, la sensation de gêne disparaît lentement. C'est différent de quand je me rentre des doigts, mon sexe est dur, je me caresse. Soudain, on toque sur la cloison devant moi et un sexe apparaît, il est plus fin que celui dont je me suis déjà occupé, l'odeur monte jusqu’à moi, ma gorge s'assèche, je pose une main dessus et je le caresse lentement, c'est terriblement excitant, je sens que je suis une chienne, je me penche pour prendre son gland entre les lèvres, je ferme les yeux, snifant son sexe tout en le caressant de ma langue. Timidement, j'essaye de le faire rentrer plus loin. Cette odeur me fait saliver bordel. J'ai de la bave sur le menton, j'arrive à le rentrer au fond de ma bouche, j'ai le visage collé à la paroi, ce membre entre mes lèvres, planté dans ma gorge, je pose mes mains à plat sur le mur et je commence à faire de rapide mouvements dessus, lia salive le fait luire, je continue, alternant les coups de langues et le simple ramonage de gorge, je sens qu'il aime ça, toutes ces scènes que j'ai décrites sur le tchat me reviennent à l'esprit, et je m'applique pour être une bonne salope. Le sexe tremble un peu et lâche son foutre dans ma bouche, je le lâche une seconde, et je fais jouer le liquide poisseux avec ma langue, il a un goût différent, plus fort, moins salé. C'est exquis. J'avale lentement, et je reviens prendre en bouche ce sexe qui as déjà un peu ramolli, je le nettoie et le lâche, il sort. J'ai du sperme et de la salive sur le menton qui dégouline, je m'efforce de lécher. Une nouvelle queue apparaît.



Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!