En levrette... sur son lit!

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG133.jpg


Numéro 133

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 133
Date de parution originale: Décembre 2004-Janvier 2005

Date de publication/archivage: 2017-08-05

Auteur: Stéphane
Titre: En levrette... sur son lit!
Rubrique: Bonnes résolutions 2005

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 4764 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Je viens de baiser mon premier mec. C'est tout récent puisque ça date de seulement deux jours. Jusque là, je n’avais couché qu'avec des filles sans en retirer vraiment du plaisir. En fait, cela faisait plusieurs années que je luttais contre mes tendances naturelles et contre mes vrais désirs en me racontant toutes sortes d'histoires. Sans doute à cause de mon éducation et d'une pression de la société qui est toujours aussi forte contre l’homosexualité. J'ai donc tout fait pour me persuader que j'étais un pur hétéro. Mais au fond de moi-même, je savais très bien que je me mentais et que je trichais avec la réalité de mes envies sexuelles.

Je suis donc sorti avec Julie, Tania, Marine... Il y a eu aussi Claire et Angélique. Plus quelques flirts qui n'ont jamais dépassé le stade du baisers et des caresses furtives. Avec toutes ses filles, je n'ai pratiquement rien ressenti. Même si je bandais sans problème lorsque je baisais avec elle. Mais bon ! Leur chatte, leurs seins, leurs fesses, bof ! J'éprouvais des sensations nettement plus intenses devant les jolis mecs de la pub ou des magazines. Un vrai changement s'est produit dans ma tête le jour où j'ai acheté Lettres Gay, ma première revue de mecs. C'était pour me tester, pour voir comment je réagirais devant toutes ces histoires de baises et de mecs à poil. Tu parles ! Ça m'a foutu une trique pas possible, une gaule d'enfer. Je me suis branlé comme un salaud devant tous les jolis petits culs. Et j'ai passé une année en baisant avec des nanas (Angélique a été la dernière) mais en prenant mon pied uniquement lorsque je me branlais en feuilletant Lettres Gay. Par la suite, j'en ai acheté d'autres nettement plus hard...

Jusqu'à mon, dépucelage gay, mon premier coup de queue entre les deux jolies fesses d'un mec : Arnaud. C'est lui qui m'a dragué. On se croisait de temps en temps sur les cours de tennis. Et j'ai fini, à poil dans son lit. Au début, j’étais assez crispé et plutôt coincé. Et puis, quand il a commencé à me sucer, j'ai complètement perdu la tête. Rien à voir avec ce que j'avais pu éprouver avec une fille ! Ça me plaisait terriblement de voir cette bouche avaler mon pieu alors que moi, en même temps, je tripotais un cul de mec, une bite raide et une paire de couilles. Il était là, mon vrai désir. Je ne pouvais plus le nier mais aussi, je n'avais plus du tout envie de le nier. Puis, Arnaud m'a proposé de l’enculer. C'était surtout ça qui me faisait envie.

Il s'est mis en levrette en cambrant bien son cul. J'ai léché sa rondelle avant de me mettre une capote et je l'ai sodomisé. C'était fabuleux, une sensation indescriptible... Je suis ressorti entièrement de son cul puis, je me suis enfoncé encore, prenant soin de m'introduire jusqu’à la garde. J'avais l’impression que jamais je n'avais bandé aussi dur, aussi raide, ni que ma bite ait été aussi grosse. J'ai joui comme un fou, comme si c'était la première fois que je jouissais. J'ai tellement eu du plaisir que quelques minutes plus tard, encore très excité, je l'enculais une seconde fois.

Aussi, c'est décidé ! L'année est bientôt terminée. Une autre va commencer et je veux que ce soit aussi une autre vie qui va débuter. 2005 sera pour moi l'année de la baise, du sexe et des bons coups de queue ! L'année où je vais arrêter de me mentir à moi-même et vivre à fond mon homosexualité. C'est juré !

Stéphane, 26 ans