Fantasme en latex

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG133.jpg


Numéro 133

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 133
Date de parution originale: Décembre 2004-Janvier 2005

Date de publication/archivage: 2017-08-05

Auteur: Guillaume
Titre: Fantasme en latex
Rubrique: Bonnes résolutions 2005

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 4133 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Pour 2005, outre les résolutions classiques du genre j’arrête de fumer, je vais faire du sport et j’arrête de tromper mon mec, j’ai envie d’ajouter à cette liste quasi annuelle si je puis dire une dernière résolution : pratiquer ou plutôt m’initier au SM. J’ai toujours été attiré par le SM sans jamais trouver le courage d’essayer. Bon nombre de mes amis sont des fervents adeptes.

En fait tout est venu un soir quand ils m’ont emmené à une soirée SM, la soirée Domina. Ce fut comme un électrochoc. Déjà le seul fait de sentir une ambiance très particulière a réveillé mes sens mais surtout j’ai été immédiatement attiré par le look SM. Ces matières, le cuir, le latex, le métal et sans parler de la tenue vestimentaire en elle-même... Ce côté viril, très sexe, très bestial qui se dégage des mecs soumis ou dominants. J’étais complètement en transe.

Bien sûr le SM ne se résout pas pour moi seulement à l’apparence, il y a aussi tout le contexte psychologique qui a son importance, c’est même d’ailleurs ma motivation première. Je me sens un soumis dans l’âme. Je rêve de me faire humilier par un mec costaud, une vraie brute. Un mec à poigne qui sache me montrer qui est le maître. J’ai envie de connaître toute les sensations morales que l’on peut avoir en se sentant totalement dépendant du désir et du plaisir d’autrui. Ne servir qu’une seule personne, s’oublier pour faire exister l’autre. Je trouve ça génial. En outre, ce mélange de plaisir et de douleur en même temps me fascine.

Longtemps, j’ai cru que la douleur était l’opposé du plaisir et je suis convaincu maintenant que l’on peut trouver du plaisir dans la douleur et même en jouir. Je pense bien sûr que cela doit être fait par un expert et je n’ai pas envie de me retrouver dans les mains d’un apprenti dominateur qui fera n’importe quoi.

Voilà ce à quoi j’aspire pour cette nouvelle année qui démarre. Cravache, pince à seins, menottes pour les couilles, croix de St-André, Prince Albert etc... Je veux tout connaître.

Mon fantasme le plus secret ? Être allongé nu sur une table, complètement ligoté. Là, un homme cagoulé de latex s’approcherait de moi. Il ferait glisser sur mes couilles le manche de son fouet puis il me donnerait de petits coups sur les couilles pour les durcir et pour les faire rougir. Il m’intimerait l’ordre de ne pas me plaindre. J’aurai la trique grave, c’est certain. Il me mettrait ensuite des pinces à seins et les tétons complètement torturés je serai en extase devant mon maître, prêt à remplir ses moindres désirs.

Je sais parfaitement que le sexe à proprement parler n’est pas une donnée obligatoire dans le SM, la douleur et le plaisir pouvant largement contribué à la jouissance pure. Mais bon, dans mon fantasme, il est clair qu’après une séance torride de redressement, mon maître me ferait les honneurs de mon cul avec son braquemart que j’imagine épais et long. Il me défoncerait le cul en m’insultant et je prendrai mon pied comme jamais.

Voilà tout. Pour être franc, je pense que le tabac, l’alcool et la fidélité envers mon copain vont devenir des résolutions secondaires si vous voyez ce que je veux dire...

Guillaume, 24 ans