Formation d'esclaves (01)


Formation d'esclaves (01)
Texte paru le 2011-01-28 par Servus49   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 166 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 23970 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 2011 — Tous droits réservés par Servus49.


Template-Books.pngSérie : Formation d'esclaves

Je viens de recevoir ce courrier

Le 01 Mars

pierre (les prénoms des esclaves ne comportent pas de majuscules ceci étant réservé au Hommes)

Rendez-vous le 5 avril à 4h00 du matin au milieu de la place du peuple, pour une semaine de stage de formation. Vous apporterez dans un sac de sport : carte d’identité, clé de votre appartement et la description pour s’y rendre si vous vivez seul, une enveloppe contenant 1000 euros en billets usagés (frais de formation, ainsi qu’une lettre de motivation pour la nouvelle forme de vie que vous souhaitez pour vous (non signée). Vous serez habillé de la façon suivante : pieds nus dans des sandales fermées sur les talons vous permettant de courir sans risquer de les perdre. Short d’athlétisme blanc, veste de survêtement (peu importe la couleur). Vous serez abordé par un « chef » qui après avoir pratiqué quelques vérifications vous demandera de le suivre.

Ce stage pourra être interrompu à tout moment, soit par les formateurs, soit par vous, en signifiant clairement votre décision (pas sur un coup de tête ) en disant « Je mets fin à l’expérience et vous demande de me reconduire ». Cette décision sera irrévocable et sans retour possible. Vous seriez raccompagné dans les meilleurs délais au point de départ avec toutes vos affaires (les 1000 euros seront conservés par l’organisation).

Et croyez moi, mon vit ne mit pas longtemps à se redresser… et c’est avec difficulté que j’ai résisté à la tentation de m’astiquer, mais cela m’était interdit sans autorisation… Je me suis précipité sous la douche froide pour calmer mes ardeurs…

Mais sans tarder il faut que j’appelle éric pour savoir si lui aussi à reçu ce courrier… Je me mis à réfléchir.

Mais, s’il ne l’avais pas reçu ?

Mais si… il n’y a pas de raisons…

Mais à quelle heure passe le facteur chez lui ?

Il est 10h30… il est sûrement passé

06 48…

Ça sonne

— éric ?

— …

— Salut… Tu as reçu du courrier de matin ?

— …

— Oui, moi aussi. C’est super… Nous allons pouvoir nous initier à la soumission et cela ensemble en plus. On peut se voir ? Mais dans un lieu ou nous pourrons, sans trop de difficultés, respecter la défense qui nous est faite de nous palucher… donc ni chez moi, ni chez toi… ok ?

— …

— D’accord, dans un 1/4 d’heure au café en bas de chez toi, je file à tous de suite…

J’enfile rapidement mon short de chasteté( au cas où… ) un pantalon de survet, un tee-shirt et mon blouson. Trois stations de métro et me voilà 10 minutes après au pied de l’immeuble d’éric. éric n’est pas encore au café, j’entre tout de même car il ne fait pas chaud. Je choisis une table un peu à l’écart pour que nous soyons tranquille.

— Que désirez-vous ? m’interroge un serveur.

— J’attends quelqu’un, nous commanderons à son arrivée. Merci

Heureusement que j’ai pris mes précautions en mettant mon « short » car je bande à mort… Tant par le plaisir de revoir éric que par le courrier dont nous allons parler. éric entre dans le café, regarde autour de lui en me cherchant… je lui fais signe. C’est avec un grand sourire qu’il se dirige vers moi. Il n’a pas pris les mêmes précautions que moi en voyant la bosse déformant son survêtement (seul pantalon qui nous était autorisé de porter)… Voir mon regard dirigé vers cette bosse, le fit rougir. Le serveur avait repéré également cette déformation, ce qui le faisait sourire… Nous avait-il classé ? Éric à peine assis...

— Vous désirez ? (avec toujours son sourire)

Après avoir interrogé Éric du regard.

— Deux cafés.

— Alors, mon bonhomme, tu es heureux d’avoir reçu la lettre.

Je l’appelais souvent ainsi compte tenu de notre différence d’âge ; il venait d’avoir ses 18 ans et moi bientôt mes trente.

— Superbe, Je commençais à désespérer et voilà la suite de notre aventure qui va se poursuivre…

— Cette attente fait partie de notre formation… Nous n’avons à désirer que le bon vouloir de nos Maîtres.

— Oui mais tout de même, voilà près de 2 mois que notre première sélection a eu lieue.

— Tu parles pour la mienne car la tienne remonte à moins d’un mois, juste le lendemain de ton anniversaire…

— Oui…

— Dans quelle position l’as-tu lue ?

— À genoux, jambes écartées, tête baissée… comme il nous avait été demandé de le faire ! Et toi ?

— C’est bien, mais moi je me suis précipité et j’ai décacheté et lu la lettre debout…

— Tu dois te dénoncer et comme tu m’as mis au courant, je dois également en prévenir les Maîtres.

— Oui je sais et j’en accepte les conséquences qu’ils décideront pour moi, j’espère que ce ne sera pas l’exclusion…

— Non ce n’est pas trop grave…

— C’est toi qui le dit, mais les Maîtres qu’en diront-ils ? Mais parlons de toi… Comment vas-tu ? Ce n’est pas trop dur de rester chaste ? En voyant ton survêt je vois que tu bandes dur…

— Oh oui très dur,

Il me montrait la déformation lorsque le serveur apporte les cafés…

— Merci.

— Moi, pour éviter que je succombe, je garde mon short de chasteté le plus possible. Et je l’ai mis aujourd’hui. Ma queue est comprimée un max mais cela m’aide pour obéir.

— J’aurais bien voulu faire la même chose mais j’étais tellement pressé de te revoir et ma queue était tellement raide que je n’ai pas pu la coincer dans les lanières… alors je dois serrer les dents pour tenir.

— Tiens car tu sais que si tu succombes c’est l’interruption immédiate et définitive…

— Oh oui je sais, c’est la seule conséquence qui me fait tenir !

— Tu devrais demander aux Maîtres l’autorisation de porter une cage plastique en permanence qui te permet d’uriner mais qui t’interdit tout attouchement…

— Oui, tu as raison, sinon je ne sais pas comment je pourrai tenir… J’ai déjà dû signaler que je m’étais aperçu il y a deux jours le matin que j’avais taché mes draps durant la nuit…

— Et alors ?

— Cela ne doit plus se reproduire et que je devrai être trait dans les prochains jours… Je ne sais pas ce que cela veut dire… Tu le sais toi ?

— Oui, on te fera sûrement une piqûre pour t’anesthésier localement et tu seras branlé plusieurs fois de suite afin que tes couilles se vident totalement de ta semence. Tu n’auras aucun plaisir car l’anesthésie l’empêchera… Tu n’auras même pas le droit de regarder pour éviter que tu en tires un certain plaisir mental.

— Cela dure longtemps ?

— Cela dépend de la contenance de tes couilles.

— On te l’a fait déjà ?

— Pas sous cette forme mais cela dure plus longtemps : on te branle jusqu’avant la jouissance, on s’arrête 2 minutes pour que tu te calmes, puis on reprend la même procédure… Tu as le visage caché… Au bout de cinq ou six périodes tu ne ressens plus rien et tu finis par t’écouler sans jouissance…

— C’est la méthode artisanale ?

— Oui si tu veux...

— Je vais profiter du message pour annoncer ta défaillance pour demander la mise en cage et si cela est possible après la traite.

— Très bien, mais s’il te plaît, écris après que j’aie pu signaler moi-même ma défaillance. Je le ferai dès mon retour dans mon appartement. Tu n’as qu’à écrire au début de l’après-midi.

— Ok, je suis désolé de le faire parce que tu es mon ami, mais nous devons obéir à nos Maîtres qui nous ont ordonné de leur mentionner toutes les irrégularités que nous constations chez d’autres candidats à la servitude.

— De mon côté, je dois leur mentionner ton érection non contrôlée ce matin.

— Oui tu dois le faire.

— La convocation, c’est super, enfin un peu de pratique, j’espère que nous progresserons dans notre condition de soumis. Je ne sais pas ce que comporte le programme, mais faisons confiance à nos formateurs et Maîtres.

— J’espère que nous serons à la hauteur et que nous pourrons continuer notre formation ensuite…

— Je l’espère aussi, mais nous ne sommes rien et si nos Maîtres considèrent que nous ne pouvons pas leur procurer soit du plaisir soit simplement un service, nous serons rejetés. Il faudra être vraiment à la hauteur.

— Oui, ce n’est pas notre plaisir que nous devons rechercher mais bien celui de nos Maîtres et si nos Maîtres ont du plaisir et que nous n’en avons pas tant mieux, cela doit nous réjouir.

— Tu as bien compris notre condition et continuons à progresser.

À suivre...

Les Maîtres, donnez-moi des conseils sur ce que vous pensez être bien dans cette formation... Soumis ou esclaves ? Faites-moi part de votre formation ! Maitrepat