Frank, un ami très chaud et Sébastien (1)


Frank, un ami très chaud et Sébastien (1)
Texte paru le 1999-11-01 par Étienne de ACA   Drapeau-ca.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 70 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 9582 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 1999 — Tous droits réservés par Étienne de ACA.


(Suite de Frank, un Ami Très Chaud, Vraiment Chaud)

Nous allons encore au bar, pour prendre une bière et admiré les filles, non du tout, pour admiré et essayé de rencontré un jeune straight ayant un beau petit trou cul vierge

Un certain vendredi soir, il y avais un nouveau, un jeune de 18 ans maximum, beau petit mâle macho, se cherchant à tous prix une fille à baissé. Frank me dis:

— Regarde son beau petit cul, nous devrions trouver un moyen de l'inviter à la maison.

— Bien sûr, mais comment, il est vraiment beau petit mec, il regarde toutes les filles avec sa main dans sa poche de jeans, se la caressant et il ne boit pas beaucoup.

— Laisse-moi ça entre les mains, si tu es prêt à faire un peu de lavage ce soir !

— Du lavage comment ça !

— Donne-moi le verre de plastique vide, sur ta table voisine.

Je lui es passé le verre vide, il y a vidé sa bouteille de bière au complet, il a pris une bonne gorgée dans la mienne et il est parti avec le verre plein, rendu près de jeune inconnu, il fis un faux pas et renversa son verre sur le jeune mec, je voyais mon Frank, s'excuser.....

— Excuse-moi, je suis venu prêt de tomber, mais merde, tu es plein de bière !

— C'est bien, c'est un accident, mais qu'est-ce que je vais faire?

— Tu dois laver ça vitement, pour éviter les taches et enlever la senteur, si non, tu vas passer pour un ivrogne.

— Mais qu'est-ce que je vais faire, je vais me faire tuer, sentir la bière.

— Comment ça, tes parents !

— Mon père, je ne dois pas boire, si je sent la bière, ça va barder à la maison!

— Ne pleure pas, voyons. Tu n'a pas tes 18 ans?

— Non, j'aurai 18 ans, dans cinq mois.

— Dis, je peux peut-être t'arranger cela, dois-tu entrer chez toi tôt ou pas?

— Pas plus tard que deux heures et j'entre en cachette !

— Attend, deux minutes, je vais voir un copain, peut-être que tout va se régler vite et bien, attend moi ici.

Il est venu me rejoindre et:

— Il est cuit, alors tu fais un peu de lavage ce soir !

— Bien sur !

— Il étais en pleurs tantôt, il craint de rentrer chez lui, sentant la bière !

— Je vais laver son linge à la machine et son cul avec ma langue !

— Bien plus que lui laver, laver avant de lui salir de sperme épais et abondant!

Il repartit voir le jeune mec, pour lui parler...

— C'est d'accord viens à son appartement et nous allons laver ton linge pour effacer toute trace de ma bêtise !

— Tu es sérieux ?

— Je dois au moins faire cela pour toi, justement moi je suis Frank et toi !

— Sébastien, vous êtes cool les gars !

— Viens et je vais te présenter mon copain Martin.

Les présentations faites, il nous suivit à l'auto, jasant de tout et de rien, en route vers l'appartement, rendu à l'appartement. Je lui dis:

— Déshabille-toi, pour laver ton linge.

— Ou, tout de même pas au milieu du salon?

Tout en me déshabillant, je lui dis :

— Tu as quoi entre les deux jambes que je n'ai pas moi-même !

— Rien de spécial, je suis un mec comme vous deux !

— Hé oui, comme tu vois j'ai une queue et deux couilles, si tu n'en as pas, tu dois être malheureux, et pas pour rire.

— J'ai tout ce qu'il faut, pas aussi grande que toi, mais j'ai ce qu'il faut. Qu'il dit en riant de bon coeur !

— Tu es vraiment plus beau à voir en riant que tantôt !

Martin partit avec son linge pour le laver, à son retour il lui dit :

— Ca va être un peu, je dois faire deux brassées, à cause des couleurs.

— Je ne suis pas pressé, si je ne vous dérange pas trop !

— Tu ne déranges pas du tout, veux-tu une bière, pour te replacer de tes émotions ?

— J'en es déjà pris deux, et je ne dois pas sentir en rentrant !

— Du bon rince bouche, tu ne sentiras pas la bière et nous irons te reconduire chez toi.

Il prit une bière, nous jasions tous trois à poil, sans gêne. Martin lui demanda :

— Désires-tu prendre une douche, si tu as eu de la bière sur toi?

Il se passa la main sous ses belles couilles et il sentit sa main et dit :

— Non pas nécessaire.

— Laisse moi sentir pour être bien sur !

Martin se leva et se mit à genoux entre ses deux jambes et lui mis son nez direct à ses poils pubiens, il souleva ses belles couilles pour sentir dessous et remonta doucement, en léchant sa queue au repos. Sébastien tout surpris n'a pas bougé d'un poil !

— Tout est correct, tu sens juste le beau petit mâle !

Il a rougi et n'a rien dit, puis il continua :

— Je crois que je vais partir, il est déjà tard.

— Tu devras partir à poil, car tes vêtements sont dans la laveuse !

— Merde, c'est vrai, mais je ne suis pas...

— Pas quoi, tu veux dire que tu n'es pas gai, nous autres non plus !

— Ouf, je croyais!

— Prend une autre bière, ça va te remettre de tes émotions !

— Une dernière, alors !

— Si tu étais plus vieux, je mettrais une cassette XXX.

— Je n'ai pas eu la chance encore de baiser une fille, mais j'en rêve, mets ta cassette vidéo!

— D'accord, à tes risques et périls !

— Tu veux dire quoi par ça ?

— Simplement que tu va bander raide et avoir le goût de te la vider !

— He, He, je suis pour me la vider en plus, sa te dérange-tu si... tu sais quoi ?

— Non, c'est normal, de se la vider régulièrement, attendre les filles, on ne se la viderait pas souvent.

J'ai lançé la vidéo, Martin est allé voir au lavage, me laissant seul avec lui, plus facile de débuter à deux, qu'à trois. Surtout avec le timide Sébastien, dois-je être direct ou le travailler comme une fille et perdre une heure en préparatifs ridicules. Direct est ma position et décision... Je me suis dirigé vers la salle de bain, pour une bonne pisse et aussi jasé avec Martin. A mon retour, j'ai aperçu le beau jeune Sébastien, se masturbant de la main droite son beau gros 7 pouces, de sa gauche se serrant ses grosses couilles, se léchant les babines de sa belle langue, les yeux rivés sur la télévision, à mon arrivée près de lui, il a tout cessé, il a rougi, voyant que j'étais moi-même en érection, il m'a souri, je me suis assis, collé sur lui, en lui caressant la cuisse, lui léchant l'oreille, tout en caressant sa poitrine, il a gémi, il n'a pas reculé, je me suis approché pour l'embrasser, sa bouche s'est ouverte, pour un bon échange de salive, je me suis retiré, lui laissant le temps de réagir.

Quel ne fut pas ma surprise quand lui-même, il me prit la tête et il m'embrassa à pleine bouche lui-même me donnant sa langue, maladroitement mais il le voulait, il voulait apprendre, je lui ai donné sa première leçon, mais il apprit vite à embrasser, nous nous raclions la bouche en tout sens, quand Martin arriva, il le caressa de sa belle queue à sa poitrine, Sébastien se retourna et il se mis à montrer ce qu'il venait d'appendre à Martin, en l'embrassant à pleine bouche. Moi je me suis mis à lui sucer sa belle queue dure comme une barre d'acier, Martin m'à accompagné, à deux sur sa queue, il gémissait fortement, à tour de rôle, l'un suçant sa super belle queue et l'autre lui mangeant la belle grosse paire de couilles, en quelques minutes, il se mit à gueuler. Arrêtez, je vais jouir, arrêtez, OHHHHHHHHHHHHHH, martin à reçu une décharge volcanique de sperme, le beau Sébastien se lamentant, n'en finissait plus d'éjaculer, Martin la bouche bien pleine de ce qu'il n'avait pas avalé, il m'embrassa pour partager cette bonne semence épaisse.

Moi, je me suis mis à lécher cette belle queue toujours bandée raide, pour lui arracher ses dernières gouttes de bon sperme, lui mangeant son beau gros gland rouge vif.

Sébastien me supplia d'arrêter, que c'étais trop bon, il disait ma queue va exploser, je ne suis plus capable. Finissant par un triple baiser, pour que nous deux, nous lui donnions de notre salive mêlée à son super jus de petit mâle.

Il s'excusa, disant que cela était la première fois qu'il faisait ça, qu'il n'avait même pas eu de chance de trouver une fille à baiser, mais il avoua que c'étais extraordinaire et plus que ça, qu'il n'avait jamais joui à ce point de sa vie. Puis timidement, il demanda, s'il pouvait essayer de nous rendre la pareille.

Nous sommes restés assis bien les deux jambes bien écartées sur le divan et timidement, il se mit à nous masturber de ses deux mains, petit bec à un gland et à l'autre, pour commencer à sucer Martin, réussissant même à se la rentrer au complet dans la bouche, puis passa à ma queue, tout en jouant avec nos couilles, il suçait vraiment bien pour un débutant ou c'est nous qui étions excités par lui, moi et Martin nous, nous sommes regardés souriant et convenant, sans parler de jouir vite, pour ne pas effaroucher notre nouveau, dans l'espoir de le revoir, pour surtout pouvoir profiter de son super beau petit trou de cul vierge, Martin fut le premier à éjaculer, le pauvre Sébastien eût un haut de coeur en recevant les jets puissants de sperme dans la gorge, il cracha le tout sur le ventre de Martin, et souriant quand même, il passa à ma queue pour me faire jouir à mon tour abondamment sur mon ventre, il nous regarda d'un drôle de sourire et il passa un bon coup de langue sur nos ventres, goûtant à nos spermes.

Il se releva aussi bandé qu'avant son abondante éjaculation, il s'est assis entre nous, vite j'ai sauté sur son beau bandage pour sucer à fond cette belle queue raide, Martin se laissa glisser par terre et lui relevant les deux jambes lui mangeait ses belles grosses couilles et il se mit à lui lécher et lui manger l'anus, Sébastien se mit à gémir fortement, nous disant, non pas dans mon cul, mais c'est bon, continue Martin, toi aussi Frank suce moi... OH... OUI... HOOOOOOOOOOO je jouis, je jouis, j'ai reçu encore une quantité incroyable de bon sperme.

Sébastien se laissa tomber sur le divan, crevé comme il dit :

— Je suis crevé, c'est pas croyable, j'ai joui deux fois de suite, c'est super bon, incroyablement bon !

— Si tu as aimé cela, le plaisir était pour nous.

— Je n'ai pas aimé ça, j'ai adoré ça ! Mais dites-moi la vérité, vous êtes deux gais !

— Non, on est, disons bisexuels, car vois-tu, en manque de filles, nous avons appris à nous satisfaire entre nous.

— Vrai ça !

— Je te dis, tu va vieillir et tu va savoir qu'un gars a besoin de se vider tous les jours, tandis qu'une fille, c'est quand ça la tente. Alors nous sommes BI.

— Je comprends, maintenant.

— Tu sais mon beau Sébastien, quand tu auras les couilles pleines, plutôt qu'une masturbation solitaire, viens nous rendre visite !

— Sérieux, vous voudriez me revoir, même si je ne suis pas, aussi bon que vous, pour faire cela !

— Tu va apprendre...

— Vous êtes gentils les gars.

— Veux tu revenir ou pas?

— Bien sur que OUI !

— Écoute-moi bien, jeudi prochain, pas de masturbation solitaire et vendredi sor, au lieu d'aller foirer au bar, nous t'attendons, pour ta deuxième leçon, comment faire l'amour entre hommes consentants.

— OUI... et je vous garantis que... je ne me masturberai pas dès mercredi.

— Parfait ça mon beau ! Maintenant nous allons te reconduire chez toi et Sébastien, une chose importante, tu as juste 17 ans, donc mineur, tu gardes ça pour toi, d'accord ?

— Sois sans crainte, j'ai joui comme jamais, j'ai peut être l'air fou, mais je ne suis pas fou, je veux vous revoir.

— Tu es loin d'avoir l'air fou Sébastien, tu es beau bonhomme et tu as un très beau corps que j'ai hâte d'explorer à fond, la semaine prochaine !

— Sois sans crainte, je vais être ici, je ne suis pas riche, mais je vais amener la bière.

— NON. Sébastien, garde ton argent, tu es encore aux études, tu viens, toi, ton beau corps et tes belles grosses couilles pleines, bien pleines de ton bon jus de jeune mâle. Nous, nous occuperons du reste.

A SUIVRE