Frometon de gland

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG82.jpg


Numéro 82

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 82
Date de parution originale: Mai 1997

Date de publication/archivage: 2012-06-04

Auteur: Antoine
Titre: Frometon de gland
Rubrique: Hard et crade: le retour

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 7129 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Quand j'ai dit au mekton que ça faisait dix jours que mon gros gland marinait dans son jus. il a disjoncté. Il en bavait, la salope, c’était l'obsession: sniffer la bonne odeur fumante! Moi, je bandais à mort de voir ce p’tit latex mal rasé bander pour mes odeurs. Il a fini par m'entraîner au sous-sol.

Dans la backroom, il y avait déjà sept ou huit mecs à se palucher et à se bricoler. Je me suis assis sur le petit banc en bas de l'escalier. Il s’est précipité sur ma braguette, sans l'ouvrir. Il a mordillé le cuir, il a humé, il m'a massé le morceau en poussant des gémissements. Puis il a défait les boutons en tremblant. Immédiatement, la bonne odeur de sueur, de pisse et de foutre lui a explosé aux naseaux.

La salope s'est mise à râler de bonheur en disant: "Ah, ça pue, ça pue bon, ça pue le mâle... " Et il s'est mis à sniffer comme s’il manquait d'oxygène. Deux moustachus nous mataient en se branlottant. Ça commençait à schlinguer hard. "Ouais, mek, bouffe-moi les roubignolles. Ça colle, hein? T'aimes, ma salope? Allez, bouffe-moi le gland!" Il s'est mis à me pomper comme un dieu, une vraie couleuvre. On n’entendait plus que le bruit de sa déglutition chaque fois qu’il s’en fonçait mon manche à fond dans la gorge. La sauce montait. Je l'encourageais: "T'en fais pas mek. je m'suis essoré quelques roteuses, après je te pisse sur la gueule, j'vais tremper ton latex! C’est ça, racle bien le frometon de gland autour de la couronne!"

Soudain, je lui ai arraché ma trique de la gueule. J’ai giclé la purée directes sur son tee-shirt en latex crade, et il se l'est étalée en miaulant de béatitude...


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!