Hypnotisé mon copain (05)


Hypnotisé mon copain (05)
Texte paru le 2018-06-20 par Jean Marc   Drapeau-qc.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.



Cet auteur vous présente 7 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5156 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Jean Marc.


Template-Books.pngSérie : Hypnotiser mon copain

Je suis Robert, 22 ans, 1m75, 65 kg, un bon 18 cm et je suis bi plus gay.

Mon copain Alain, 21 ans, 1m70, 70 kg, hétéro à 100 %. Pas sûr de ça.

Le lendemain matin au réveil, un bon café et un bon déjeuner, Alain me prévient qu'il doit partir tôt, ayant à magasiner un cadeau pour sa sœur, alors que la famille lui fêtait ses 16 ans.

Il partit, me laissant seul, ayant mes pensées de tout ce que j'avais fait faire à mon meilleur copain, surtout la dernière soirée qu'il s’était laissé performer autant avec des mecs, je n'y comprenais plus rien. Sous mon hypnose, cela me rendait fier, mais la veille au soir, sans hypnose, il fut super actif, autant que moi, et même plus.

Durant la semaine, on s'écrivait régulièrement sur Skype, je n'osais pas parler du sexe de la dernière fin de semaine. Puis rendu au jeudi, il me dit, qu'il s'en allait passer la fin de semaine avec sa copine Amélie.

Je lui ai souhaité de passer une bonne fin de semaine chaude.

De mon côté, j'ai fait signe à Marck et lui dit de venir avec le jeune Mathieu, d'apporter bière et leurs petits culs en chaleur.

Avant leur arrivée, j'ai préparé trois bières avec une petite bleu dans chacune, pour nous donner des érections toute la nuit.

Dès leur arrivée, ils se sont mis à poils, leurs sexes toujours sans poil, tous trois nus, prenant nos bières vitaminées, même qu'ils étaient déjà en érections et que mes bières nous garderaient bandés plus longtemps et plus actifs.

J'ai passé mon doigt dans l'anus et j'ai bien vu que le jeune ne savait pas que c'est mieux de se vider, je l’ai amené aux toilettes et lui ai glissé dans le rectum, l'embout de la douche spécial pour ça, lui remplissant les entrailles d'eau tiède, pour se vider et j'ai recommencé deux fois, même Marck a demandé d'y passer. Après une heure de douche anale, nous étions propres, car je me l'étais fait plutôt seul.

Le beau petit Mathieu était accro aux membres masculins, je lui fis lécher mes couilles si sensibles sans poil, il glissait sa langue à la base de mon membre, entre l'anus et les couilles, la partie la plus sensible que nous avons, puis mit sa langue dans mon cul, pendant que Marck lui grugeait le cul avidement.

Je le fis asseoir sur la queue de Marck, pendant que moi, je lui fis une gorge profonde, lui glissant ma queue à fond dans la gorge, lui en faisant perdre le souffle, il devenait rouge écarlate sans se plaindre et en redemandait, juste à voir ses yeux qui me regardaient, Marck l'enculait à fond, le pauvre petit avait les deux orifices pleins par deux beaux gros membres qui lui donnaient du bon jus dans les enrailles et dans la gorge.

Au tour de Mathieu, de se faire jouir, Marck lui mangeait les couilles et moi sa belle queue aussi dure qu'une barre d'acier et il me lâchât cinq à six jets de sperme dans la bouche et je l’ai embrassé lui donnant ma salive et son sperme.

Insatiable Mathieu, le petit voulait absolument avoir une double sodomie, nous ne sommes pas faits prier pour le satisfaire, bien à fond, et se vider en lui.

Une envie de pisser me pris et Mathieu se mit dans la baignoire et me demandât de pisser sur lui et même dans la bouche, Marck en fit autant et même que Mathieu se laissant aller sur son torse. Puis il prit une douche avant de nous rejoindre.

Ce soir-là, nous avons baissé plus d’une fois, le petit Mathieu voulait toujours avoir tout notre sperme pour lui, il fut gâté au maximum. Ils sont partis passé minuit, rendu seul au lit, je me suis masturbé en pensant à Alain, que fait-il…

Le lundi soir sur Skype, j'ai jasé avec Alain de tout et de rien, mais le lendemain, il était plus ouvert pour jaser.

Il me dit qu'il était fort déçu de sa copine Amélie.

— Comment ça, tu l'as pas baissé ton goût ?

— Misère non, ce ne fut pas ce que j'attendais d'elle.

— Explique-toi.

— Tout allait bien, jusqu'à ce que je lui demande de me faire une pipe. Elle me dit qu'elle n'était pas une pute pour faire ça.

— Décevant, je te comprends.

— Je l’ai baisée dans la position du missionnaire avec un condom.

— Au moins, tu as baisé.

— Quand j'ai voulu recommencer une deuxième fois. Elle me dit : Encore, tu penses juste à ça. Pour elle, une fois suffit.

— Là tout de suite, ce fut une bonne douche et une bonne vidange en solo après la baise, et dormir avec elle avec un t-shirt et boxer.

— Je vois que tu es déçu.

— J'ai tellement aimé ça me faire sucer et surtout se coucher pour dormir, sans se doucher, sentant ma sueur et la sueur de l'autre, le sperme de la baisse, comme avec toi.

— Tu as raison, ce n’est pas sale, la sueur de son partenaire, bien contraire.

— Et toi, tu as fait quoi !

— J'ai revu samedi soir le beau petit Mathieu et Mark.

— Chanceux va….

— J'ai toujours été attiré envers les filles, mais ce fut tellement HOT avec toi et les autres mecs, que je ne sais plus quoi penser du côté du sexe.

Le lendemain, mardi, j'étais sur Skype et Alain n'y était pas, j'ai patienté et rien….

On frappe à ma porte, sûrement encore Marck qui en veut, j'ouvre et c'est Alain, qui me dit…

— Je t'avertis de ne pas m'hypnotiser.

— OK, pas de problème.

— Jure-le sur notre amitié.

— Je te le jure Alain.

Il me prit par la main directement dans ma chambre, enlevant jeans et t-shirt, ne gardant que son slip blanc.

— Lèche-moi les couilles à travers mon slip.

— Hummm.

— Remonte tranquillement jusqu'à mon gland.

Ce fut pas long qu'avec ma salive, je voyais très bien à travers son slip, sa belle queue en érection vers le bas, sur ses couilles.

— Il me dit : commence à mes pieds.

Ce que je fis, me sentant dominé par Alain, de ce côté dominateur, j'ai remonté le long de ses jambes jusqu'à son slip bien rempli, que j'ai enlevé de mes dents, pour lécher ses couilles, une à une, puis gober son membre en super érection. Son gland dégoûtant de son précum, de ses deux mains appuyant sur ma tête, me forçant à prendre au complet son gland dans la gorge, m'étouffant tellement qu'il me la rentrait en profondeur, puis, sans me prévenir, me donnait cinq bons jets de son jus de mâle, me forçant à tout avaler, me tenant toujours la tête sur sa queue. Me lâchant prise, il me dit :

— Va chercher deux bonnes bières froides.

Assis au salon, il me dit qu'il avait besoin de revivre une bonne pipe, que je faisais si bien et qu'il ne pouvait pas s'en passer. Qu'il désirait avoir des enfants, donc qu'il continuerait avec Amélie, et qu'il reviendrait me voir souvent, pour satisfaire son côté vicieux, il m'embrassa à pleine gueule et le tout se termina par un super 69, pour s'avaler tous deux et il se rhabillât et parti finir la soirée avec sa future épouse comme il disait !

Il a vite pris l'habitude de régulièrement se faire sucer et moi, j'en profitais de le vider une fois par semaine et dans la semaine des règles d'Amélie, il tenait à me baiser à fond, je lui offrais mon cul sans problème, s'il me suçait avant et me mangeait l'anus avant de me pénétrer. Il devint mon régulier. Puis je ne me privais surtout pas d'en voir d'autres, surtout mon livreur de bières et son beau petit frère Mathieu si pervers pour son âge, insatiable comme un lapin en chaleur.

Pour des commentaires et des remarques supplémentaires, m'écrire à : JeanMarc jeanmarc008@gmail.com