Jim Anderson et le conseil des ombres (00)


Jim Anderson et le conseil des ombres (00)
Texte paru le 2011-09-27 par Tom   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été expédié via courriel par l'auteur pour sa publication sur l'archive



Cet auteur vous présente 93 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7731 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Tom.


L’histoire débute un an après la fin de Jim Anderson et le secret de l’or blanc. 
Le monde est plongé dans le chaos suite à la mise sur le marché de l’or blanc.








Précédemment dans Jim Anderson et le Secret de l’Or Blanc

Jim Anderson est probablement l’un des meilleurs détectives privés de la ville, mais il se consacre à des affaires pour le moins particulières.

Au-dessus du heurtoir, une plaque métallique gravée révélait l’identité du propriétaire des lieux.

Janderson-0.png

Mais Jim est également victime d’une cruelle malédiction lancée par le sorcier fou, Kamji.

— Malheureusement, ce n’est pas si simple. Je… je ne suis plus tout à fait humain. J’ai été maudit par un magicien et pour survivre, je dois, entre autre chose, boire le sperme d’un homme après l’avoir fécondé de mon sperme.

— En fait non, j’étais tout ce qu’il y a de plus hétéro. Mais la malédiction a fait son œuvre et maintenant, mon sexe ressemble à celui d’un Kriss. Lorsque j’essaie de prendre une femme, tous ses muscles se contractent et je ne peux pas la pénétrer. La seule fois où j’ai essayé, elle a tellement hurlé que les flics ont failli débarquer. Depuis je préfère m’en abstenir.

La nuit de chaque pleine lune, il rêvait d’un démon et ce dernier devait le féconder avant que le soleil ne se coucha sur le jour suivant. Dans le cas contraire, Jim perdait tout contrôle et son côté démoniaque prenait l’ascendant, le transformant en machine à tuer. Il avait expérimenté le phénomène une fois et ne voulait en aucun cas que cela se reproduise.

Quand Thomas Acier se rend à son bureau, il ne se doute pas encore de l’affaire dont il va hériter.

Des coups de heurtoirs retentirent à nouveau. Qui pouvait bien venir le déranger à cette heure ? Il n’avait plus d’amis, il les avait tous… Un client probablement, et ses finances en avaient bien besoin.

— Mon fils a disparu depuis une semaine et…

— Il s’appelle Mike… Mickaël. Il a 18 ans et depuis cette année il est inscrit à la fac…

— Il a laissé son portable et toutes ses affaires hormis sa veste et son portefeuille.

Et lorsqu’il découvrit les plans de Kamji, le sorcier fou, et de sa fille Tamara, ses pires cauchemars devinrent réalité.

Les Koloss s’exécutèrent sans discuter, enfilant la seringue dans les anus serrés des étudiants sans tenir compte de leurs plaintes pour leur injecter le liquide encore chaud. Puis ils saisirent les jeunes humains et les jetèrent dans les cages prévues. […] Ils se redressèrent d’un même mouvement et se jetèrent sur leurs camarades. […] L’étudiant n’ayant pas reçu le traitement fut le premier à céder. Il se retrouva à plat ventre et son camarade, déchaîné, lui enfila son sexe bandé d’un violent coup de reins.

Leur drogue, qu’ils baptisèrent "Or Blanc", à cause de la couleur laiteuse que lui donnait le sperme, transformait les étudiants cobayes en bêtes affamés de sexe.

En fonction du dosage, ils parvenaient à maintenir la copulation pendant le temps désiré et ils s’aperçurent, par accident comme souvent lors des grandes découvertes scientifiques, qu’il leur suffisait d’y adjoindre un peu de l’ADN d’un individu pour que celui-ci devienne l’unique victime du drogué.

Prologue - Une question d'éducation

Thomas approchait à pas vif de l’entrepôt dans lequel Tamos, le démon Kriss rencontré l’année précédente, avait fait son nid. Leur première confrontation avait failli transformer l’homme en Kriss et, sans l’intervention de Jim Anderson, un détective privé des plus particuliers, jamais il ne s’en serait sorti, tout comme son fils Mike. Après cette histoire, Thomas n’avait pu s’empêcher de revoir Tamos ; il avait essayé de résister à la force d’attraction que le démon exerçait sur lui depuis qu’il l’avait pris de force dans un entrepôt semblable à celui dans lequel il se rendait à présent. Mais rien n’y avait fait, il ne pouvait s’empêcher de revenir régulièrement subir les assauts du démon. Au début, sa femme avait fermé les yeux sur ses infidélités, se comportant comme si leur vie n’avait en rien été modifiée. Mais avec un mari sous dépendance et un fils à moitié démon, elle avait fini par partir un jour, sans prévenir, au grand soulagement de Thomas.

Il poussa une lourde porte métallique et entra dans un vaste espace désaffecté où trainaient çà et là quelques vieilles caisses laissées par les anciens maîtres des lieux. Une faible lumière parvenait à traverser les carreaux recouverts de poussière, enveloppant la zone d’un halo diffus. Thomas avança plus avant, jusqu’au fond de la pièce, puis emprunta un escalier de ciment qui le mena au sous-sol. Le niveau comprenait un couloir central donnant sur une dizaine de petites pièces toutes semblables réparties des deux côtés.

— Y’a quelqu’un ? Tamos ? appela l’homme.

Personne ne répondit mais il perçut des gémissements dans la salle du fond. Il s’en approcha doucement et entra dans la pièce dépourvue de porte. Là, trois versions miniatures du démon Kriss s’amusaient ensemble, nues, se sautant les uns sur les autres, essayant de se dominer les uns les autres. La croissance des Kriss ne correspondait en rien à celle des humains et, bien qu’ils ne soient en réalité âgés que d’un an, leur gabarit correspondait plutôt à celui de jeunes hommes de seize ans. Leurs muscles développés se tendaient sous leur peau pâle et violette alors qu’ils luttaient et leurs sexes lourds et à demi-bandés, longs d’une vingtaine de centimètres, ballottaient entre leurs cuisses musculeuses. Ils étaient presque identiques mais Thomas avait appris à les distinguer au cours de l’année écoulée. Noah était le plus facile à reconnaitre avec sa fine mèche noire qui entachait ses cheveux courts d’un blanc immaculé. Micah possédait une petite tâche de naissance en forme de lune sous le nombril et Micha avait toujours eu un sexe plus long que celui de ses frères. Thomas, bien malgré lui, avait assisté à leur conception ; la reproduction des Kriss ayant ceci de particulier qu’elle nécessite l’intervention d’un véhicule humain. Sans le vouloir il avait failli interrompre le processus au cours duquel le mâle devait fertiliser dix fois un jeune humain avant que ce dernier ne féconde la femelle. Par la suite, il avait vu les petits issus ce cet accouplement grandir à un rythme effréné, se transformer pour devenir des adolescents turbulents. Tamos avait fort à faire avec eux, d’autant plus que chez les Kriss chaque parent élevait seul les descendants de leur propre sexe ; ainsi, la compagne de Tamos élevait-elle seule leur fille issue de la même fratrie. Brusquement, ils cessèrent leurs jeux, emmêlés les uns dans les autres et levèrent les yeux vers le nouveau venu.

— Oncle Thomas ! s’exclamèrent-ils avant de s’élancer vers lui le sourire aux lèvres.

— Salut les garçons !

Ils se jetèrent sur l’humain, manquant de le faire tomber, et l’enserrèrent dans leurs bras puissants.

— Du calme les gars, vous allez me faire tomber. Votre père est pas là ?

— Non, il est parti à la chasse.

Les jeunes démons commençaient à se frotter contre lui. Il sentait leurs sexes durcir contre ses cuisses. Il déglutit péniblement.

— Du calme les garçons, répéta-t-il d’une voix tendue.

Il savait la maturité sexuelle plutôt précoce chez les Kriss, mais pas à ce point. Il se sentit brusquement tiré vers le bas et ses jambes cédèrent. À genoux, il ouvrit la bouche pour protester, mais avant qu’il ne puisse émettre le moindre son, un sexe épais et long d’une vingtaine de centimètres le bâillonna. Il leva les yeux et rencontra le regard lubrique et le sourire innocent de l’un des jeune Kriss, Micah apparemment, vu la tache blanche en forme de lune qu’il avait sous les yeux. Il lui maintenait fermement la tête, son sexe planté bien au fond de la gorge. Les deux autres lui arrachèrent ses vêtements sans ménagement et il se retrouva bientôt nu, les mains liées dans le dos avec les restes de son boxer, entouré des trois jeunes démons. Malgré lui, il tétait le mandrin qui lui déformait la bouche, salivant abondamment sur la barre qui coulissait jusque dans sa gorge. Il sentit des mains lui palper les fesses et des doigts s’introduire dans son fondement. Il se raidit, serra les fesses mais rien n’y fit, cela semblait au contraire les exciter davantage. Brusquement, le sexe de Micah fut parcourut de spasmes et une vague de liquide bouillant lui envahit la bouche, pénétrant sa gorge à l’étouffer. Il toussa et manqua de vomir, essayant de recracher le mandrin qui l’empêchait de se débarrasser du liquide, mais il ne parvint qu’à l’enfoncer plus avant et ce n’est que lorsque le jeune démon retira de lui-même son membre à demi débandé qu’il put reprendre son souffle. Sans attendre, les deux autres le plaquèrent au sol sur le dos, ses épaules fermement maintenues par Micah au-dessus de sa tête. L’un des deux autres, Noah, l’identifia Thomas, s’assit sur son torse musclé recouvert de poils bruns et lui frappa le visage de son sexe dur. L’homme ferma la bouche mais une douleur fulgurante à l’anus la lui fit ouvrir en grand, permettant au jeune démon de prendre la place occupée par son frère quelques minutes plus tôt. Thomas tentait de comprendre ce qui lui arrivait, à demi-étouffé par le mandrin de Noah. Un barreau dur et bouillant tentait d’entrer en force dans son anus serré. La douleur qu’il venait de ressentir provenait à coup sûr de l’intrusion du gland de Micha. Le jeune démon, voyant qu’il ne pouvait entrer davantage, ressortit et enduit son phallus massif de salive avant de refaire une nouvelle tentative. Cette fois il ne renonça pas. Soufflant et haletant, il progressa centimètre par centimètre. Le corps de Thomas était contracté à l’extrême, chacun de ses muscles se rebellaient contre l’agression et il aurait serré les dents si le chibre de Noah le lui avait permis. Il perdit toute notion du temps, son cerveau semblant se déconnecter. Après plusieurs minutes, il sentit les cuisses de Micha contre ses fesses, signe que le jeune démon était parvenu à s’introduire entièrement en lui. Il entama alors un va-et-vient rapide et violent, lui défonçant les entrailles à chaque coup de boutoir. Le jeune démon poussait des gémissements de plus en plus fort, tout comme son frère qui occupait la bouche de Thomas, et les coups redoublèrent d’intensité, signe que leur jouissance approchait. Micha fut le premier à se libérer, inondant les entrailles de sa victime d’un liquide chaud et épais dont le surplus abondant ne tarda pas à s’écouler de l’anus encore occupé. Mais Thomas n’eut guère le temps de s’appesantir sur la sensation que lui procurait l’éjaculation puisqu’une nouvelle vague de sperme lui envahit la gorge. Cette fois, il ne chercha pas à résister et tenta d’avaler le maximum de liquide afin d’éviter l’étouffement. Au bord de l’inconscience, il vit ses trois jeunes assaillants brusquement soulevés et repoussés au loin. Il tenta de se redresser mais perdit brusquement connaissance.

* * *

Des gémissements plaintifs ramenèrent Thomas à lui. Une douleur lancinante à l’anus lui rappela brusquement ce qu’il venait de subir, le faisant osciller entre dégout et excitation. Il ouvrit les yeux et tenta de se redresser, s’apercevant qu’il était pieds et poings liés à une table de bois brut. Ses mains étaient attachées au-dessus de sa tête et ses pieds, écartés et fixés au bord opposé de la table, avaient été ramenés au niveau de ses fesses de manière à positionner son anus bien en évidence au bord de la table. Les gémissements redoublèrent à sa droite, se transformant en petits cris. Il tourna la tête et découvrit Tamos. Il aurait reconnu le Kriss entre mille. Mesurant près de deux mètres, le démon à la peau violette, complètement nu comme à son habitude, exhibait des muscles puissants et un sexe énorme, même pour ceux de son espèce. Thomas sentit son excitation redoubler. Ce corps l’excitait toujours sans qu’il ne puisse rien y faire.

Tamos semblait furieux et abattait son énorme main sur les fesses rebondies de Noah qui, à demi-penché, prenait appui sur une autre table de bois. Les deux autres fils du démon se tenaient debout à côté d’eux. Micha, les yeux pleins de larmes, se touchait les fesses rougies par la fessée qu’il venait de recevoir. Micah, quant à lui, attendait son tour, le regard chargé d’angoisse.

— Vous mauvais garçons ! les disputait Tamos. Vous pas le droit de prendre humain sans accord Tamos !

Les coups pleuvaient sur les fesses rougies, tirant des larmes au pauvre Noah. Thomas était fasciné par la vue du grand mâle en train de corriger ses petits hommes. Il croisa le regard du démon qui lui renvoya le sourire carnassier qu’il connaissait si bien.

— Eux faire mal à toi, moi montrer à eux comment utiliser humain !

Thomas déglutit péniblement. Il savait, et appréhendait en même temps, ce qui allait lui arriver mais il était bien malgré lui venu pour ça.

Tamos en finit rapidement avec Noah, puis ce fut le tour de Micah.

— Toi mériter punition plus sévère, commença son père, toi enculé humain, humain enculera toi !

Le jeune démon s’apprêta à protester, mais une claque monumentale vint heurter ses fesses, le pliant en deux. La fessée fut plus puissante que pour les deux autres et dura plus longtemps encore, puis elle s’arrêta aussi brusquement qu’elle avait commencé, laissant Micah haletant, effondré sur la table, les larmes aux yeux mais le sexe bandé à son maximum. Tamos s’approcha de Thomas toujours allongé sur sa table.

— Toi aimer voir Tamos corriger petits, fit le démon en contemplant le sexe à demi-bandé de l’homme.

Il vint se placer entre ses cuisses écartées et allongea son torse sur celui de l’humain, pesant de tout son poids sur la table qui grinça sous l’effort. Le pouls de Thomas s’accéléra comme le démon plaquait sa bouche sur la sienne, lui enfonçant profondément sa langue. Sa salive abondante fit bientôt son effet, enivrant la victime consentante. Il positionna son gland énorme suintant de precum et en enduisit l’anus offert, déclenchant sa dilatation quasi-immédiate. La pénétration se fit lentement, dans un bruit de succion continu. Le démon avait positionné ses mains sur la table, de part et d’autre du torse de l’humain. Légèrement penché en avant, il introduisait sans heurt les quarante centimètres de son chibre dans le fondement dilaté. Une fois bien calé au fond des intestins élargis, il appela Micah.

— Micah, toi venir ici !

Le jeune démon approcha, tête baissé, grimaçant sous l’effet de la douleur qui envahissait son fessier rougi. Sans quitter le fondement dans lequel il venait de s’installer, son père le saisit par les aisselles et le plaça à cheval sur le torse de Thomas, face à l’homme qu’il n’osa regarder. Tamos lui appuya sur le haut du dos pour le faire se pencher en avant et écarter ses fesses serrées puis positionna le gland gonflé de l’humain contre l’anus encore vierge.

— Maintenant toi descendre sur sexe de l’humain ! grogna son père.

— Non… geignit faiblement la pauvre créature, trop gros…

La main droite du démon vint lui percuter le côté de la tête, lui arrachant un nouveau gémissement.

— Toi obéir !

Le jeune démon, malgré lui, commença à peser sur le chibre dressé de l’homme, les dents serrées, la tête rejeté en arrière, haletant sous l’effort. Thomas ne put retenir des râles de plaisir malgré la pitié qu’il ressentait pour Micah.

Parvenu à la moitié du mandrin, il s’arrêta un moment, essayant de reprendre son souffle.

— Pas pouvoir, trop gros, geignit-il à nouveau.

Sans prévenir, Tamos posa ses mains sur ses épaules et appuya d’un coup sec, l’empalant complètement sur le restant des dix-huit centimètres de chair dressée. Complètement remplie, la jeune créature tenta de se relever, de faire sortir le barreau bouillant qui l’envahissait, mais son père le maintint fermement jusqu’à ce qu’il se calme et que ses cris cessent. Puis il lui fit entamer un va-et-vient sur toute la longueur du chibre de l’homme alors que lui entreprenait le même mouvement entre ses fesses. Thomas haletait, bouche ouverte, son cœur s’affolait sous les assauts conjugués du plaisir et de la douleur. Sa tête ballotait d’un côté puis de l’autre au rythme des gémissements qu’il émettait. La jouissance montait en lui par vagues et bientôt les digues lâchèrent et il se libéra dans les intestins qui l’accueillaient avec un hurlement de plaisir avant de perdre une nouvelle fois connaissance.


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!