Jour de l'An 1997


Jour de l'An 1997
Texte paru le 1998-08-25 par Freud   
Ce texte a été expédié par l'auteur pour publication sur l'archive. Ce texte date de l'époque 1998–2000. La date affichée correspond à la date de la conversion précédente car il nous a été impossible de retracer la date originale.



Cet auteur vous présente 1 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3953 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 1998 — Tous droits réservés par Freud.


La petite histoire que je vous raconte ici s'est réellement passée le soir du jour de l'an 1997. Premièrement je me présente, je m'appelle Maxime, j'ai 25 ans. Je suis étudiant à l'université et je travaille dans une agence de mannequin à temps partiel. Physiquement je peux dire que j'ai été gaté par la nature. Je suis un grand brun avec les yeux verts. Bon laissons un peu de côté ma personne et passons au fameux soir.

Nous sommes tous chez des amis pour terminer l'année en beauté. Il y a beaucoup de gens, en tout nous sommes 12 personnes, 6 gars et 6 filles. Cinq véritables couples straights et moi avec une de mes amies. Seulement moi suis gay et seulement mon amie de fille le sait. Les autres gars sont assez beaux, mais surtout l'un deux qui se prénomme Jean. Il a environ 27 ans et malheureusement pour moi il sort avec une fille depuis environs 10 ans, donc il n'est pas gay du tout. C'est un beau grand brun un peu timide avec un sourire à faire mourir. Tout de suite en arrivant je l'ai remarqué, il est tellement beau que je ne peux m'empêcher de le regarder souvent.

La soirée commence tranquillement. On chante, on parle et on joue à différents jeux de société. On boit aussi pas mal. De la bière, du champagne, du vin, etc. L'ambiance est à la fête. Moi j'arrête pas de regarder Jean. Il porte une paire de jeans bleu et une chemise à carreau dans les teintes de rouge et de bleu. En dessous de sa chemise il a un t-shirt blanc collé sur son beau corps bien fait. Pas trop musclé, juste découpé comme il faut. Il a de beau biceps biens découpé. Je le regarde et je bande un peu.

La soirée se passe et à un moment donné nous sommes pas mal fatigué. Comme nous sommes dans une grande maison en campagne, une maison de trois étages avec plusieurs chambres, il est convenus que nous passons la nuit là. Il est maintenant trois heure du matin et ceux qui sont fatigué vont se coucher dans les chambre en haut. Il ne reste que quatre personne dans le sous-sol. Charles avec sa femme, le beau Jean et moi. Sa blonde était fatiguer alors elle est aller se coucher. Les quatre on parle un peu de tout et de rien et on regarde la télévision. A un moment donné la femme à Charles se sent fatiguer et demande à son mari si il veut aller se coucher. Il dit oui et ils partent les deux se coucher. Il ne reste plus que moi et Jean en bas.

C'était calme dans la maison, tous les autres dormaient en haut, sauf moi et Jean. On parle un peu de sport et des études et on regarde le feu qui brule dans le foyer. On remet du bois dans le feu et il commence à faire chaud. Je lui demande: "trouves-tu qu'il commence à faire chaud?", il me répond "oui, je trouve, j'ai pas mal chaud à cause du feu, est-ce que ca te dérange si j'enlève mon chandail?", je lui répond que non. Alors il enlève sa chemise et son chandail. C'est là que je peux admirer son beau torse nu. Il est un peu poilu, juste parfaitement. Il a de beaux pectoraux.

— tu peux enlever ton chandail toi aussi si tu veux, (qu'il me dit)

Alors j'enlève moi aussi mon chandail. Nous sommes tous les deux torse nu devant le foyer. Je suis tout excité juste à le regarder et à parler avec lui. Je bande un peu, mais je fais en sorte qu'il ne voit pas. A côté de la télévision il y a des cassette vidéo et on fouille un peu la dedans pour trouver un bon film à visionner. On trouve une cassette qui n'a pas de nom et on décide de voir ce qu'il y a dessus. On la met dans le vidéo et on passe sur "play". Le film commence, c'est un film de cul hétéro. Une fille se fait baiser par deux gars. Je trouve ça très excitant de regarder un film de cul à côté de Jean.

On regarde le film et tout à coup Jean me dit: "est-ce que tu aimes ça toi les films de cul?"

— ben oui, j'adore les films de cul, et toi?

— oui, moi aussi.

— est-ce que tu en regarde souvent?

— quelque fois, ma blonde n'aime pas ca, alors j'en regarde quand elle est pas là.

— est-ce qu'elle le sait?

— non, il faudrait pas qu'elle apprenne ca, elle ne serait pas très contente.

Il me dit: "trouve tu qu'il fait encore chaud?"

— oui, je trouve qu'il fait pas mal chaud.

— on devrait enlever nos pantalons et rester en boxers, ca vas être moins chaud.

— bonne idée

C'est alors qu'on enlève nos pantalons et qu'on est tous les deux en sous-vetement dans le sous-sol. Je trouve ca tres excitant. Il porte des sous-vetement de style CalvinKlein, comme moi. Les siens sont blanc et les miens sont noir.

On regarde toujours le film de cul tout en parlant. Tout à coup dans le film il arrive un gars avec une grosse queue d'environ 21 cm. En voyant ca, Jean me regarde et me dit:

— as-tu vu sa queue, elle est ben grosse?

— ben oui, il a une grosse queue!

— combien tu penses qu'elle mesure?, que Jean me demande.

— je sais pas, environ 21 cm je dirais, et toi, tu penses qu'elle mesure combien sa queue?

— moi aussi je dirais environ 21.

Plus on parle de la queue du gars et plus la mienne devient grosse. Je sens qu'elle bande dans mes sous-vetements. Je la cache avec un coussin pour ne pas que Jean s'apercoive que je bande. Il me demande:

— ta queue à toi mesure combien?

— je sais pas, je l'ai jamais mesuré, (c'est pas vrai, je l'ai déjà mesuré et elle fait un bon 19 cm bandé) et la tienne?

— je sais pas moi non plus, je ne l'ai pas mesuré moi non plus.

C'est alors que Jean me dit:

— j'aimerais bien savoir combien mesure ma queue, et?

— moi aussi, mais il faudrait avoir une règle pour se mesurer.

— attends un peu, je vais aller voir dans la boite à outil.

Jean se lève et part vers l'atelier et revient avec une règle.

— alors, on se mesure?

— ok, mais est-ce qu'on se mesure la queue devant l'autre?

— ben oui, on est des gars on a déjà vue des pénis.

— ok

— alors c'est moi au toi qui commence?

— ok, je vais commencer. Est-ce qu'on se mesure la queue bandé ou non?

— bandée, on a qu'à se branler un peu avant.

C'est alors qu'on se frotte la queue à travers nos sous-vetement en regardant le film de cul. On bande tous les deux. Une fois qu'on est bandé tous les deux, il se leve et me dit:

— ok, sors ta queue qu'on voit combien elle mesure.

Je baisse alors mes boxers et ma queue est toute bandée, elle pointe vers lui. Je la mesure.

— ma queue mesure 19 cm, à ton tour maintenant.

il sort sa queue et la mesure, elle fait un bon 18 cm. Il a une belle queue, bien droite. Il me dit alors:

— ta queue est un peu plus longue que la mienne, je n'ai jamais vue une autre queue bandée devant moi, c'est cool de pouvoir comparer comme ca.

— moi aussi je trouve ca cool

— est-ce que tu te branles souvent?

— oui, assez souvent, et toi?

— moi aussi, quand ma blonde veut pas baiser je regarde un film de cul et je me branle, c'est super le fun.

— moi aussi je me branle souvent en regardant un film de cul.

C'est là qu'il me demande si j'ai le gout de me caresser avec lui en regardant le film de cul.

— oui, ca me tente de me branler.

— alors on se branle.

On s'assoit tous les deux sur le divans, un à coté de l'autre tout nu et qu'on masturbe nos queue sans se toucher. Il se branle de la main droite, moi de la main gauche. Dans le film il y a trois gars qui fourrent une fille, elle jouit beaucoup et Jean trouve ca super excitant. Moi je le regarde plus que je regarde le film, je le trouve bien plus excitant que le film. Tout à coup il me demande:

— est-ce que tu aimes te faire branlé par une autre personne.

— ben oui, c'est bien plus le fun d'avoir une autre main sur sa queue.

— est-ce que tu as déjà toucher la queue d'un autre gars toi?

— ben non (c'est pas vrai), et toi?

— moi non plus, mais j'aimerais bien essayer pour voir ce que ca fait.

— ha ouin, est-ce que tu veux qu'on se branle mutuellement?

— peut-etre, et toi?

— moi j'aimerais bien.

— mais il ne faut pas que personne ne sache ca.

— ben non, voyons donc, personne ne va savoir ca!

C'est alors que Jean approche sa main de ma queue et la prend dans sa main. Je fais la meme chose, je trouve ca vraiment excitant. Je masturbe sa belle grosse queue et lui fait de meme avec la mienne. A un moment, il me dit:

— est-ce que tu aimes te faire sucer?

— ben oui, et toi?

— moi aussi, est-ce que tu veux qu'on se suce?

— ok

Alors on se place en 69 et on se met a se sucer les queues. C'est vraiment bon, il suce à merveille, mais ce qui est encore meilleur c'est d'avoir sa queue dans la bouche. Il goute terriblement bon et il a beaucoup de jus qui coule. On se suce comme ca pendant un bout de temps, et tout à coup il me dit:

— attention, je vais venir, arrete un peu!

— non, non, tu peux venir dans ma bouche!

— ok, humm humm, je viens, hhhhhaaaaaaa!!!!

Il décharge tout son sperme tout chaud dans ma bouche et sans l'avertir je fais la meme chose. Je pensais qu'il n'allait pas prendre mon sperme dans sa bouche, mais non, il avale tout en gémissant.

Une fois qu'on est venu et qu'on a encore la bouche pleine du sperme de l'autre, il me regarde dans les yeux et sans avertir il pose ses levres sur les miennes et m'embrasse vigoureusement. Nos deux spermes se mélangent et on se lèche les levres pendant cinq minutes environ.

Apres qu'on ait fini de tout licher le sperme, on se rhabille et on se rassoit sur le divan. Le film est terminé, ce n'est que de la neige et des lignes dans l'écran.

On se dit qu'il ne faut pas dire à personne ce qui vient de ce passer dans le sous-sol pendant que tout le monde dormait. On part se coucher chacun de notre coté, lui avec sa blonde et moi avec mon amie.

Peut-être se reverrons nous une autre fois, mais meme si je ne le revois jamais c'est pas grave, le moment était tellement excitant.