L'assurance des sentiments (04)


L'assurance des sentiments (04)
Texte paru le 2020-12-27 par Michel Geny-Gros   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur

MM.jpg

Cet auteur vous présente 39 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 1280 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 2020 — Tous droits réservés par Michel Geny-Gros.



Chapitre 4 — ASSISTANCE À AGENT (Récit de Jean-Philippe)


Je fus très content et je dirais même très heureux lorsque j'ai entendu CHEVALLON donner son accord à Alex et encore un peu inquiet quand il a négocié une nouvelle fois son aide financière.

Pendant son stage, j'ai rencontré Alex quasiment tous les jours. Je trouvais tous les prétextes pour passer un maximum de temps en sa compagnie. Je lui proposais de me suivre presque tous les après-midi lorsque je faisais ma tournée agent qui me menait de Marne la Vallée à Saint Quentin en Yvelines et jusqu'à Évry. Alex me semblait aimer ces sorties. De temps en temps nous déjeunions ensemble au restaurant d'entreprise. J'ai alors assisté à un curieux manège. Denis AMBERT, un jeune cadre du service sinistre autos était venu s'asseoir à notre table. Il m'avait semblé bien connaître Alex. Il l'avait tutoyé. Je savais bien que Denis était gay. J'ai commencé à sentir de la jalousie et un peu d'angoisse aussi.

Si je connaissais de façon précise la sexualité de Denis, c'est parce que j'avais couché avec lui lors de mon entrée à l'UAFE. J'avais donc failli une première fois à la discipline que je m'étais imposée. Avant d'être affecté au service de l'inspection, j'avais dû suivre divers stages de formation auxquels participaient certains employés de la compagnie destinés à terme à devenir cadre. Ces stages duraient parfois plusieurs jours et étaient de temps en temps organisés en province. Le stage en question avait été dispensé au Novotel de Versailles. J'aurais pu rentrer chez moi tous les soirs mais il était organisé en immersion complète. Je devais comme mes autres collègues passer mes soirées à Versailles et en groupe et donc coucher à l'hôtel. Ce n'était pas pour me déplaire car je n'avais pas de copain habituel à cette époque. Denis qui avait alors 22 ans était le plus jeune du groupe. J'avais deux ans de plus que lui et les autres affichaient tout près de la quarantaine.

Une tenue décontractée était de rigueur et le directeur du personnel nous avait demandé directement de venir en jean. Denis était un garçon blond, doux, rieur et assez sympathique, voire communicatif. Il m'avait tutoyé d'office et malgré les recommandations générales de CHEVALLON, j'avais répondu à l'attente de Denis. Le sujet du stage était l'amélioration des communications téléphoniques dans l'entreprise tant pour l'intérieur que pour l'extérieur. L'animateur nous faisait jouer dans des sketches enregistrés devant une caméra. Je n'y croyais pas sur le moment, mais j'ai été vite convaincu de l'utilité de ce stage. Nous disposions de moments de repos et j'avais sympathisé avec Denis.

Denis était plus déluré que moi et m'avait proposé un soir de sortir en ville. Nous sommes allés boire un pot et sans doute nous avions dû consommer un peu de trop. Nous avons décidé de rentrer par le parc du château ce qui représentait un petit détour mais Denis m'avait dit :

— Ça nous dégrisera un peu !

Lorsqu'on a été dans le parc, Denis avait commencé à me toucher sous divers prétextes et je m'étais laissé faire. La tension était montée et ayant une forte envie de pisser, j'avais ouvert ma braguette et me suis tourné contre un arbre pour me soulager. Denis s'était installé à côté de moi et sans pudeur avait sorti son engin.

Il avait plaisanté sur la bonne taille de mon pénis, m'avait proposé de nous masturber l'un à côté de l'autre et bien sûr ça avait dégénéré. J'avais fini la nuit dans son lit et on avait baisé toutes les nuits suivantes.

Nous avons conservé une attitude très discrète pendant le stage et ensuite à la compagnie. Denis vivait encore chez ses parents et me rejoignait le soir chez moi de temps en temps.

Cette petite liaison plus sexuelle que sentimentale a duré quelques mois. Jusqu'au jour où Denis m'a déclaré :

— Je vais me fiancer et épouser la nièce de DASSIS !

— De notre directeur général ? Mais t'es bi ?

— De notre directeur ! Non, je ne suis pas bi. Tu le sais, je suis un gros pédé ! Mais j'ai rencontré Carine à une petite réception à laquelle j'avais été invité avec mes parents. Mes parents sont des cousins éloignés de DASSIS. J'ai vu que je plaisais à Carine et je l'ai draguée. Bref, ça a marché !

— Mais pourquoi tu fais ça ? lui ai-je demandé un peu amer.

— Pour ma promo, ma carrière, oui, je sais, je suis horrible !

— Et t'as pu coucher avec elle ? lui ai-je demandé car Denis était sexuellement très passif.

— Oui, ça a été ! Je préfère nettement les mecs et me faire baiser par toi ! On pourra continuer si tu veux !

Naturellement et fidèle à moi-même, je n'ai plus voulu. C'était le moment de le dire, je n'allais pas faire le bouche-trou. Denis m'a invité à son mariage mais je n'ai pas honoré son invitation. Denis est resté discret et j'ai été soulagé. Nous sommes restés proches et potes.

Néanmoins les jours suivants j'ai trouvé tous les prétextes pour inviter Alex au restaurant et l'éloigner de Denis.

Une bonne coopération commençait. Alex était tout le contraire de moi, audacieux, provocateur. Il prenait aussi un risque professionnel et financier important. Je dois admettre que je l'admirais déjà. Je m'interrogeais toujours aussi sur sa sexualité. Il était célibataire, vivait seul. Il me regardait toujours fixement dans les yeux, comme s'il cherchait à me troubler.

J'espérais au moins m'en faire un ami, bien que ce genre de relation fût impensable à l'UAFE entre un agent et un inspecteur. Et puis, notre véritable célibat à tous deux risquait d'attiser les mauvais esprits.

Ma qualité d'inspecteur me permettait bien des choses, ne serait-ce que ma liberté de travail. Seuls les résultats des agents comptaient. J'ai donc beaucoup assisté Alex pendant le premier mois. Il n'avait pas vraiment besoin d'aide. Il maîtrisait bien la situation. Rapidement, il m'a presque obligé à ce que nous nous tutoyions. Il avait raison, les relations agent/inspecteur devaient évoluer.

Bref, il a rapidement beaucoup apporté à son agence et même à la compagnie dans ses relations avec les services.


Asuivre.png