L'uro: j'adore

Drapeau-fr.svg Gay Confessions

GC10.jpg


Numéro 10

Texte d'archive:


Archivé de: Gay Confessions – Numéro 10
Date de parution originale: c.1993

Date de publication/archivage: 2017-12-07

Auteur: Jean
Titre: L'uro: j'adore
Rubrique:

Note: Le magazine Gay Confessions ayant disparu, nous vous présentons alors sur l'archive des textes y ayant paru au fil des ans, à titre d'archive, le but premier de l'archive étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte, ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 4518 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

Cette publication vous est présentée grâce au fonds d'acquisition auquel les visiteurs peuvent contribuer. Ce fonds sert exclusivement à acquérir de nouveaux périodiques à archiver et que nous ne réussissons pas à obtenir dans les collections personnelles des visiteurs.


Mon grand truc, c’est la pisse. J’adore me pisser dessus : je reste en slip et laisse couler mon urine. Elle me chauffe les couilles et cela m’excite un max quand elle coule le long des cuisses.

Je vais parfois dans des tasses assez discrètes où il n’y pas d’urinoirs particuliers, simplement un mur en bas duquel coule un filet d’eau. Je me mets à genoux dès qu’un mec commence à pisser. Je lui chope la bite et m’en arrose le torse. Malheureusement, tous les mecs ne jouent pas le jeu. Cela bloque certains qui me repoussent ou se cassent en gueulant. Mais comme je viens depuis plusieurs années, il y a des habitués qui adorent faire gicler leur pisse bien chaude avant de jouir. Ils prennent plaisir à m’asperger le torse, la gueule. Il y en a même un qui me fait un shampooing après m’avoir baptisé. Celui là, je suis sûr qu’il se retient de pisser au moins une demi-journée pour se vider autant.

Il y a aussi un jeune de 18-20 ans. Il passe pratiquement chaque jour en revenant de son boulot. Il commence par m’arroser méthodiquement le visage. Il veut que je tire la langue. Il m’ordonne aussi de boire. Ce qui me plaît assez si cela reste une petite quantité. Sa pisse est âcre. Quand il a fini d’uriner je le suce. Sa jeune bite parfaite durcit rapidement dans ma gueule. Il ne met pas longtemps à jouir. Là encore, il m’asperge le torse. J’adore son odeur de foutre boisé. Je viens pratiquement en même temps que lui.

Souvent, je me rhabille et garde sur moi le délicieux breuvage une bonne partie de l’après-midi.

Jean, 47 ans.