La route des éphèbes (10)


La route des éphèbes (10)
Texte paru le 2021-01-22 par Michel Geny-Gros   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur

MM.jpg

Cet auteur vous présente 39 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 1323 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 2021 — Tous droits réservés par Michel Geny-Gros.


Template-Books.pngSérie : La route des éphèbes


Chapitre 10 — CORINTHE ET ATHÈNES (Récit de Dominique)


À Épidaure, je me suis risqué ! J’ai récité un poème de Prévert que je connaissais par cœur et que j’avais noté dans mon petit calepin pour ne jamais l’oublier. J’ai eu peur d’être trop pompeux, trop démonstratif, mais j’ai vu l’émoi de Jérôme qui avait bien compris mon message d’amour. Et puis, aussi, le lieu était si beau, si solennel, une cathédrale antique de pensée ! Maintenant, j’en étais sûr, nous nous aimions au-delà du plaisir sexuel qui était pourtant intense et réciproque. Le sentiment de honte et de frustration qui souvent gâchait mon plaisir sexuel après son accomplissement avait disparu depuis ma première relation avec Jérôme. Maintenant, j’étais fier de me montrer avec un mec et fier de dévoiler que c’était plus qu’un copain et que je faisais l’amour avec lui.

L’étape suivante était Corinthe et Jérôme m’avait une fois de plus laissé conduire sa voiture. Il gigotait sur son siège dans la chaleur de plomb qui avait envahi l’habitacle malgré les courants d’air organisés par les vitres descendues. Jérôme parlait sans arrêt, regardait et commentait paysage et cartes routières et ne s’arrêtait que pour me caresser la cuisse droite en me regardant d’un air aguicheur. Bref, il jubilait et moi aussi !

Dans la fraîcheur relative du musée de Corinthe, Jérôme s’est extasié devant une statue d’un éphèbe nu en me déclarant presque à voix haute :

— Il est bien, mais tu es beaucoup plus beau. Le ventre plat et musclé et puis une queue digne de ce nom!

— Qui parle de queue ? a demandé Hervé en s’approchant de nous et il a ajouté en souriant. Ah ! Oui ! C’est Jérôme ! Jérôme t’es un obsédé sexuel ! Mais si c’est pour la taille que tu fais la remarque, tu as raison : ou les sculpteurs étaient réservés ou pudiques ou les femmes et les gays grecs étaient brimés !

— Vous ne pensez tous qu’à ça ! a fait remarquer Delphine en précisant toutefois avec un petit sourire coquin. En tout cas, il a de jolies petites fesses comme celles de Domi ! N’est-ce pas Jéjé ?

Un guide qui commentait la visite du musée pour un groupe nous a demandé en français de baisser le ton et nous avons avec bonne humeur quitté la salle pour découvrir le site romain. Jérôme a plaisanté en voyant les vestiges des boutiques de l’agora ancêtre des centres commerciaux. Dans les bains où l’eau fraîche coulait encore, j’ai entraîné Jérôme dans une salle souterraine où jaillissait la source et je me suis rassasié d’une tendre étreinte à l’abri de tout regard.

Après quelques photos traditionnelles sur la bema, tribune d’où Saint Paul prononça son épître aux Corinthiens (dixit Jérôme nous ayant lu un passage du guide), nous avons repris les voitures pour quelques kilomètres afin de rejoindre le canal. Comme tous les Français nous avons été très fiers en admirant ce chef-d’œuvre de Ferdinand de Lesseps. J’étais appuyé sur les rambardes du pont routier en admirant un énorme paquebot traversant l’isthme quand Jérôme m’a fait remarquer l’emblème des colonels dictateurs, un aigle impérial, accroché sur le pont du chemin de fer qui enjambait lui aussi le canal à une centaine de mètres de là quand j’ai entendu une voix derrière moi.

— Alors Dominique MASSON, on calcule les masses de terre et de roche qu’il a été nécessaire de creuser et d’évacuer pour ouvrir ce passage ?

Me retournant brusquement j’ai vu accompagné de sa femme, M. BORDALET, mon prof de math de la quatrième jusqu’en terminale au lycée ! J’ai été tellement surpris de le trouver là, qu’au lieu de le saluer, j’ai d’abord appelé ma sœur dont il avait été aussi le professeur. En 1972, rencontrer des connaissances en Grèce était encore un fait peu ordinaire. J’ai présenté Jérôme et Hervé. M. BORDALET et son épouse, heureux de nous rencontrer et de retrouver des Français nous ont suggéré de nous joindre à eux pour le repas du midi. Ils faisaient eux aussi un voyage itinérant mais dans le sens contraire.

Le prof de math avait repéré une petite auberge non loin de l’entrée du canal à l’ouest devant un pont basculant et nous l’y avons donc suivi. J’ai craint pour Jérôme et Hervé de l’ennui dans la conversation qui a commencé à tourner sur Annecy et Thônes, mais j’avais oublié que M. BORDALET était un prof de math peu conventionnel et plein d’humour. Jérôme a ri aux larmes quand M. BORDALET a fait allusion sans méchanceté ni animosité aux mœurs pédophiles et homosexuelles des Grecs de l’antiquité… Mais le brave prof de math n’a trouvé aucun théorème pour s’expliquer l’hilarité de Jérôme !

Une route de bord de mer sinueuse qui ressemblait à la première corniche du comté de Nice nous a conduits jusqu’à Athènes. La ville était embouteillée et l’air brûlant était irrespirable. Nous avons aperçu au loin l’acropole dorée par les feux du soleil couchant. Jérôme, au volant de sa voiture dans les rues d’Athènes, avait peur de perdre Hervé dans les intersections. Hervé avait sur la carte, repéré un camping en ville et le cherchait désespérément. Domi est même descendu plusieurs fois de la voiture pour examiner le plan de ville avec Hervé et même pour interroger les passants. Quand nous l’avons enfin trouvé, il était complet et de toute façon sans ombrage et exposé aux bruits de la cité.

— J’avais prévu de rester deux jours entiers pour visiter la ville, nous a rappelé Hervé. Je ne vois que deux solutions, sortir de la ville pour chercher un camping, mais attention, il est déjà vingt heures et nous avons mis plus d’une heure pour y entrer !

— Et la deuxième solution ? s’est enquise Delphine fatiguée comme nous et soucieuse.

— L’hôtel, mais si nos bourses le permettent ! Pour Delphine et moi ça ira. Dominique ? Jérôme ?

Depuis le départ, nous avions fait une cagnotte gérée par Delphine et le budget que nous nous étions fixés n’avait pas été dépassé.

— Oui !!! s’est écrié Jérôme le sourire aux lèvres. Un lit… un vrai… un bain !

J’étais évidemment d’accord et nous avons trouvé un petit hôtel moderne et dans nos prix pas trop loin du centre-ville.

— Deux chambres séparées pour vous deux ? nous a plaisantés Hervé.



Asuivre.png