Le Trou, ou histoire d'un orgasme


Le Trou, ou histoire d'un orgasme
Texte paru le 2012-06-05 par Francis13600   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été expédié via courriel par l'auteur pour sa publication sur l'archive



Cet auteur vous présente 4 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7892 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 2012 — Tous droits réservés par Francis13600.


J'avais 21 ans, j'habitais à Vienne, près de Lyon. Ce soir là, j'avais passé une soirée bien arrosée avec un copain que je trouvais beau, beaucoup trop beau pour un hétéro, et la chaleur de l'été aidant, j'ai eu beaucoup trop de mal à le laisser partir. Je me suis retrouvé là, tout excité, face à mon lit tout vide, à une heure du mat.

Je me suis alors décidé à sauter le pas et à me rendre illico presto dans un sex club hard de Lyon que j'avais repéré sur internet sans jamais oser y aller, le très justement nommé « Le Trou ». Tout tremblant, je me déshabille, je me lave à fond, je me rase entièrement sauf le pubis que je tonds à 5mm, je me prélubrifie le petit trou, j'enfile un cockring en caoutchouc qui m'enserre la queue et les couilles, un jockstrap transparent, puis un jean serré et un T-Shirt, et je prends ma voiture pour faire les 30km qui me séparent du Trou.

Après m'être garé, je marche un moment dans les rues de Lyon, tout bandant et tremblant. Je me sens un peu honteux et j'ai l'impression que tout le monde peut voir que sous mon jean, j'ai enfilé mon costume de salope.

J'entre dans la porte dérobée du Trou avec l'impression que mon cœur va exploser. Il est deux heures et demie du matin, j'ai le trac, et je bande. Le mec qui m'accueille au comptoir est torse nu, il est super beau et il m'accueille d'un beau sourire. Après avoir réglé mon entrée, il me propose avec un clin d'œil de laisser mes affaires au vestiaire. Ne connaissant pas le fonctionnement du lieu, j'enlève en un mouvement mes chaussures et mon pantalon que je lui tends par dessus le comptoir.

Il sourit en me donnant mon bracelet et m'observe, pieds nus dans mon jock et mon T-Shirt moulant. Il me fait un clin d'œil en me souhaitant une bonne soirée. Je me décide alors à passer la porte, sans trop savoir à quoi m'attendre.

Je me retrouve sous les regards croisés d'une dizaine de mecs, la trentaine en moyenne, qui eux sont tous habillés! Rouge de honte, je me précipite vers l'une des portes sombres, histoire de ne pas rester bloqué là, et plusieurs mecs me suivent. Je passe devant une porte ouverte où je vois un mec attaché à une croix Saint André se faire prendre par un autre mec avec un ou deux autres qui se branlent à côté. Beaucoup trop impressionné pour m'y arrêter, je continue mon chemin en montant à l'étage, toujours suivi par des mecs que je n'ai pas le courage de regarder.

J'arrive dans un salon où une télé diffuse une vidéo de cul. Deux mecs avachis dans des fauteuils se branlent. Je vois un passage derrière une cloison et je m'y engouffre sans réfléchir. Je vais me coincer tout au fond, dans un recoin d'où je peux voir d'un côté, le film de cul à travers une fente et de l'autre côté, une pièce avec un grand lit en fer où trois beaux mecs à poil sont en train de baiser sauvagement ! Trop excité de ma position de voyeur, je me colle à la fente et je les observe en bandant : tout en suçant une bite, un des mecs tend son cul au bord du lit à l'autre, bien membré qui se prépare à le saillir. Je n'en peux plus, je bande comme un cheval. Un des mecs qui m'a suivi s'est retrouvé derrière moi et commence à m'empoigner le paquet ! J'ai trop le trac, je fuis.

En sortant du recoin, je tourne à gauche et passe un rideau de caoutchouc noir pour entrer dans une pièce entièrement noire. Je suis perdu. Je m'appuie contre un mur et attends un peu que mes yeux s'habituent à l'obscurité. J?entends des gémissements et des bruits de succion tout proches. Mon excitation monte, ma queue me fait mal et j'ai le cœur à 140.

Je distingue un peu de lumière qui vient d'un trou dans le mur. Je m'approche et me penche pour regarder. Je vois alors une belle queue s'approcher et je ne résiste pas, je tombe à genoux et je colle ma bouche grande ouverte au trou. La queue vient me frôler les lèvres, je tends ma langue, le gland glisse dessus avant continuer son chemin dans sa bouche, il ressort et revient, je bave, il pousse jusqu'au fond de ma gorge, trop excité je ne bouge pas, il bloque ma respiration avant de commencer un va-et-vient lent et profond, qui m'excite encore plus. Je sens que je coule dans mon jock mais je m'interdis de me toucher la queue pour ne pas jouir. Très vite, le mec jouit une bonne dose dans ma bouche et se retire. Je crache son sperme par terre et frustré, je me relève et perds l'équilibre.

C'est alors que je sens comme une petite table au milieu de la pièce. Excité comme un fou, je m'y allonge sur le dos, bras écartés, la tête en arrière, les pieds posés sur les angles et les jambes écartées, cul offert. Une de mes mains touche quelqu'un. Je sens une puis plusieurs mains qui viennent commencer à me toucher. L?une me malaxe le paquet, une autre me titille les tétons, une autre m'attrape par les cheveux et une queue commence à prendre possession de ma bouche. D'une de mes mains, je caresse une queue à travers la braguette ouverte d'un jean, je la sens tendue. Quelqu'un m'attrape par les chevilles et remonte mes jambes. Quelqu'un vient de commencer à me lécher le trou. Le mec qui me prend la bouche devient brutal, il pousse sa grosse queue à fond mais dans cette position, ma glotte s'ouvre toute seule et ma gorge est heureuse de recevoir ses coups de boutoir. Ses grosses couilles viennent taper contre mes narines et je respire son odeur. J'ai la tête qui tourne, je sens peut-être 5 ou 6 mecs qui s'agitent, se branlent, me touchent ou s'embrassent autour de moi.

J'ai une queue dans la main, une autre dans la gorge et une troisième se prépare à me remplir le cul. Je la sens s'appuyer sur mon petit trou serré, je vérifie d'une main qu'il a bien enfilé une capote et je l'encourage en relevant mes couilles. Il pousse et me déchire, je n'ai pas l'habitude, mais mes gémissements sont couverts par la queue qui continue à me pilonner la gorge. Ma bouche dégouline et je sens des liquides couler sur mon visage quand mon cul cède et qu'une queue m'envahit jusqu'à la garde. Je me cambre à fond, je sens qu'on tire sur mes poils pubiens en me triturant les tétons. Dès que quelqu'un essaie de toucher ma queue, j'enlève sa main, je ne veux pas qu'on me touche sinon je vais exploser

Le mec qui me baise la bouche depuis plusieurs minutes choisit ce moment pour se retirer, relever mon T-Shirt en le passant derrière ma tête et il jouit en criant, sur mon visage, ma bouche et mon torse. Couvert de sperme, je continue à subir les assauts du mec qui m'encule quand un autre mec arrive et me donne ses boules à sucer, mon nez tout près de son cul, tout en se branlant au dessus de mon cou. D'autres mecs se branlent sur les côtés, je les touche, les branle parfois et ils viennent frotter leurs glands mouillés sur mon torse, mes joues, où les glissent parfois en direction de ma bouche, déjà bien occupée. J'en sens un qui crache son foutre sur ma queue, après avoir tiré mon jock sous mes boules, ce qui a pour effet de me faire bander encore plus. Je suis en permanence au bord de l'orgasme.

L'odeur est géniale, c'est un concentré de mâle, sperme, sueur et hormones, qui se marie très bien avec les sons humides, les bruits de succion, et les claques sonores que le mec qui m'encule commence à m'asséner de plus en plus violemment sur les fesses tout en grognant de plus en plus fort. Il me fait mal et je pense d'abord l'arrêter, mais sa queue dans mon cul me fait voir des étincelles, et celle dans ma bouche me comble tout en m'empêchant de protester. Une boule de plaisir grossit dans mon ventre, quelque part entre ma queue et mon cul, je deviens totalement fou quand le mec jouit dans mon cul, l'autre jouit au fond de ma gorge et je jouis comme un malade sans même me toucher, cambré à fond, je crie et je tremble de tous mes membres. Le mec se retire de mon cul, je retombe allongé. Le sperme coule de partout, un mec est en train d'éjaculer sur mon torse en gueulant. Celui que je viens de sucer s'essuie longuement la bite sur mes lèvres et ma langue qui dégoulinent.

Puis ils partent tous, me laissant trempé, gluant, comblé, déchiré, la queue sortie et le torse à l'air, allongé sur ma table dans le noir.

Il me faut un long moment pour revenir sur terre, j'ai d'ailleurs dû m'endormir un moment.

La soirée ne s'est pas arrêtée là. Mais je vous en dirai plus une autre fois ! Peut-être, si vous m'en donnez l'envie !



Dernier courriel connu de l'auteur : Francis13600@gmail.com



Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!