Le beau canon des peluches


Le beau canon des peluches
Texte paru le 2003-08-03 par SexyJP   
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 1 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 4472 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 2003 — Tous droits réservés par SexyJP.


Ceci est une histoire vraie. 

Salut, je me présente: Jonatan. 15 ans, cheveux châtain, yeux vert bleu. Cheveux en piques de temps en temps, avec des lunettes signées Ralph Loren, un type banal quoi. Le jour où mes parents m’ont dit qu’on allait à Bray-Dunes durant un mois, j’étais dégoûté. Tous les ans, on va là-bas pour les vacances et je dois dire que ça me saoule un peu. Mais un problème familial fait que l’on y va que le week-end. Alors on embarque tous dans les voitures. Mes parents (chacun une voiture); je monte avec ma sœur dans la voiture de ma mère, et mon frère de 18 ans va avec mon père. On arrive là bas un samedi matin à 8h00. Devant le grand appartement. Je me dis: encore un week-end foutu.

Il est 11h00, je sors et je vais droit vers un casino avec des machines à pièces et des pinces où l’on attrape des peluches comme il y a dans les foires. C’est un peu ma seule distraction quand je suis là. On peut dire que je suis un mordu de ces jeux-là et j’y dépense tout mon fric en une journée. Alors après je suis obligé de réclamer des sous. Enfin bref, j’arrive devant le casino qui vient d’ouvrir.

C’est une sorte de manège, mais à la place du manège c’est les machines à sous. À côté se trouvent les machines avec les peluches où on s’énerve car on arrive jamais à en attraper. Je fais un tour tranquille dans les machine. Je salue la patronne, Arlette, que je connais très bien. Son mari je le salue aussi. Je vois Roger, un ami de mon père qui travaille la à longueur d’année. Il vit dans une maison près de mon lieu de vacances. Je lui dis bonjour et discute un peu. Peu après, je suis aux peluches. Je vois alors un jeune mec, dans les 20 ans, mal rasé, le genre que j’adore, un piercing à l’arcade sourcilière qui me fait kiffer, une casquette Adidas sur la tête. C’est lui qui s’occupe des appareils à peluche cette année. Je lui fais un sourire, et c’est réciproque. Je commence à dépenser mes sous et je ne fais pas attention (enfin pas trop) à ce beau jeune mec que je ne connais pas.

Dans l’après-midi, juste après avoir mangé au restaurant, je reviens au casino avec toute ma famille. Pendant que ma mère achète des pièces pour jouer, elle discute avec ce jeune inconnu. Je m’empresse de m’approcher pour écouter. Curieux comme je suis ça ne m’étonne pas. Ils parlent de carte de crédits qui ne fonctionnent pas, etc... Pendant que ma mère va jouer, j’entends Roger l’appeler par son prénom. Ben. Maintenant je sais qu’il s’appelle Ben, qu’il travaille la l’été et qu’il a des ennuis avec sa carte de crédit.

Au soir venu, vers 19h30 je vais à la baraque à frites me chercher un truc à manger. Je passe devant le casino, je le vois jouer avec l’un des enfants de Roger. Là j’ai une sorte de flash: il est gay. Je souris et avance tranquillement. Vers 21h00, je reviens. J’ai rendez-vous avec mon petit copain, pour savoir si je reste ou pas avec lui vu que je vais rentrer au lycée et qu’on sera séparés. J’attends en m’asseyant. 21h30, il n’est toujours pas là. Je vois alors Ben s’approcher de moi.

— Ben: Alors tu ne t’ennuies pas?

— Moi: Non j’attends un copain.

— Ben: Un copain ou un petit copain?

Là je me dis: ça y est, il est gay.

— Moi: Un petit copain qui ne va sûrement pas venir.

— Ben: Je peux m’asseoir?

— Moi: Bien sûr ça me fera de la compagnie.

Il s’assit. Moi je commence à avoir un début d’érection mais grâce à mon large T-Shirt ça ne se voit pas.

— Ben: Ta déjà tout dépenser ton fric?

— Moi: Oué ça part trop vite.

Durant une demi-heure on parle de tout et de rien. Entre deux, il remet quelques peluches dans les bacs... Il me reste 5€.

— Ben: Que dirais-tu d’essayer les cœurs?

— Moi: Ceux avec des capotes?

— Ben: Oué ce serait génial, et je t’aiderais.

À ces mots je me lève, vais vers l’appareil où il y a des cœurs, des sortes de ballons, avec dedans des capotes. Je mets 0,50€. Mes deux premières parties sont perdantes. Pour m’aider, Ben se met derrière moi. Collé contre mon dos, cette chaleur de fait bander. Je sens son pénis en érection contre moi et là je suis super heureux. Bien que je ne devrais pas, imaginez si mon copain arrive. Ma dernière me rapporte 2 cœurs d’un coup. Je lui donne le bleu et garde le rose. Il est maintenant 22h40. Il n’y a pu grand monde dans les rues. Il regarde autour de nous, il voit personne et m’embrasse comme on ne me l’avait jamais fait. Ce beau canon de 22 ans qui m’embrasse-moi, un jeune gamin de 15 ans. Au bout d’une minute qui ma parut durer une heure, il se décolle et me serre. Il est maintenant 23h00, le casino ferme. Les patrons s’en vont dans leur maison juste derrière et Roger repart chez lui. Ben fait la fermeture et moi je suis avec lui. Je ne me décolle plus de lui.

— Ben: Tu veux qu’on aille chez-moi ou tu veux rentrer?

— Moi: Chez toi si tu veux bien.

— Ben: Bien sûr.

Serrés l’un contre l’autre, il met son bras autour de mon cou et ne cesse de m’embrasser. On voit un marchand de glaces ouvert. On y va, il y a déjà 2 couples devant nous. Lui ne cesse de toucher mon entrejambe et voit bien que je suis en totale érection. Le couple devant nous se retourne et on ne fait semblant de rien. On prend notre glace, et on se dirige vers chez lui. Lui met sa glace sur mon nez pour ensuite bien me lécher.

On arrive devant chez lui, du moins le supposais-je avant d’en avoir la confirmation. Un appart’ tout simple, parfait pour un célibataire. J’entre chez lui, il me propose de m’asseoir, ce que je fais. J’entends un bip-bip-bip. C’est mon portable, j’ai reçu un sms. Je le lis:

Slt, dsl de ne pa avoir été la mé 1bleme ché moi. On parlera a mon ret. Mé je sui pa sur de ma décision. Bisous.

C’est mon copain ou petit copain, je ne savais plus.

— Ben: C’est important?

— Moi: Pas du tout.

J’éteins mon portable, et le range dans ma veste.

— Ben: Ça ne te dérange pas que je prenne une douche? J’ai trop bossé aujourd’hui.

— Moi: Non, non vas-y.

— Ben: Tu ne veux pas en prendre une?

— Moi: Tu es sûr?

— Ben: Allez...

Il prend mon bras puis m’embrasse.

— Moi: Si tu insistes je ne peux que dire oui.

Je le suis dans la salle de bain assez grande pour un appartement. Il fait couler la douche. Ben enlève ses chaussures, j’en fais de même. Il entre alors tout habillé dans la douche. Ce petit spectacle je dois le dire m’excite énormément. J’en fais de même et le rejoins. Je lui enlève sa casquette et commence à l’embrasser. J’hôte son T-Shirt pour l’embrasser sur son torse, je descends jusqu’au bas du ventre où on voit une fine ligne de poils monter jusqu’au nombril. Il m’enlève mon T-Shirt, le jette. Il m’embrasse l’oreille, je suis en pleine extase. Il m’embrasse durant 5 minutes dans le cou pour laisser place à un suçon (que je découvrirais plus tard). Il m’embrasse le long de mon torse. Il baisse mon pantalon, je suis en slip. Mon sexe en pleine érection a complètement déformé mon slip. Il enlève alors ce slip qui devient gênant un qui laisse apparaître ma queue qui dépasse un peu les 16 cm. C’est vrai, c’est pas énorme mais c’est ma queue. Il joue d’abord avec avant de s’agenouiller et de me sucer divinement. Il prend tout d’un coup. Moi je fais des hmmmmm.

— Moi: J’arrive.

J’éjacule alors 5 fois de suite. Il avale mon sperme sans hésiter. Il se retire. Je me baisse alors, enlève son pantalon, son boxer et voit alors une queue de 20 cm. Je n’avais jamais vu ça. Je commence à le sucer, je prends tout dans ma bouche. J’adore. Il n’a pas le temps de me prévenir qu’il gicle 3 fois lui. Je me relève. On est nus dans la douche qui coule toujours. Il me met alors à 4 pattes à terre, dans la salle de bain. Il lèche mon anus pendant que je craque le cœur où se trouve la capote que j’ai gagnée. Je lui donne et il la met. Alors il se prépare et enfonce alors sa grande queue dans mon cul. Ça me fait mal, mais après c’est le plaisir qui remplace la douleur. J’adore ça. Il fait des va-et-vient. Au bout d’une dizaine de minutes, on inverse les rôles. Dans les mêmes circonstances j’enfonce ma queue dans son cul. J’éjacule mais tout reste dans la capote. On se relève et se douche (pour du vrai).

Un peu plus tard, il est 2h00, j’envoi un sms à ma mère comme quoi je dors chez un copain. On finit la soirée au lit.

Le lendemain on se réveille à 9h00. Du moins lui est réveillé et il m’apporte le petit-déjeuner au lit, trop romantique. Vers 10h00 on sort, c’est dimanche. La ville est bomdée, lui doit aller travailler. Il me laisse à son appartement et me donne son numéro de portable au cas où on se revoit plus car je dois partir au soir, vers 21h00. J’enfile mes vêtements (secs depuis la veille) puis sort. Je retourne chez-moi où je vois ma mère qui discute avec quelqu’un. Mais ce quelqu’un, c’est mon copain...

Alors qu’avez vous pensé de mon histoire qui s’est réellement passée ?