Mon cher journal - Tony à la piscine

Ce texte vous est présenté dans le
cadre du projet d'écriture :

Essay.svg

Raconte cette photo (1)

Mon cher journal - Tony à la piscine
par Gordon   Drapeau-fr.svg   (2011-02-16)


Ce récit a été publié sur l'archive par l'auteur d'après une activité d'écriture proposée au menu "Écriture" du menu général.

Cet auteur vous présente 65 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7611 fois depuis sa publication
(* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)
Raconte04.jpg

Mon cher journal,

Encore une fois la journée a été magnifique. Il faut dire que nos vacances sont fantastiques. Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu d'orage et de pluie. J'ai pu en profiter pour inviter mon pote Tony. Il n'a pas hésité à venir ; il kiffe trop notre piscine. Nous avons passé une bonne partie de l'après-midi au bord de la piscine. Il faut dire, avec sa peau brune légèrement ambrée, il lui est facile de rester sous le soleil. Moi je préfère me mettre sous le parasol.

Il est venu avec un short gris assez court. Putain, lorsqu'il a enlevé son T-shirt j'ai failli crever. Ce con a des abdos d'enfer. À chaque fois que nous étions allongés et qu'il fermait les yeux, je le matais. J'ai passé toute la journée avec la serviette sur mon sexe pour pas qu'il découvre la bosse qu'il me procurait. Je lui aurais bien léché toute la peau.

Une fois, il s'est placé les pieds dans l'eau, la tête en l'air. Mon désir a été trop fort. J'te dis pas comme mon coeur a failli flancher lorsque je me suis approché de lui par derrière. Je me suis collé dans son dos en lui soufflant "Putain les abdos". J'ai posé ma main sur son ventre. Ce con m'a répondu que j'étais pas prêt d'en avoir des identiques. Nous nous sommes amusés à nous insulter gentiment jusqu'à ce que mes caresses deviennent plus sensuelles. Putain, lorsque j'y penses encore, il n'a rien dit et s'est laissé faire. J'ai même pu descendre ma main sous son short et prendre sa queue. Je bandais comme un malade en le branlant. Il n'a pas été long à me gicler dans la main.

J'allais me ressuyer sur ma serviette, mais le dos tourné, j'ai préféré lécher mes doigts plein de sperme. Ça devient un truc de fou. Je crois que je deviens accro au sperme.

À demain cher journal...


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!