Mon jeune esclave (30)


Mon jeune esclave (30)
Texte paru le 2018-11-10 par Servus49   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur

MM.jpg

Cet auteur vous présente 171 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3576 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Servus49.


Template-Books.pngSérie : Mon jeune esclave



— Écartez vos fesses, sous-hommes…

Ils obtempèrent, le vétérinaire passe la main sur chacun des culs et sur leurs trous… Il semble apprécier, il hésite puis finalement.

— Très gentil de votre part… mais j’opte pour couvert… J’aurai moins de mal à le pénétrer au moins au début…

— couvert !

— Oui Maître.

— En position d’offrande, Monsieur le Vétérinaire va te faire l’honneur de se vider les testicules dans ton anus… occupe-toi bien de sa verge.

— Ouui Maître.

Il se positionne, le vétérinaire sort sa verge… Ah oui… un bon morceau bien 8-10cm de diamètre… il a bien fait de choisir couvert… et bien longue, je dirai 25-30 cm…

— Vous êtes testé négatif, Monsieur ?

— Oui, pas de problème les culs inconnus je les prends couvert… mais celui-ci je sais qu’il n’y a rien à craindre…

— En effet. Alors vous pouvez le prendre bareback, avec un peu de gel tout de même…

— Oui bien entendu, j’aime bien me faire graisser par le propriétaire du cul que je vais prendre, il peut apprécier à l’avance ce qui va le pénétrer.

— Oui mais le propriétaire de ce cul c’est moi…

— Ce n’est pas ce que je voulais dire…

Nous rions tous les deux pendant que couvert prépare la verge… je le vois blanchir en appréhendant ce « montre ».

— couvert, donne satisfaction à Monsieur le Vétérinaire. Montre que tu es bien dressé et que tu sais prendre un tel sexe.

— Ouui Maître.

Le veto positionne sa verge à l’entrée du trou de Couvert… bien ouvert mais inférieur au diamètre de ce qui va le pénétrer… compte tenu de la longueur du membre viril. Je le vois commencer à pénétrer l’anus de mon esclave…

— Ahhhh !

— Chut esclave, tu dois accepter la douleur pour le plaisir de celui qui te prend.

— Laissez le gémir et même crier si il veut. Cela m’excite au plus haut point… et cela limitera peut-être sa torture…

Le chibre pénètre, pénètre… quelques petits moments d’arrêt, non pour permettre à l’esclave de récupérer, mais à l’Homme d’apprécier son œuvre… l’esclave gémit, gesticule…

— Ahhhh ! Ahhhhhhh ! Aiiiiiiiiie !

— Oui, vas-y travaille avec tes anneaux, c’est bien.

couvert, malgré la souffrance, fait ce qu’il doit : masser la verge de celui qui le pénètre. Le vit pénètre encore et semble stopper…

— Je bute… en profondeur… la « deuxième chambre » semble fermée… Je peux forcer la porte Monsieur le Comte… ?

— Oui allez-y, vous avez sauvé mon jeune esclave, je peux bien vous donner ce plaisir…

— Mais je ne garantis pas les dégâts…

— Je les prends à mon compte, le prof lui s’est permis d’abuser sans mon autorisation… moi je vous autorise.

— Humm ! mmmm ffffff !

— C’est dur couvert ? Donne du plaisir…

— Très bien, et merci…

Le vétérinaire, sort sa verge un peu de l’anus de couvert, il prend de l’élan… et le pénètre brusquement jusqu’à la garde… Waouh ! Il a réussi à rentrer tout son mandrin, il récupère de son effort. L’esclave gémit, plus qu’il ne crie, la douleur même doit l’en empêcher… Il pleure… Il me regarde, suppliant…

— C’est bien couvert, ton utilisateur semble aux anges… travaille de ton cul comme je te l’ai appris… souffre mais travaille…

— OoooHH Maiiiiitre…

Le vétérinaire à commencer ses va-et-vient de plus en plus tonus… il gémit… il hurle même de jouissance… il va bientôt avoir son orgasme… puis…

— OUUUUUUUUUUIIIIIIIIIIIII, OUUUUUUUIIIII.

Bien au fond des entrailles de l’esclave devenu une marionnette pantelante… Les yeux exorbités de cette jouissance… il semble se déverser dans le très fond de l’esclave… De nombreux jets semblent être éjectés…

— OUUUUUUUUUUIIIIIIIIIIIII, OUUUUUUUIIIII Oh que c’est bon, que son cul est agréable, on se dirait dans du velours… Si je peux me permettre, Monsieur le Comte… je resterai bien dans son cul pour récupérer et lui en remettre une dose. J'aurai ainsi une nouvelle extase…

— Mais faites donc cher ami.

couvert me regarde implorant avec un regard totalement éteint… il n’a pu garder la position, il s’est totalement allongé sur le sol que les deux corps s’agitent à nouveau sous la pression d’un seul… l’Homme. L’esclave lui, accompagne seulement avec quelques petits cris qui excitent beaucoup celui qui le pénètre sauvagement… Je dois me contenir devant mes « invités » l’étiquette l’oblige… sinon moi aussi je serai dans un cul pour me faire branler.

— Ahhhhhhhhhhhh. Ouiiiiiii. Ouiiiiiiiiiiii.

— Super… ce trou, et l’esclave qui fait son travail jusqu’au bout… j’espère que je ne l’ai pas trop abimé et qu’il pourra resservir encore… si c’est le cas je vous l’achèterai bien Monsieur le Comte…

En effet, couvert, ne bougeait pas beaucoup, des sanglots, des larmes coulaient de ses yeux… et du sperme suintait de son anus avec un peu de sang…

— Non, rien de grave… un peu de Bétadine et il sera performant ou « perforable » plutôt, dans quelques jours… Je vais immédiatement lui faire fermer son cul par un bon plug afin qu’il ne perde rien de votre semence.

— Bonne idée et merci…

— J’espère qu’il ne vous a pas sali de merde votre verge, compte tenu de la profondeur de la pénétration… Il a eu son lavement ce matin…mais on ne sait jamais…

— Non, pas de problème… J’ai pris une de ces extases que l’on n'a que rarement… Je me répète, mais si vous le vendez je suis acheteur…

— Je verrai cela, mais pas tout de suite, peut-être dans quelques temps.

— En tout cas je vous remercie… A très bientôt j’espère Monsieur le Comte. N’hésitez pas à m’appeler de nouveau en cas de problème sur un de vos biens.

— Au revoir Monsieur et merci.

Le vétérinaire parti, je me dirige vers couvert toujours allongé sur le sol en train de récupérer, je lui soulève la tête en lui tirant les cheveux… sa figure est remplie de larmes.

— Je suis satisfait de ta prestation, couvert, surtout quand le véto t’a pénétré totalement, tu devais avoir le bout de sa verge dans les boyaux, tellement elle est imposante… C’était jouissif de t’entendre crier, supplier, je pense que tu exagérais un peu pour le satisfaire… mais tu étais très convaincant, dommage que tu te sois évanoui car tu ne criais plus… mais il a vraiment pris son pied et m’a remercié. Tu l’as tellement satisfait qu’il voudrait t’acheter pour pouvoir se vider les testicules plus souvent dans un cul… Je verrai plus tard… en le faisant patienter ta valeur augmente…

— Non Maître, je ne faisais pas semblant, je souffrais beaucoup…

— Alors c’est encore mieux car un esclave ne doit pas tricher… et donc tu ne seras pas puni… pour cela.

— Merci Maître.

— Et tu aimerais que je te vende à lui ?

— Maître, je n’ai pas à décider de mon avenir… Si vous me vendez à Monsieur le Vétérinaire, s'il me pénètre souvent comme aujourd’hui… je ne sais pas si je serai utilisable longtemps.

— Bien répondu, c’est pourquoi je ne lui ai pas répondu affirmativement, même si je sais que j’aurais fait une bonne plus-value en te vendant.

— Merci Maître.

— Mais dans l’avenir on verra…


Asuivre.png