Mon joli noir

Drapeau-fr.svg Gay Confessions

GC10.jpg


Numéro 10

Texte d'archive:


Archivé de: Gay Confessions – Numéro 10
Date de parution originale: c.1993

Date de publication/archivage: 2017-12-05

Auteur: Jérôme
Titre: Mon joli noir
Rubrique:

Note: Le magazine Gay Confessions ayant disparu, nous vous présentons alors sur l'archive des textes y ayant paru au fil des ans, à titre d'archive, le but premier de l'archive étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte, ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 4559 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

Cette publication vous est présentée grâce au fonds d'acquisition auquel les visiteurs peuvent contribuer. Ce fonds sert exclusivement à acquérir de nouveaux périodiques à archiver et que nous ne réussissons pas à obtenir dans les collections personnelles des visiteurs.


J’ai rencontré un magnifique noir au sauna. Il mesure environ 1m90 et il est tout en muscles, plus âgé que moi : il a 33 ans et moi 24, il m’a fait flasher. Je ne l’ai jamais vu dans une cabine. Il reste dans la salle de gym à s’entraîner. Deux semaines de suite (je vais au sauna tous les mardis), je l’ai pratiquement branché en m’exerçant sur les appareils à côté de lui. Mais il ne me regardait pas. Pourtant, on me dit assez beau. J’avais les boules et j’allais baiser avec d’autres mecs ; souvent en pensant à lui.

Un jour, je bourrais un type la porte de la cabine ouverte, afin que d’autres puissent nous mater. Le mec m’excitait assez, car il criait chaque fois que j’enfonçais ma bite dans son cul. Le noir me regardait faire depuis un moment sans que je m’en aperçoive. Quand je l’ai vu, j’étais gêné car c’est lui que je voulais et pas un autre. J’ai continué à bourrer le mec pendant quelques secondes, puis j’ai sorti ma queue, enlevé ma capote et suis allé vers mon black. Il m’a empoigné la bite et m’a entraîné vers une autre cabine. Quand il a posé sa serviette, j’ai pas été déçu : sa queue semblait immense (il me dit alors qu’en érection totale elle mesurait 28cm).

Avant que je ne fasse quelque chose, il s’est mis à genoux devant moi et m’a fait une pipe. Il avait une bouille sympa et ses lèvres roses s’étiraient quand ma queue sortait de sa bouche, ça à duré longtemps. Après j’ai voulu le sucer aussi. Il ne bandait pas aussi dur que moi, pourtant je n’ai jamais réussi à enfourner en entier son engin. C’était bon car j’arrivais à le lécher avec toute ma langue, tout en le branlant avec les deux mains. Son gros gland, entre le brun pale et le rose m’amusait, je le gobais comme un bonbon. Je m’appliquais car je ne voulais pas qu’il sente mes dents. Il a voulu qu’on fasse un 69. On s’est sucé pendant au moins 3/4 d’heure. Les efforts le faisaient suer. Au début, j’aimais pas trop son odeur âcre, elle me restait dans la gorge. Mais il s’appliquait super bien et j’étais content de baiser avec un mec aussi bien monté et surtout si musclé. Alors, j’ai essayé d’aimer son odeur. Je me suis dit « Tu n’as qu’à penser que c’est du poppers ». Finalement, cela m’a excité encore plus de faire l’amour avec un mec qui sente aussi fort.

Il a voulu que je le prenne. Il avait un super cul musclé. Son petit trou était aussi rose que sa bouche. Pas besoin de le travailler longtemps, je voyais bien qu’il s’ouvrait facilement. Je l’ai d’abord pris tout doucement. Puis de plus en plus fort, ça n’a pas trop duré car il a joui très rapidement. Ensuite, il s’est retourné, a changé ma capote et m’a de nouveau sucé jusqu’à ce que je vienne.

Maintenant on se voit pratiquement chaque semaine au sauna. D’abord on se muscle puis on baise. Il est gêné de son odeur, moi j’en suis devenu accroc et je ne veux pas qu’il se douche avant l’amour. S’il y a d’autres mecs qui ont vécu ce genre de trucs, j’aimerai bien qu’ils écrivent car c’est vraiment une expérience particulière.

Jérôme, 24 ans. Genève.