Putain de mec (05) : ... Dix de retrouvés !


Putain de mec (05) : ... Dix de retrouvés !
Texte paru le 2012-09-04 par LovUnder913   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

M.jpg/ MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 8 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6831 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 2012 — Tous droits réservés par LovUnder913.


Le lendemain, je trouvais un gode dans mon casier, ce qui allait m’amener à découvrir de nombreux nouveaux plaisirs en ayant toujours à l'esprit de baiser Sam, ce putain de mec !

Le mercredi matin, j'étais arrivé avec 15 minutes d'avances pour avoir le temps de découvrir la surprise que le prof' avait du déposer dans mon casier. Et elle fut de taille quand je découvris un gros gode de 20 cm. Je ne pus attendre plus longtemps et après l'avoir glissé discrètement dans mon sac je me précipitai vers les toilettes. Une fois la porte fermée, je descendis mon pantalon et mon calbut sur mes genoux et caressa ma chatte de lopsa afin d'y glisser directement 2 doigts à tel point je mouillais d'excitation et d'impatience de pouvoir enfin mettre dans mon cul quelque chose qui s'apparente déjà plus à une queue. Au bout de 5 minutes, mon cul était prêt à accueillir ce gros morceau mais la sonnerie retentit afin de signaler le début des cours ! Merde ! Mais sachant très bien que je ne pourrais attendre la fin de la matinée pour me remplir la chatte, j'enfila le gode d'un coup sec en entier dans mon cul ! La douleur fut intense mais le plaisir encore plus ! Oh putain c'est tellement bon !

Pendant les 4 heures de cours, les gens me regardaient bizarrement ! En effet, je passais mon temps à m'agiter sur ma chaise pour faire bouger le gode dans mon cul ! Je trouvais sans cesse des excuses pour me relever : grâce à sa l’engin sortait un peu de ma chatte et je me rasseyais d'un seul coup afin de le faire rerentrer brutalement ! Quel délice ! J’étais au comble du plaisir pour la salope que je suis.

En cours de physique, il m'arriva une mésaventure qui risqua de me griller auprès de la classe. Le prof m'appela au tableau afin de corriger un exercice mais alors que je me dirigeai vers le tableau, je sentais que le gode sortait de plus en plus de mon cul et à cette vitesse il serait bientôt complètement sorti et mon calbut ne le retiendrais pas car je portais un caleçon. Bref, d'une minute à l'autre, mon gode risquait de tomber par terre à la vue de tous !!! Je serrai de toutes mes forces mes muscles anaux pour le retenir tandis que je tentais de résoudre l'exercice que je n'avais pas fait chez moi par flemme. Sentant le bout du gode sortir, je m'asseye brutalement sur la chaise du pro comme si j'étais prit d'un vertige et le gode rentra d'un seul coup dans mon cul et je poussai un cri qui ne passa pas inaperçu. Inquiet, le prof demanda à Matteo (car c'est notre délégué) de me conduire à l'infirmerie. Celui-ci ne m'adressa pas la parole le long du trajet car il devait encore avoir dans la tête les évènements de la veille mais je comptais bien trouver un moyen de me faire pardonner.

L'infirmière ne trouva rien d'alarmant et je rentrais chez moi à la fin des cours. Mes parents n'étaient pas là alors j'entrepris de me raser les boules et le cul car cela faisait un bail que je ne l’avais pas fait et c'était bientôt la forêt vierge. J'étalai la crème à raser puis je me rasais et je reproduisais la même chose jusqu’à me sentir comme une femelle avec mon trou désormais accessible plus facilement et mis en évidence. Mais me raser me rappela la première expérience que j'avais eu avec Samuel où il m'avait appris à me raser ! Je décidai de me remettre au taf dès demain pour le baiser en étant tout les deux dans un état qui nous permettrait de nous en souvenir si vous voyez à quoi je fais allusion !

Mais j'avais d’autres plans pour l'après-midi ! J'avais décidé de rendre visite à Matteo à la caserne pour me faire pardonner car il y passait le mercredi après-midi pour s'entraîner avec les autres JSP.

A 14h00, j'étais devant le bâtiment et je vis arrivé l'équipe des JSP. De loin, je les trouvais relativement peu : il devait être 4 ou 5 tout au plus sans compter le mec qui était avec eux pour les entraîner. Je me dirigeai vers le groupe et je remarquai que Matt n'était pas parmi eux. Ils me dirent qu'il était partit courir avec les autres JSP. J'étais déçu mais en regardant de plus prêt les autres gars je fondais ... De vrais beaux gosses à l'état brut tout en muscles ! Sans parler de l'accompagnateur : la trentaine, musclé à souhait et belle gueule qui m'adressa justement la parole :

— On va allez boire un peu d'eau, viens avec nous pour patienter ! Je t'offrirais bien un café et plus si tu veux !

C'était cramé ! Il est gay ou du moins comptait sur moi pour se vider les burnes ! Mais les autres ne furent pas surpris de ce qu'il me dit et cela qui me laissa perplexe et je compris quelques instants plus tard qu’ils devaient souvent se retrouver ensemble pour des moments bien plus intimes

Alors qu'on rentrais à l'intérieur, Jean (l'accompagnateur) me pris par la nuque et me fouta à terre avec violence ! Il descendit sa braguette et sortit sa queue qui bandait déjà et la dirigea vers ma bouche ! J'étais encore sous le choc et instinctivement j'ouvris la bouche et commença à sucer ses 21 centimètres par habitude d’être soumise !

— Ah, je savais bien que t'étais qu'une pute ! Allez les mômes, ne soyez pas timide, approchez vous !

Les 5 JSP se mirent autour de moi et baissèrent leurs pantalons en commençant à se branler ! Le plus grand s'approcha : il était blond au cheveux plutôt courts et avait un bouc. Sa queue était petite (14 cm) mais plutôt épaisse avec un gland très large ! En 5 minutes il jouissait déjà dans ma bouche des litres de sperme au goût âcre ! Et les autres suivirent chacun leur tour ! J'était au 7ème ciel : toutes ces queues offertes à ma bouche de suceuse, je me sentais à ma place au milieu de ces jeunes éphèbes ! Jean entama la dilatation de mon cul et poussa un premier doigt contre ma rosette puis un second ... Il demanda à un des JSP de me lécher l'anus ce qu'il fit sans rechigner. Sa langue amateur explorait tous les recoins de mon cul de grosse pute ! Puis sans m'avertir, Jean enfonça son pieu intégralement dans mon trou mais j'étais si bien préparé que les 21 cm passaient sans problème. Je couinais comme une chienne sous ses coups de buttoir experts ! Il rentrait et sortait en moi aisément et je sentais cette queue élargir les parois de mon intimité avec une violence non dissimulée et je poussais des râles de plaisirs :

— Oh oui, ptain ta queue est géniale ! Vas-y baise-moi bien ! Enfonce-la jusqu'à la garde, oui vas-y comme ça ! C’est trop bon ! Allez vas-y plus fort, je veux que tu me déchires le cul ! Mec t’es génial, tu me fais trop du bien, t’arrête surtout pas ! Ouais comme sa, continue ! Ouais sors ta queue et remet la ! Hum putain c’est trop bon !

— T’es qu’un trou à sperme ma femelle ! T’es une grosse soumise et t’es faite pour sa ! Ton p’tit cul rebondi est d’enfer !

J'aime tellement qu'on me parle comme ça que je bandais à mort ! Puis Jean jouis dans mon cul et ce fut au tour des JSP de visiter ma chatte ! Le plaisir était présent mais moins qu'avec Jean : les queues mesurait entre 14 et 17 cm donc rien d'énorme ! Seul le dernier sortit du lot : un mec pas très grand mais très bien gâté par la nature : un beau 20 cm courbé mais à son avantage car son gland stimulait des zones jamais jusque là stimulée ! C’était l'extase et au bout de nombreux vas et viens sauvages je jouissais des flots sans même m'être touché !

Alors que j'allais me rhabiller, 4 pompiers arrivèrent dans leurs uniformes ! Entre nous, les mecs en uniformes, c’est le top et la source de fantasmes de n’importe quel gay qui se respecte et je ne faisais pas exception à la règle. C’était purement des canons qui feraient même bander un mort ! Au vu du spectacle, ils se dirigèrent vers moi qui étais couché nu au sol baignant dans mon propre sperme ! J’approchai mon visage de leurs bosses qui déformaient leurs pantalons ! Ces apollons sentaient la sueur et le travail accompli et je reniflais leurs aisselles et léchait leurs corps de haut en bas alors qu’ils quittaient progressivement leur tenue ! Putain je vivais un rêve au milieu de ces dieux vivants ! Même en tenue d’Adam, ils étaient magnifiques et excitant au point d’en avoir mal ! Tandis qu'un présenta sa queue à ma bouche, les autres s'approchèrent de mon cul. L'un deux m'encula brutalement de son fin pieux de 19 cm. Alors que je criais comme jamais, un second pompier positionna son gland contre ma rosette déjà occupée ! Une double pénétration, j'en rêvais ! Mais force est de constater que c'est grave douloureux au début mais après le plaisir est décuplé !

— Oh c’est génial les gars, c’est 10 fois mieux avec deux queues dans ma chatte ! Baisez-moi à donf !

— Ta gueule la pute. Tu suces, t'écartes les jambes, tu subis, c'est tout !

Le quatrième pompier à ma grande surprise tendis son cul en enfonça ma teub dans sa chatte déjà très ouverte qui pourrait accueillir n’importe quoi vu l’ampleur de l’ouverture de son cul béant : il devait vraiment être une énorme salope ! Il bougeait son cul et faisait lui-même des vas et viens sur mon pieu et kiffait un max à en croire les gémissements et les cris qu'il produisait :

— Oh oui putain !!!!! Ta queue est trop bonne mon gars ! Je te jure t'es un dieu de la baise !!!

— Et j’te parle même pas de toi ! Je rêverais d’avoir un cul si ouvert que le tien ! Il faudra que tu me donnes des conseils !

— On verra sa tout à l’heure, pour l’instant : profite !

— C’est ce que je fais !

Puis je jouis une seconde fois dans son cul souillé.

On baisait tous ensemble depuis plus de deux heures, on s'enculait les uns les autres, se suçaient, se doigtaient, découvraient de nouveaux cul, de nouvelles queues, et spermaient en coeur comme de gros males en rut et dans mon cas comme la plus grosse salope qu'il existe sur terre : insatiable, et toujours affamée de queues !

Alors que tout le monde était exténué par cette baise, mes 10 amants firent un cercle autour de moi et me pisèrent dessus ! Cette sensation inédite était très agréable ! Le liquide chaud se répandait sur tout mon corps et l'un deux se vida même dans ma bouche me forçant à tout avaler ! J'avais atteint un stade de soumission tellement important que j'aurais pu passer ma vie à leur servir de vides couilles à tel point je ne pouvais plus m'en passer !

Tout le monde se rhabilla ensuite tandis que certains me donnèrent leur numéro pour de prochains plans qui s'annonçaient déjà très hot !

C'est après cette partouze que je compris le sens de cette expression que j'avais toujours trouvée ridicule ... Le compte est fait : j'avais perdu la queue de Matteo mais j'en avais gagné 10 autres ! Alors : Un de perdu ... Dix de retrouvés ! Mais dans ma tête sa voulait dire : Une queue de perdue … Dix queues de retrouvées !

Mais je n'étais pas au bout de mes surprises et j'allais dès le jour suivant vivre de nouvelles expériences qui s’annonçaient d’ores et déjà encore plus hot et encore plus hard avec des mecs de rêve dont Samuel bien évidemment!!!

À suivre !
Merci à ceux qui ont laissé des commentaires (même s'ils ne sont pas beaucoup) ! 
J'espère pouvoir en recevoir de nombreux sur la page de discussion de ce texte 
que ce soit pour me faire bander avec des remarques plaisantes ou critiquer mes écrits ! A vous de voir !


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!