Sea, Sex and Night (01)


Sea, Sex and Night (01)
Texte paru le 2017-09-29 par XXX duncan   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg/ MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 9473 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. XXX duncan.


Template-Books.pngSérie : Sea, Sex and Night

Je m'appelle Thomas, mais tout le monde me surnomme Tom, je suis un mec de 38 ans imberbe, je mesure 1,80m pour 70kg, même si je ne m'en sers pas très souvent j'ai une teub de 19cm avec des grosses couilles pendantes, ce qui fait kiffer beaucoup de mecs qui aiment les tirer, les malaxer, tout comme mes tétines qui font presque 2cm et qui excitent beaucoup certains mâles qui les torturent ou même les tètent, tout dépend du plan. J'ai une bonne chatte bien dilatée, ourlée de bonnes lèvres qui ne laissent aucun doute sur mon orientation sexuelle, sur le fait aussi que je ne suis plus vierge depuis bien longtemps et que ce trou a été utilisé à l'excès... cela peut se révéler être un bon atout.

Cette année je suis en vacances dans une petite ville balnéaire près de la Rochelle et je m'emmerde un peu, j'ai fait quelques plans via Scruff et trouver quelques mecs à vider sur la plage naturiste, mais rien de très excitant, juste de quoi entretenir ma chatte toujours en quête de nouvelles queues. Ce soir je sortais d'un restaurant avec des potes et ils avaient décidé d'aller danser dans une boîte gay, mais je n'en avais pas envie, j'avais envie de cul, j'avais envie de me faire niquer grave... aussi je déclinais l'invitation et fis mine de rentrer chez moi... chemin faisant je matais mon téléphone, un mec voulait que je passe chez lui pour le sucer mais il était à 50 bornes... et finalement il ne me branchait pas plus que ça.

Je repassais chez moi, me lavais le cul et repartais avec ma caisse en direction de La Rochelle. Je m'arrêtais près du Casino, j'allais au Parc qui longeait la mer... je remontais une allée à pieds, j'apercevais au loin des silhouettes... au moins il y avait des mecs qui draguaient. J'allais m'accouder à la balustrade en pierre qui dominait la mer... je sentais des mecs qui me mataient en passant, il faut dire que j'étais sapé comme une pute, je portais un petit short jaune, avec en dessous un jock-strap, torse nu, j'arborais une veste de jogging ouverte.

J'allume une clope... Un mec s'approche de moi, il me demande du feu, je me retourne, il est jeune et l'air un peu éméché, il mate mes pecs et mes tétines proéminentes. Il est blond, les cheveux rasés, il a un jean troué serré qui moule bien sa bite. Nous échangeons quelques banalités tout en finissant nos clopes, puis il se rapproche de moi et commence à me rouler une pelle tout en commençant à triturer mes tétines, ce qui me déclenche aussitôt une érection. Il se frotte contre moi, je sens sa queue durcir. Avec ma main je commence à lui malaxer le paquet, avec mes doigts je déboutonne sa braguette et tombe directement sur sa queue dure, il n'a pas de slip. Je me baisse et lèche son gland qui mouille déjà.

— Humm, je fais en dégustant le précum qui coule de sa queue.

Il se courbe et commence à me doigter le cul, puis il recommence. J'ai le trou qui commence à me chauffer et qui commence à mouiller aussi.

— Suce moi ! il me dit.

Excité par son ordre, je commençais à le pomper, sa queue était bonne, épaisse avec un long prépuce le tout avec une grosse paire de couilles... Je remonte le prépuce et nettoie le gland avant d'engloutir sa queue qui gonfle encore plus dans ma bouche, il prend ma tête et me fais faire des va et vient sur sa teub, il gémit un peu... Au bout de quelques minutes il me demande d'arrêter car il va jouir, je m'arrête de suite et lèche sa hampe, puis je descends sur ses couilles. il me repousse et me demande de me lever.

— Viens, on va dans un endroit plus discret, me dit-il !

En relevant la tête je vois quelques mecs qui sont en train de nous mater en se touchant le pacson. Je le suis, il marche devant, il a l'air de bien connaître les lieux. Il se retourne brusquement :

— Moi c'est Julien et toi ?

— Moi c'est Tom ! je lui réponds.

Il me tire par le bras, il y un gros arbre entouré de buissons, apparemment c'est là qu'il fait ses plans culs. Je me refous à genoux pour le pomper à nouveau, il a déjà ressorti sa queue, il me pince les tétons ce qui m'excite encore plus et je tète sa queue en fond de gorge. Il m'oblige à me relever en me tirant encore plus fort les tétines.

— Fais moi voir ton cul de lope ! il me fait, en baissant mon short brusquement.

Il le palpe et me doigte le cul à nouveau... Il commence à frotter sa queue raide sur mon trou, il crache dans sa main et me lubrifie le cul avec son crachat, je n'en ai pas besoin j'ai déjà la chatte qui mouille à donf. Il enfonce sa queue, je sens son gland rentrer dans mon anus, je râle de plaisir, il s'excite sur mon trou avec son gland puis il le rentre brutalement et commence à me niquer avec un rythme saccadé soutenu. Je sens que sa queue entière est dans mon cul, je sens ses couilles qui claquent sur mon cul. Je gémis à chaque coup de rein, putain c'est trop bon... il me prend par les hanches pour taper plus fort dans ma chatte et dans un dernier coup de rein il s'immobilise, je sens son jus remplir mon bide, je bande à fond et me branle. Il me demande si j'ai juté, je lui réponds "Oui !" mais ce n'est pas vrai, j'ai encore envie d'attendre. J'entends le cliquetis de sa ceinture et je le vois s'éloigner...

Je suis encore cul nu, j'ai envie de m'essuyer le trou et je pense que j'ai oublié mes Kleenex dans la voiture, je vais pour me retourner quand je sens un mec qui me plaque à nouveau contre l'arbre et qui se frotte contre moi.

— Tu as l'air d'aimer ça ? Je vous ai maté et je suis sûr que tu n'es pas contre d'avoir une autre bite dans ton cul ? il me chuchote à l'oreille.

Je sens son haleine, un mélange de tabac et de vodka et une barbe se frottant sur ma joue.

— Non ! J'ai envie de sentir ta grosse bite dans mon trou ! je lui réponds.

— Tu m'as l'air d'être une bonne pute à jus !

— Oui c'est ce que je suis! Un vide-couilles pour les mecs comme toi ! je réponds complètement excité.

Déjà je sens sa bite contre mon trou bien lubrifié par le sperme de l'autre. Sa bite bien raide rentre directement dans ma chatte dilatée. Après quelques minutes à subir ses coups de butoir je sens son jus gicler dans mes entrailles. Je continue de me branler et j'arrête quand il se retire. Il me retourne et me demande de nettoyer sa queue ce que je m'empresse de faire, je savoure son jus mélangé à l'autre. Une fois sa queue propre il remballe son matos et se tire.

Je remarque au loin un mec avec un pantalon de jogging blanc qui me me mate depuis tout à l'heure, je remonte mon short et file à ma voiture chercher des Kleenex pour m'essuyer un peu, j'en profite pour boire un coup et prendre mon flacon de poppers que j'avais oublié, puis je retourne dans le parc. Le mec au jogging blanc me suit toujours de loin...je retourne à la balustrade de pierre et j'attends en allumant une clope. Il ne bouge toujours pas, j'en rallume une et je le vois approcher.

— T'as une clope pour moi ? il me demande.

Je lui tends une cigarette, je le regarde, c'est un rebeu mal rasé avec un bas de jogging blanc, une paire de skets et un tee shirt "Fly Emirates", il a l'air un peu barré et il sent la beue à plein nez, il sent la sueur aussi et son jogging n'est pas trop clean non plus. Il se touche la bite que je vois pointer à travers le tissu de son jogging. Il me pelote le cul de sa main libre et je sens ses doigts dans mon short, il fout deux doigts direct dans mon trou. Il les ressort et me les fout dans la bouche.

— Vas y lèche salope !

Je lèche consciencieusement ses doigts, il recommence ce manège deux fois au moins et ça a l'air de le satisfaire.

— Tu kiffes le jus hallal ?

Je hoche la tête.

— J'ai envie que tu sois ma pute et que tu vénères ma queue, bâtard !

En disant cela il me prend par la nuque et colle ma gueule contre son jogging. Je sens une odeur de pisse et de sueur mélangée. Il baisse son jogging et me recolle le nez sur son boxer cartonné qui sent la pisse et le foutre...

— Tu kiffes ma pute ?

Je hoche la tête à nouveau, il baisse son slip et je vois une belle teub sombre avec de belles couilles poilues et je commence à lécher son zob circoncis qui est déjà raide. Il tape un texto pendant que j'avale sa queue deux, trois fois tout en m'enivrant de ses odeurs de mâle, puis il refout son boxer et son jogging.

— Viens salope on bouge! J'ai envie d'un coin plus scred pour t'utiliser !

Je le suis, nous arrivons dans un coin du parc plus retiré où se trouvent des tables de pique-nique en bois avec des bancs... entre temps il a allumé un joint qu'il me passe aussi. Une fois arrivés il s'appuie contre la table et me demande de me foutre à poil. J'enlève mon short et mon sweat. Il s'assoit sur le banc et baisse son jogging.

— Sniffe mes skets connard !

Je me baisse et sniffe ses Nike et commence à les lécher, ça a l'air de lui plaire car il se touche la queue et brusquement je sens un jet chaud couler sur mon dos, il est en train de me pisser dessus. Je relève la tête et bois son urine direct à son zob, elle est bonne. J'ai l'impression que ça l'excite.

— T'es vraiment une pute ! Tu kiffes ma pisse salope ?

— Oui Maître ! je fais en lui nettoyant sa queue tout en avalant les dernières gouttes de sa pisse et je le suce quelques minutes...

— Arrête et retourne toi salope, à quatre pattes! J'ai envie d'utiliser ta chatte et de la déchirer !

Il fout à nouveau ses doigts avant de taper direct dans mon trou avec son gros zob. Il me bourrine pendant quelques minutes et finit par cracher en gueulant. J'ai la queue à nouveau raide mais il ne veut pas que je me touche. J'obéis et c'est là que je m'aperçois qu'il y a deux autres rebeus qui sont derrière lui et qui nous matent.

— Ne bouge pas la pute! Tu servir de trou à jus à mes potes !

À peine il a finit de dire cela que je sens une queue qui me défonce à nouveau. L'autre mec se place devant et sors sa teub et me la fous dans la bouche... elle est déjà bien raide et tout aussi odorante que celle de son pote. Et soudain il gicle dans ma bouche ne même temps que l'autre jute dans mon fion... c'est ce qui s'appelle un service express, mais c'est trop kiffant. Ils se ressapent, et je vais pour faire de même quand le premier rebeu m'en empêche.

— Attend cinq minutes ! il fait en posant une de ses skets sur mon cul.

Il rallume un pétard et le fait tourner... je suis toujours à quatre pattes et je sens le foutre couler de ma chatte.

— Regardez les keums ! C'est une bonne chatte de pute céfran qui kiffe le jus hallal ! il leur dit. C'est la première fois qu'ils niquent un pédé ! il fait en s'adressant à moi.

Ils allument un autre pétard, un des deux mec s'éloigne pour aller pisser. L'autre lui dit que je kiffe ça et le place devant moi. Il sort sa queue en hésitant et commence à pisser, je plaque ma bouche sur sa queue et avale tout... il a l'air sidéré et du coup se remet à bander. Il passe derrière et recommence à me niquer, les deux autres prennent la suite à tour de rôle. Puis les deux mecs se cassent et je reste seul avec le premier rebeu que j'ai rencontré.

— C'est quoi ton prénom, bâtard ? Moi c'est Yanis ! Et j'ai encore envie de ta chatte, il fait en me niquant à nouveau.

Je lui offre mon cul et je me sens rempli d'une intense volupté, je jouis vraiment du cul et ma queue est toujours raide.

— Nettoie mon zgeg sale pute ! C'est bon sous-merde ! Tu kiffes te faire remplir par des arabes ! T'es fait pour nous obéir ! Donnes moi ton numéro salope !

Je lui donnais et j'entendis la sonnerie de mon téléphone retentir.

— C'est bon j'ai ton phone et je t'appelles dès que j'aurais envie de me vider les couilles et de péter ton cul de pédé ! Tu videras celles de mes potes aussi ! T'as compris ?

— Oui Maître, j'ai compris !

— Attends !

En disant cela il me repousse et me refout sa queue odorante dans la bouche et se soulage. Je réussis à tout boire sans en perdre une goutte. Il prend mon short et s'essuie la queue avec et prends vingt euros qui se trouvaient dedans.

— Rhabille toi ! Et tu vas me déposer chez moi, j'ai vu que tu avais une caisse !

Je me rhabille et je le raccompagne vers une banlieue de La Rochelle que je ne connaissais pas. Pendant le trajet il continue à se toucher le paquet, à un moment il me demanda de m'arrêter, c'était un endroit désert. Il prend ma tête et la fout sur son pacson qui est à nouveau dur.

— Suce salope !

Je n'en revenais pas il avait encore envie de cracher, c'était un vrai doseur... rapide mais efficace. Au bout de quelques minutes il me fait sortir de la voiture, baisse mon short et me nique pour la troisième fois. Je sentis à nouveau son jet de foutre gicler dans mes intestins. Je lui nettoie à nouveau la queue et avale avec délectation son jus et celui de ses potes... Il me demanda à nouveau du fric, je lui file les trente euros qui me restent. Et je repars en le laissant là, je le vois disparaître dans un taillis, en contrebas il y avait des HLM, c'est sûrement là qu'il crèche.

J'ai le cul dilaté et je sens le foutre couler... ma queue est toujours raide à l'idée d'avoir toutes ces doses jus qui me remplissent. Après La Rochelle je prends la voie express pour rentrer chez moi et comme j'ai trop envie de pisser, je m'arrête sur le seul parking qui existe. Je gare ma voiture devant un gros semi remorque qui est déjà en stationnement. Je descends et cherche un endroit pour pisser, le foutre coule le long de mes jambes et tombe dans mes baskets, je m'essuie sommairement et commence à pisser. Il faut dire qu'avec toute la pisse que j'ai avalé c'est normal. Je n'ai pas fini quand j'entends un bruit et je vois un mec qui arrive. Il se met à côté de moi et sors sa bite. Il sent la pisse et la sueur aussi et il déjà la queue à la main. "Bonjour" il me fait avec un fort accent de l'Est, il doit être roumain, tchèque ou polonais et je m'en fous.

Je touche sa queue moite avec ma main et commence à le pomper, il a un slop dégueu et cette odeur m'excite. Sa teub est bien raide et continue de gonfler dans ma gueule de bâtard. Au bout d'un moment je lui présente mon trou dans lequel il rentre brutalement il prends mes pecs à pleine main et me tord les tétons tellement fort que cela me fait crier, il me bourrine la chatte de plus en plus fort et finis par cracher son foutre au bout de quelques minutes, je sens sa décharge dans mon bide, je sens son foutre chaud se mélanger avec celui de Yanis et de ses potes et sans me toucher, une bonne giclée de sperme s'échappe de ma queue de pute. Je refous mon short mouillé et repars en voiture.

Arrivé chez moi je me fous sur mon pieu à poil, je sens le jus couler de mon trou béant, je le récupère avec mes doigts que je lèche. La sonnerie de mon portable retentit, je regarde c'est un SMS de Yanis.

Salut sale pute j'ai oublié de te dire que j'étais plombé, maintenant tu le sais. Tu es ma pute, je suis ton mac. Ramène ton cul demain à 22h à l'endroit où tu m'as laissé. j'ai du taff pour toi et amène moi 50€! Compris ?

Je sentais ma queue durcir en tapant la réponse.

Oui Maître. Je serais là à 22h !

C'est bien ma pute, je vais faire de toi un bon vide-couilles hallal pour tous les rebeux de la cité

Oui Maître vos désirs sont des ordres

C'est bien bâtard je veux que tu te soumettes entièrement à ton Maître arabe

Oui Maître je suis né pour servir les arabes comme toi!

C'est bien salope, va te coucher en pensant à ton Maître Arabe ! Pense que tu vas me faire gagner du fric avec ton cul de pute

Je ne pensais qu'à ça et je me branlais en sentant la plombe de Yanis et de ses potes dans mon bide et je crachais en hurlant de plaisir avant de m'endormir en pensant à demain... mais demain est un autre jour...