Sea, Sex and Night (08) Trou pour beurs et migrants...


Sea, Sex and Night (08) Trou pour beurs et migrants...
Texte paru le 2020-01-05 par XXX duncan   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM+.jpg/ MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7560 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. XXX duncan.




Cela fait plusieurs jours que je ne me suis pas fait baiser et en ce début de soirée je suis chaud… Ce soir mon trou réclame de la bite… Je me connecte sur Grindr pour trouver un plan dans le quartier… Je finis par trouver un mec actif de quarante ans avec une teub de 21/6, il cherche un plan rapide. Il sera là dans un quart d’heure, j’en profite pour me faire un lavement.

Je suis à peine sorti de la salle de bains en jock-strap que j’entends frapper à la porte. J’ouvre, c’est un grand mec brun mal rasé, il porte un short avec un débardeur Nike, pieds nus dans ses TN. Il se branle le paquet, la main dans son short et sort sa queue raide.

— Vas-y pompe salope, je suis chaud !

Je me fous à genoux et commence à sucer sa queue qui sent très légèrement la sueur. Il me prend par les oreilles et enfonce sa queue en fond de gorge tout en faisant des va-et-vient rapides. Il gémit, et fout un doigt dans ma chatte, il me retourne et rentre sa teub en entier dans mon trou de pute en chaleur. Je gémis en sentant sa bite entrer et sortir de mon cul. Il me taraude assez longtemps et je gueule à chaque coup de rein, je jouis du cul c’est sûr et ça a l’air de l’exciter. Il accélère la cadence et au bout de plusieurs minutes il plaque mes hanches avec ses mains contre lui et pousse un cri rauque. Je sens plusieurs giclées de jus remplir mon bide. J’ai la teub raide qui mouille dans mon jock-strap. Il se retire et je lui décrasse sa teub bien crémeuse. Il remballe son paquet et se tire rapidement.

Du coup je me retrouve encore plus excité que tout à l’heure… Je me sers une vodka avec de la bière, en plus ce soir c’est soirée foot à la télévision… Je retourne sur Grindr, puis sur Scruff mais je ne trouve que des passifs….

Dix minutes plus tard la sonnerie de mon portable retentit, c’est un appel masqué. Je me connecte, c’est le mec de l’autre jour, le mâle domi qui m’avait baisé avec Dragomir et que j’avais surnommé le viking…

— Tu me remets, bâtard ?

— Oui Master ! je réponds cela naturellement sans réfléchir tant cela me semble évident que je ne peux être que son esclave.

— Que fais-tu en ce moment bâtard ? il me demande.

— Je viens tout juste de me faire baiser ! je lui réponds.

— Raconte-moi comment tu t’es fait baiser, salope !

Je lui relate mon plan cul tout en branlant ma teub raide dans mon jock-strap… En fait je repense à sa grosse queue de mâle qui me pinait la chatte.

— Passe sur Skype et donnes-moi ton pseudo de bâtard ! Fous-toi à poil !

Je me connecte et attend, vu que je suis déjà à poil, je vois apparaître un nouveau pseudo que j’accepte comme contact c’est Ragnar… Putain ! C’est un prénom de roi Viking si je me souviens bien de mes cours d’histoire… Je clique sur son pseudo, la caméra s’allume, il n’y a que sa grosse teub bien raide qu’il branle ostensiblement. Je suis devant la cam à poil. Il me demande de me pincer les tétons, puis de mettre des pinces à tétons. Puis il me demande de me retourner et de lui montrer mon trou. J’écarte ma chatte avec mes deux mains et ça a l’air de l’exciter de mater ma chatte complètement distendue. Il me demande de bouger mon cul, puis de me retourner de remettre mon jock-strap…

Un autre mec se connecte et me demande, c’est un pote à lui qui veut me mater aussi. Je dois me retourner à nouveau pour que lui aussi mate mon trou. Ragnar me demande de me branler et de juter dans mon jock-strap.

— Tu veux toujours être mon esclave ?

Il me pose cette question alors que je crache dans mon slob, le jus coule à travers le tissu. Son pote a l’air excité aussi et lui demande si je peux bouger afin de lui servir de vide couilles.

— Bien sûr ! Fais toi plaisir ! Tu veux qu’il vienne avec son slob mouillé maintenant qu’il a juté dedans ?

— Yep ! Je te file mon adresse salope et rapplique vite avec de la vodka !

Il s’appelle Mourad et habite vers Jaurès, près de la Place du Colonel Fabien.

Vu la chaleur qu’il fait, j’enfile un short avec un débardeur, pieds nus dans mes skets et je chope un taxi pour m’y rendre plus rapidement. J’arrive à l’immeuble indiqué et je monte au 5éme étage sans ascenseur. La porte droite du palier est entrouverte, je me desape avant de rentrer comme me l’a demandé Mourad sur Skype.

Je rentre dans une pièce éclairée faiblement, Mourad est vautré les jambes écartées pieds nus dans des claquettes Puma, sur un canapé flanqué devant la télévision et un ordi.

— Rentre PD ! Viens sniffer le matos salope ! Occupe-toi de mes ieps batard !

Je m’avance et m’agenouille devant et commence à lui lécher les pieds puis je remonte et sniffe le paquet à travers son pantalon de jogging crado comme une chienne en chaleur. Une odeur de sueur mêlée à la pisse et au foutre séché se dégage du tissu de son fût. Je lèche, il baisse son froc, son boxer blanc est plutôt jauni avec des auréoles de pisse. Je le sniffe aussi puis il le baisse aussi, son énorme queue marron se dresse fièrement devant ma gueule. Elle doit faire plus de vingt centimètres et elle est très épaisse à la base, un peu comme un butt-plug.

— Vas-y pédé ! Renifle-moi ça ! L’odeur d’un vrai mâle ! Ouais ! Vas-y lèche gros pédé de mes couilles ! Dit-il dit en me bifflant la tronche avec son zgeg baveux.

Je commence à lécher, putain ça schlingue mais ça me fait plus kiffer que de sniffer du Jungle.

— Qu’est-ce que t’attends salope ? Pompe ma teub et lèche moi les boules pédé !

Je m’active sur sa queue crade qui mouille, j’avale son précum avec délectation, je suis toujours à quatre pattes devant ce mâle rebeu, le cul tendu.

— Vas-y salope ! Bouffe-moi bien ma teub ! J’vais te casser l’cul après ! Voilà ! Lubrifie bien ma tige salope ! T’es là pour ça ! Et en me disant cela il se redresse et commence à me doigter la chatte.

— Putain ! La grosse chatte de pute ! Vas-y montre ta chatte !

Je cambre bien mon boul.

— Voilà ! Comme ça la pute oui ! Fais bien ta pute ! Tous les potes vont adorer ça ! Te voir bouffer d’la bite !

Je viens de m’apercevoir que la cam de l’ordi est allumée et qu’il est toujours branché sur Skype. Je reconnais la grosse bite de Ragnar en train de se branler… Je le pompe tandis qu’il continue de me doigter le cul.

— Allez, viens t’assoir sur ma queue salope ! Vas-y descend ! Prends la bien à fond dans ton cul de pédé ! Hummm ! Voilà salope ! Gros pédé ! T’es vraiment qu’une grosse salope ! Grosse tarlouze ! Gros pédé du cul ! Hein ! Ça va tu te la prends bien dans ta chatte ?

— Oui ! Je gueule en sentant son gros membre aller et venir dans mon bide.

— C’est bon tu t’la prends bien dans la chatte ! Hein ! Ouais ! Regarde-moi ! Il me crie en me tirant les cheveux afin de me faire tourner la tête, et mon regard fixe ses yeux noirs hallucinés.

— Tu te prends quoi dans le cul ? il continue de gueuler.

— Ta grosse queue ! Je réponds

— La queue de qui ?

— La grosse queue de Mourad !

— Ouais ! C’est ça ! Tu te la prends bien là ? Hein ? Ouais ? Grosse pute ! Allez fous-toi à quatre pattes ! Dépêche ! A quatre pattes ! Dépêche ! Ouvre ton cul ! Ouvre le bien ! Regarde j’vais te la mettre direct ! Ouais ! Hein ! Waaaw ! Ha ! Putain ! Gros pédé ! Hein ! Humm ! T’adores ça la prendre dans la chatte ! Hein ! Ouais ! Tu la kiffes vraiment ma pine ! Ouais ! Hoo ! Vas-y dis-moi ce que tu prends dans le cul salope ?

— Ta grosse pine !

— La grosse pine de qui sale pute ?

— La grosse queue de Mourad !

— Ouais ! C’est ça ! Putain ! Tu veux que je jute dans ton cul ?

— Oui !!! Je lui gueule.

— Ta gueule salope ! C’est moi qui décide ! Ho ! Putain ! tu m’excites trop la pute ! J’vais juter dans ton cul ! Ecartes les pattes connasse ! Ouuaais ! Putain ! Je vais juter dans ton cul !

Il agrippe mes hanches avec ses mains et pousse un cri… Je sens des jets de foutre remplir mon bide. Je relève la tête il y a deux autres mecs que je n’ai pas entendu rentrer et qui se branlent en matant la scène. L’un d’eux me fout sa queue dans la bouche tandis que l’autre prend le relais de Mourad, il doit avoir un bon zgeg car je le sens bien me ramoner la chatte.

— Putain la salope ! Trop bonne ! Putain ton pote t’a envoyé une bonne pute ! Putain la chatte ! il dit en continuant de me baiser.

L’autre retire sa queue de ma bouche et rentre sa queue dans mon trou dès que l’autre la ressort, ils me baisent la chatte chacun leur tour. Mourad revient devant moi et me fait nettoyer sa queue.

— Décrasse salope ! Pendant que mes potes fécondent ta chatte de pute ! Tu kiffes pédé ? Servir de vide couilles à des vrais mâles arabes ?

Je hoche la tête avec sa queue dans ma bouche.

— Tiens sale pute ! Salope !!! Putain tu kiffes ça hein ?? Te faire éclater l’cul ?? Hein ?? Me gueule un des deux mecs qui me nique le cul.

— C’est bon les mecs taper le à fond direct ! Rien de tel ! Bien secouer le ventre d’une tépu qui s’offre ! Et qui demande que ça ! De la grosse teub d’arabe !

— Ouais c’est clair ! » répond un des deux à Mourad en continuant de s’activer sur mon trou.

Je sens un liquide chaud et amer couler de la bite de Mourad, il est en train de pisser dans ma gueule.

— Avale salope ! N’en perd pas une goutte ! il fait en me filant une paire de baffe.

— Tu kiffes boire ma pisse d’arabe salope ?

— Oui ! je kiffe boire ta pisse Mourad !

— Grosse pute ! T’es bonne qu’à ça ! Me servir de chiotte et de trou à jus à moi et à mes potes !

Un des deux mecs crache sur mon cul en gueulant tandis que l’autre refout le jus qui coule dans ma chatte avec son gros zgeg qu’il tasse bien avant de cracher à son tour… Putain je sens bien plusieurs jets de foutre inonder mon bide. Il retire sa teub qu’il vient me faire décrasser et pendant ce temps Mourad revient et cogne directement dans ma chatte.

— Putain d’PD ! Prends ça dans ton cul ! J’vais te tasser ton trou de PD ! Tu kiffes ça te faire éclater le fion par des vrais mâles ! il gueule en continuant de me tringler de plus en plus fort.

Ses couilles claquent sur mon cul avec violence. Il rugit littéralement et rentre sa queue au plus profond de moi-même au moment de cracher…

— Putain de salope ! J’t’ai bien rempli moi et mes potes ! On a bien rempli ta chatte de pute au jus hallal ! Tu kiffes ça servir de pute à rebeux !

— Oui Mourad ! je réponds.

— Allez dégage pédé ! J’ai de trucs à faire avec mes potes ! en disant cela il prend mes fringues, ouvre la porte et les jette sur le palier.

Je me retrouve à poil en jock-strap dans la cage d’escalier… J’enfile mon short et mon débardeur et je dévale les escaliers. J’ai la chatte complètement dilatée et trempée, du jus coule, je me fous un doigt dans le cul et lèche le jus de Mourad et de ses potes, je remonte mon short et file pour rentrer chez moi.

Je marche rue Louis blanc et traverse un pont au-dessus du Canal Saint-Martin, quand je suis abordé par un jeune mec avec un sac à dos noir.

— What do you want ? il fait en m'abordant.

— Nothing ! je lui réponds en poursuivant mon chemin, en fait je pense qu’il veut me proposer de la dope. Malgré ma réponse il se met à me suivre.

— And you ? What do you want ? je lui demande en me retournant.

— Anything il me répond.

C'est un jeune mec d'une vingtaine d'années, brun, mal rasé. Il m'emboite le pas et à un moment il bifurque dans une allée de jardin.

— Com’on ! il dit en faisant le geste de le suivre…

Ce que je fais encore bien chaud.

Au bout d'un moment il s'arrête dans un endroit sombre, à l’écart des lampadaires., baisse son fut de jogging. Il commence à se toucher la bite. Je vois une grosse bite raide d'au moins 20 cm.

— You want to fuck me ? je demande.

— Yes I want to fuck your ass!

Il commence à me pincer les tétons qui pointent sous mon débardeur.

— Kiss me ! il fait en désignant sa bite pour que je la suce.

Je commence à le pomper, sa teub déjà raide est crade mais l'odeur est excitante, un mélange de pisse et de foutre séchés, tout comme son odeur de sueur que je sens en m'approchant de lui.

Il me retourne et fourre sa pine directement dans mon trou de pute et commence à me bourriner le cul hard. Au bout de quelques minutes il crie et je sens sa semence se répandre dans mon bide, tout en se rhabillant il me fait les poches, me pique les 20 euros que j'ai, mon paquet de clopes et mon briquet. Je ne proteste pas, je lui demande comment il s'appelle.

Il s'appelle Sofian, il est afghan et cela fait deux mois qu'il est en France. Alors qu’il remonte son jogging, je m’aperçois qu’il y a d’autres mecs qui étaient en train de nous mater et qui ont déjà la queue à la main. Le premier s’avance me plaque contre le mur et fout direct sa grosse teub dans ma chatte, il me la ramone quelques minutes avant que je ne sente son jus gicler dans mes boyaux, il se retire sans un mot, puis un autre prend le relais qui jute tout aussi vite… Ils sont cinq à me remplir… Cette situation m’excite… Être juste un trou à jus à remplir sans scrupules… Cela m’excite tellement que je sens mon jus couler de ma bite à moitié raide, je crache dans mon jock-strap… sans même me toucher… putain… je vais remonter mon short quand je sens un mec se coller contre moi et enfiler sa queue raide direct dans mon cul, je me retourne, c’est Sofian qui était resté là, à mater… Il donne de grands coups de reins et me nique le trou un long moment avant de cracher une nouvelle fois.

— You’re a bitch ! And it’s exciting me ! il me dit en remontant son fût.

Il me demande si je peux lui filer mon débardeur qui lui plaît bien, je l’enlève et lui donne et il me donne son Tee-shirt « Fly Emirate » bien imprégné de ses odeurs de sueur. En partant je lui demande une clope et du feu, vu que c’est lui qui me les a pris…il me donne une clope…et je me barre.

Je marche tout en tirant sur ma clope que je termine bien avant d’arriver chez moi… Je sens le foutre dégouliner le long de mes cuisses et inonder mes baskets. Avant de pousser le portail de mon immeuble je me retourne car j’ai la sensation d’être suivi… J’aperçois une silhouette disparaître dans le passage situé avant mon immeuble, je fais demi-tour, arrivé au passage je vois une ombre s’enfuir… Je pense que c’est Sofian qui m’a suivi, je l’appelle mais il ne se retourne pas… Peut-être que je le reverrais dans le quartier maintenant qu’il sait où j’habite…

En rentrant je me jette sur mon lit, je bande tout en me foutant quatre doigts direct dans le cul, je sens mes lèvres bien gonflées et mon trou encore complètement dilaté… J’hésite entre appeler le réseau et me branler au téléphone avec un mec vulgos ou chercher un plan réel… En fait je suis trop crevé pour ressortir aussi je me rebooste en sniffant deux rails de coke…. Je prends mon portable quand tout à coup il se met à vibrer, c’est un sms que j’ouvre immédiatement.

— Salut ma pute t’es dispo ? J’ai envie de passer niker ton trou de lope !

Je regarde l’expéditeur, c’est mon nikeur masqué… Je lui réponds que je suis dispo et que ma chatte est bien dosée.

— Putain salope tu me fais kiffer grave, fous toi à quatre pattes les yeux bandés j’arrive dans cinq minutes pour venir patauger dans ton cul !

Je file entrouvrir la porte et me fous en position avec un bandana sur les yeux, je suis à poil avec juste mon jock strap humide et foutreux. J’entends un bruit de pas, je me sniffe un peu de poppers et je rebouche la bouteille juste quand j’entends la porte s’ouvrir. Il fout tout de suite ses doigts dans mon trou…

— Putain ! Salope ! Tu m’as pas menti ! Tu t’es bien fait remplir cette nuit ! T’as pris quoi dans ta chatte de pute ?

— Du foutre de rebeus et de migrants ! Une douzaine de doses ! je lui réponds.

— Humm ! Je vais bien patauger et t’en refoutre une dose ou deux !

Je le sens passer devant moi, il me broie les tétons et fout ma gueule au niveau de sa teub. Je sniffe son survet bien odorant. Il baisse son jogging, l’odeur est encore plus forte et m’excite encore plus, il me tient toujours par les tétines. Je sens sa teub dure et odorante rentrer dans ma bouche

— Oui c'est ça lèche la bien comme une bonne ChupaChups ma salope ! Décrasse là bien cette bonne ChupaChups à l’odeur de bitos ! Fais bien monter la sauce. Après je n'aurais plus qu'à te retourner pour t'enfourner bien comme il faut. Comme une bonne petite pute à mon service ! C’est que tu kiffes avoir encore de la plombe dans ton trou de pute ?

Je hoche la tête, je m’applique à lécher sa teub hyper dure et épaisse…

— Vas-y profite ! il me fait en me biffant la tronche avec sa grosse queue.

Puis il refout sa teub dans ma bouche, je sens un liquide chaud couler dans ma bouche, j’avale au rythme de son débit… putain ce mec m’excite grave et sa pisse est aussi bonne que du Don Pérignon… mais bon je suis trop cassé pour faire des comparaisons gustatives ! En plus il pisse en bandant, c’est un plus… je pense.

— Vas-y soule toi bien avec ma pisse batard ! il dit puis il retire sa teub de ma bouche et passe derrière moi.

Il rentre sa teub brutalement d’un coup de rein. Puis il bourrine, je sens ses grosses couilles cogner sur mon cul.

— Tiens sale pute ! Salope ! Putain tu kiffes ça hein ? Te faire exploser le cul ?

— Oh ! Oui je kiff trop ça mec ! Me faire défoncer la chatte par un mec comme toi ! Je lui dis entre deux râles.

Je bande en sentant sa grosse queue me pilonner le trou. Je sens le foutre couler de mon cul à chaque fois que sa teub rentre et sort de ma chatte complètement défoncée. Puis il agrippe mes hanches avec ses deux mains et se plaque littéralement sur mon cul en gueulant.

— Putain de pédé ! Prends ça dans ton cul de pute ! Je vais cracher ma plombe batard !

Il pousse un cri rauque et je sens foutre gicler dans mon bide et en même je crache dans mon jock-strap sans même me toucher.

— Putain je t’ai bien remplie la chatte !

Il ressort de mon trou essuie sa queue sur mon cul.

— Putain je suis à la bourre ! Je dois me casser mec ! Putain trop envie de revenir patauger dans ta chatte de pute !

— Quand tu veux mec ! je lui dis en entendant la porte claquer…

Je me traîne sur mon pieu et je sombre brutalement dans le sommeil, le cul foutreux sans même prendre de douche. Je vais être encore dans un sale état demain… mais demain est un autre jour…

A suivre…