Une douche avec Benoît Hamon


Une douche avec Benoît Hamon
Texte paru le 2008-12-25 par VincentT   Drapeau-fr.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 8 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 8840 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 2008 — Tous droits réservés par VincentT.


Bonjour! J'habite en Bretagne. J'aime inventer des histoires à partir des 
séries ou des films que j'aime et plus particulièrement quand j'apprécie les 
acteurs. J'aime aussi inventer des histoires sur des personnalités réelles, 
comme celui-ci sur l'homme politique français Benoît Hamon (qui me plaît 
beaucoup et qui ne doit pas être très connu...) À bientôt!

Étudiant en école de journalisme, j'ai eu à faire un portrait de Benoît Hamon, espoir montant du parti socialiste et breton comme moi. Cela a fait beaucoup rire mon copain car je considère Benoît Hamon comme le seul homme politique français sexy.

Je me suis retrouvé à l'écouter lors d'un meeting juste avant l'élection de Martine Aubry comme premier secrétaire. Comme il n'était pas encore la vedette des médias qu'il est devenu, j'ai eu la chance d'être le seul avec lui ce soir là. Et je crois que je l'ai beaucoup amusé parce que je le suivais comme un petit chien.

Après le discours dans une salle des fêtes, on s'est retrouvé dans sa loge. Il était en pleine forme: "Tu sais Vincent, les meetings c'est de l'adrénaline pure, après on est prêt à tout!" Ses yeux bleus étaient brillants et moi je fondais déjà. Il s'est tout de même affalé sur le petit canapé, m'a fait m'asseoir à côté de lui.

Il était assis, les bras et les jambes écartées. Il sentait fort après cette épreuve du discours où il s'était dépensé mais d'une odeur qui me plaisait. J'ai dégluti quand il a désseré puis enlevé sa cravate et entrouvert sa chemise. Je louchais sur les poils noirs et drus que je distinguais sur sa poitrine. Ma bite a commencé à se dresser. J'arrivais de moins en moins à lier mes phrases mais lui revenait sur ce qu'il avait dit dans la salle et machinalement défaisait tous les boutons puis enleva sa chemise. J'étais sans voix. Il n'est pas très grand mais bien fait.

Il a vite compris que je ne le regardais plus dans les yeux. Il s'est arrêté avec son sourire moqueur puis tout à coup m'a pris la tête sous son bras pour me frotter le crâne avec son poing en me disant: "Alors Vincent, à quoi tu penses? Ça ne t'intéresse pas?" Oh que si, surtout que j'avais le visage collé contre son torse et que j'avais le nez et les lèvres sur ses poils humides. Il m'a relâché pour aller dans sa douche. Pour moi c'était déjà le nirvana. J'avais eu un orgasme mental.

Après quelques minutes, je l'ai entendu m'appeler: "Vincent, tu m'entends?" Il devait tenter de me parler car il sortit nu de la douche. "Oh, je te demandais de me filer mon gel douche, tu rêvais ou quoi?" Benoît Hamon, nu devant moi, avec une belle queue épaisse entre les jambes! Et il repartit dans la douche sans fermer la porte cette fois-ci. Après quelques secondes qui me semblèrent durer des heures, je me suis dis que j'allais lui poser des questions, n'importe lesquelles, pour le mater davantage!

Je m'avançai vers la douche. Il se savonnait consciencieusement la bite qui était désormais à l'équerre. Il me dit simplement: "Tu me rejoins ou quoi? Et une fois fait, allez, savonne-moi." J'ai commencé par les épaules. Il a ri: "Non, pas ici!" et il s'est collé à moi en ajoutant: "Je baiserais n'importe qui ce soir, fille ou mec." Nos deux bites dures frappaient sur nos ventres.

Il m'a fait me baisser et j'ai commencé à le sucer. Sa queue avait un mélange d'odeur de propre et de mec en rut; un délice. Je m'attardais quand il m'interrompit pour me retourner. Il me doigta le cul avec son pouce. Le temps de passer un préservatif qu'il avait sorti de son pantalon qui était suspendu sur le cintre à l'entrée de la cabine, il entra en moi. Un vrai pro! Bien dur, avec un coulissement progressif vers l'alto. Il m'appuya sur la tête pour me faire pencher, il me claqua un peu les fesses. À un moment, il me redressa et me tira en arrière. Il avait les deux bras qui m'enserraient fort. J'ai juté, ou plutôt explosé tellement mon jet et les suivants ont éclaboussé la paroi. Lui, il n'a pas mis longtemps à se terminer en moi.

On a terminé notre douche comme deux potes, lui avec un sourire de diable. J'étais amoureux. Il se moqua de moi en me disant que j'avais des progrès à faire en fellation.

J'étais sur un petit nuage, sans pouvoir distinguer si tout cela s'était passé réellement.