Une prof soumise (07)


Une prof soumise (07)
Texte paru le 2014-09-01 par Thumb   
Ce texte a été traduit et publié sur l'archive par un internaute. Aucun contact n'a été réussi après de l'auteur original.

MMFF.jpg

Cet auteur vous présente 11 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 19083 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Thumb.


Template-Books.pngSérie : Une prof soumise

Template infotrad.pngInfos



Malheureusement, je n’ai pas pu joindre l’auteur pour avoir son autorisation de traduction....


CHAPITRE 10

Lisa se leva vers huit heures le lendemain et trouva une pauvre Mary frigorifiée, enveloppée dans sa fine couverture.

— Bonjour, Mrs C.

— Bonjour, Ms Simon.

Mary avait froid, elle était sale, affamée et voulait aller aux toilettes.

Lisa libéra Mary de ses chaines et lui attacha sa laisse.

La tenant en laisse, elle entraîna sa prof dans la maison.

— Voulez vous aller aux toilettes, Mrs C. ?

Mary se rappela l’humiliation de la veille, mais il fallait qu’elle y aille.

— Oui, Ms Simon, je voudrais y aller.

— Hé bien, allez y !

Mary retourna dans le jardin et devant son éléve, elle urina.

Lisa l’entraina en laisse, jusqu’à la salle de bain.

— Prenez une douche, Mrs C., ne jouez pas avec votre sexe et ne vous servez pas des toilettes.

Lisa attacha la laisse à la porte de la douche et laissa sa prof se laver.

Mary était épuisée, elle avait tres mal dormi les deux derniers jours. Ses muscles la faisaient souffrir, ses pieds étaient en feu. Ses seins et ses fesses étaient sensibles.

Elle se lava deux fois à l’eau chaude. Peu après, Lisa revint et libéra la laisse.

Elle amena la prof trempée dans la chambre.

— Séchez vous, maquillage, coiffure… vous savez comment je vous veux !

Vos vêtements du jour sont sur le lit.

— Dans combien de temps Amy rentre-t-elle à la maison ?

La mention de sa fille la ramena à la réalité de sa situation.

— Elle doit rentrer vers les cinq heures, Ms Simon, répondit la prof trempée, nue….

— Vous avez une demi-heure pour vous préparer, rejoignez-moi dans la cuisine.

Mary se sécha rapidement et regarda les vêtements sur le lit… elle trouva un porte-jarretelles rouge, des bas rouges et ses talons de 15 cm.

Elle s’habilla, se maquilla comme le voulait Lisa, cela ne lui plaisait pas, mais elle n’avait pas le choix.

En se regardant dans le miroir, elle vit une femme de 35 ans habillée, ou plutot déshabillée comme une jeune fille.

Elle se sentait ridicule, mais elle descendit l’escalier et rejoignit Lisa, dans la cuisine.

Lisa était à table et mangeait des œufs avec du jambon, elle avait un bol de café devant elle.

— Votre petit déjeuner est dans un bol, sur le sol.

Mary regarda en bas et vit un bol de croquettes et un bol d’eau. Mary se jeta à genoux et commença à manger la nourriture écœurante et sèche qu’elle arrosa d’un peu d’eau. Quand elle eut fini, Lisa lui ordonna de faire la vaisselle et de la rejoindre dans le salon. Mary fit la vaisselle et rejoignit Lisa.

— Prenez ceci et mettez-le à sa place.

Elle lui tendit son gros plug et la vaseline. Mary prit le plug et se dirigea vers la salle de bain.

— Non, non, Mrs C., vous le mettez ici devant moi…

Mary s’arrêta et lubrifia le plug. Elle avait compris que la seule façon de faire entrer en elle un si gros engin était de s’accroupir et de le faire entrer de force dans ses fesses. Pendant qu’elle faisait cela, son élève la regardait faire. C’était juste un peu plus facile que la veille, mais quand même difficile et surtout toujours inconfortable.

Une fois le plug enfoncé dans son cul, son élève lui ordonna de se mettre à genoux devant elle.

— Mrs C., vous vous rappelez que vous nous avez fait apprendre les règles de grammaire et que si nous les appliquions mal vous nous punissiez ?

— Oui, Ms Simon.

— Bien, j’ai préparé une liste de règles qui vous seront applicables. Il est très important pour vous de les suivre, de vous y tenir, il en ira de notre secret et de la réputation de votre famille. Si vous manquez à une de ces règles, vous serez punie ! Vous m’avez bien comprise ?

— Oui, Ms Simon.

— Ces règles ne sont pas discutables. Si une question se pose, demandez-moi, vous ne pourrez pas les interpréter.

— Oui, Ms Simon.

Lisa tendit à Mary un document.

— Lisez ces règles à haute voix pour que je sois sûre que vous avez bien compris. Ces règles pourront évoluer en fonction de mes désirs.

Mary commença à lire.

Règles de vie de mon animal, ma prof soumise.

Un : Lorsque je serai seule à la maison, je vivrai nue et en talons de 15 cm, sauf si ma maîtresse m’y autorise.

Deux : Lorsque je ne serai pas seule, je porterai une jupe et un top, des bas et porte-jartelles, avec des talons de 10 cm, sauf demande de ma maîtresse.

Trois : Mes cheveux et mon maquillage devront toujours être faits selon les désirs de ma maîtresse.

Quatre : Je ne mangerai que lorsque ma maîtresse m’y autorisera, je ne dois jamais me servir de couverts, sauf quand ma fille sera là.

Cinq : Je ne m’assiérai jamais sur un siège de toilette. Si je suis seule à la maison, je dois utiliser le jardin de derrière.

Six : Je dois toujours avoir mes fesses lubrifiées.

Sept : Mon sexe doit être rasé en permanence.

Huit : Je ne porterai jamais de slip ni de soutien-gorge, sauf ordre de ma maîtresse.

Neuf : Je ne dois jamais refuser d’obéir à ma maîtresse.

Dix : Je dormirai nue sur le sol sauf contre-ordre de ma maîtresse.

Onze : Je dois porter mon collier en permanence lorsque je suis seule et l’avoir dans mon sac le reste du temps.

Douze : Je dois m’entretenir et rester mince.

Treize : Je ne dois jamais m’asseoir sur un meuble sans la permission de ma maîtresse.

Quatorze : Je ne dois prendre aucune initiative sans accord de ma maîtresse.

Quinze : Je dois toujours avoir mon plug, mon gros gode et mes pinces à seins avec moi.

Seize : Je dois respecter mes étudiants en les appelant Ms ou Mr.

Dix-sept : Je dois toujours sourire.

Dix-huit : Je me masturberai tous les matins, à chaque repas et dès que je rentrerai à la maison. Je ne dois pas jouir sans la permission de ma maîtresse.

Dix neuf : Je reconnais que je dois obéir à toutes ces règles de vie que ma maîtresse m’impose parce que je veux être un bon animal de compagnie.

Vingt : Je comprends et accepte que toute ma vie est désormais controlée par ma propriétaire. Je lui dois respect et obéissance.

— Très bien, Mrs C., des questions ?

— Non, Ms Simon.

— Je vais emménager dans la chambre d’amis, nous dirons à Amy que j’ai des problèmes avec ma famille et que vous m’invitez à rester ici.

— Oui, Ms Simon.

— Maintenant, montez dans la chambre, vous mettrez la jupe et le top que j’ai préparés pour vous, nous allons chez mes parents avant que Amy ne rentre.

Mary alla dans la chambre en réfléchissant, elle n’avait pas d’autre choix que d’obéir à sa propriétaire, puisque Lisa était sa propriétaire….

Mais pourquoi sa chatte était elle humide ?

Elle passa la jupe qui était très courte, elle couvrait à peine ses cuisses à hauteur de ses bas.

Le top de Amy était très serré, très moulant, ses seins semblaient vouloir percer le tissu, ses tétons en érection se dessinaient clairement sous le petit top.

Le plug dans ses fesses était vraiment très inconfortable….

— Ms Simon, ne soyez pas en colère,mais je ne peux pas rencontrer vos parents habillée ainsi.

— Ne vous inquiétez pas, mettez votre collier.

La prof, toute perdue, attacha son collier et suivit sa maîtresse dans la voiture.


CHAPITRE 11

Mary monta en voiture en se demandant ce que Lisa préparait.

Elle ne pouvait pas la présenter à ses parents, habillée ainsi..

— Écartez les jambes, remontez votre jupe, Mrs C. mes parents habitent en banlieue, je veux que vous vous caressiez pendant le voyage.

Mary écarta les cuisses et commença à se caresser le sexe. Elle était anxieuse, elle avait peur de se sentir excitée si elle faisait cela, elle devait obéir.

Après vingt minutes de route, elles arrivèrent à la maison des parents de Lisa.

Lisa gara la voiture dans l’allée devant la maison.

Elle ordonna à Mary d’arrêter de se masturber, elle fit le tour de la voiture et fit sortir Mary en la tenant en laisse.

— Venez Mrs C., mes parents sont impatients de vous rencontrer.

Mary était anxieuse, elle ne savait que faire.

Qu’allaient dire et faire ses parents en la voyant comme cela ?

Mary, toujours en laisse, Lisa ouvrit la porte et annonca son arrivée.

— Hello chérie ! dit la mère de Lisa, semblant ignorer la scandaleuse prof en laisse.

— Ton père et ton frère sont dans le salon, ils regardent le match. Le repas sera prêt dans dix minutes.

Lisa entraîna sa prof en laisse dans le salon.

Elle reconnut Mike, le frère de Lisa, elle avait été sa prof, deux ans auparavant, elle n’avait pas réalisé que Lisa puisse être sa soeur.

— Salut Lisa, dirent son père et son frère, hé Mrs C., vous êtes bien différente aujourd’hui.

Mary rougit et ne sut que répondre…

— Vous vous rappelez mon frère, Mrs C. ? Vous lui aviez donné un D lors de son examen final et il n’a pas pu rejoindre l’équipe de sport du collège.

Tout lui revint en mémoire, Mike avait fait un très mauvais devoir et elle avait été obligée de lui donner une mauvaise note. Ses parents et même son coach l’avaient suppliée de lui mettre au moins un C, mais elle avait refusé et il avait dû attendre deux ans de plus. Elle comprit qu’elle était dans une mauvaise situation…

— Vous semblez moins fière, Mrs C, dit Mike en venant à elle, en soulevant sa jupe et en caressant ses fesses nues.

— Le dîner est prêt, cria la mère de Lisa.

— Allons manger, dit Lisa, elle tira la pauvre prof terrifiée dans la cuisine. Mary dû rester debout en face de Lisa,pendant que tous mangeaient. Ils mangeaient et parlaient,ignorant Mary, comme si elle n’était pas là. Mary, se sentait mal… Quand ils eurent fini, Lisa se tourna vers Mary :

— Vous voyez, Mike était avec moi quand nous avons trouvé votre magazine et nous avons élaboré un plan pour nous venger. Mes parents ont été tout à fait d’accord, car ce que vous aviez fait à Mike… Mes parents ont pratiqué le sado-maso pendant des années et ils aiment cela. Ils font partis d’un club en ville qui se réunit régulièrement. J’ai rejoint le groupe pour mes dix huit ans, Mike aussi puisque il a dû attendre deux ans à la maison… Vous voyez, c’est une affaire de famille, vous êtes désormais la propriété de nous tous bien que, en priorité la mienne, ils peuvent se servir de vous comme ils voudront. Nous ne ferons rien à votre fille car nous ne touchons pas aux mineures. Cependant elle pourra nous servir pour faire votre éducation. Votre mari fera aussi parti du jeu, mais pour le moment il ne sait rien.

— Enlevez votre top, Mrs C. et montrez vos seins à mon père et mon frère.

La prof dépassée, savait qu’elle n’avait pas le choix et enleva son sweat et montra ses seins, ses tétons en érection. Mike se rua sur elle, la fit tomber et saisissant son sein droit, lui fit un long et profond baiser dessus, sa langue tournait autour de son téton. Puis il l’embrassa sur la bouche, sa langue explora ses lèvres et son palais. Elle sentit une chaleur l’envahir et ses genoux se dérober sous elle. Elle en oublia la douleur de son téton, elle était comme électrisée par ce baiser auquel elle s’abandonnait.

Il la relâcha…

— Enlevez votre jupe avant que vous ne la salissiez avec votre jouissance de femme en chaleur.

Mary enleva sa jupe, montrant à tous sa chatte épilée.

— Écartez les cuisses, dit Mike.

— Montrez nous votre chatte, prof, ordonna Mr Simon.

Mary écarta grand les cuisses et montra à tous sa chatte qui suintait de mouille.

— Tu avais raison Lisa, c’est une vraie salope au naturel, dit Mrs Simon.

— Tournez-vous et montrez-nous votre cul empalé.

La prof, morte de honte, obéit et se tourna.

— Bien, c’est assez, nous n’avons pas tout le jour, Mike doit préparer ses affaires pour aller au collège. À quatre pattes et montrez nous vos talents de suceuse de bite, dit Lisa en lui claquant les fesses.

Mary se tourna vers Mike et vit devant elle la grosse bite de Mike qui sortait de son pantalon. Il saisit sa tête et força sa bite dans la bouche de Mary.

— Faites cela bien et soyez heureuse ou vous serez très, très malheureuse, Ms C., dit Lisa en claquant fortement le sexe nu de Mary.

Mary se mit au travail suçant, avalant, fit tourner sa langue sur et autour de la grosse verge aussi vite que possible pour en finir vite.

Elle sentit un doigt s’introduire dans sa chatte détrempée.

Oh… cette sensation ! c’était trop !...

C’est alors, qu’elle reçut une grande claque sur les seins.

— Tu ne jouis pas, salope ! cria Mrs Simon.

Mary sentit le doigt se retirer de son sexe humide et il fut remplacé par ce qu’elle comprit être la verge de Mr Simon. Il était dur et la pénétrait violemment, il semblait n’avoir aucun problème, car sa chatte coulait de cum…

Elle reçut une autre claque sur la poitrine. Elle essayait de se concentrer sur la bite dans sa bouche en ignorant celle qui lui labourait la chatte. Elle sentit la douleur sur ses seins pendant que Mrs Simon la frappait avec une spatule de bois.

Flash!

Elle vit la lumière pendant qu’elle suçait la verge et que l’autre sexe la prenait…

Bientôt, elle sentit la bite dans sa bouche se raidir, elle se mit au travail avec plus d’ardeur avant qu’elle ne jouisse… donnant ainsi prétexte à ses tourmenteurs.

La première giclée de sperme lui inonda la bouche et la glotte. Mike se retira et se vida encore sur son visage et dans ses cheveux, son père continuait à lui baiser la chatte, et sa mère qui lui frappait ses pauvres seins….

Elle se sentait si près de la jouissance qu’elle avait du mal à résister, elle craignait encore plus de douleurs et de punitions…

Après ce qui lui sembla une éternité Mr Simon éjacula en elle, inondant sa chatte de sperme chaud et épais. Il se retira et se vida sur ses fesses, son dos…

La prof s’écroula sur le sol, elle se vit la poitrine rougie par les coups, son corps, sa chatte, son ventre recouverts de sperme. Son sexe était en feu, elle voulait jouir, mais ne le pouvait pas.

Mrs Simon, prit toute une série de photos de la prof couverte de sperme.

Toutes ces photos étaient pour l’album de Lisa.

Son père était un amateur de photos et il prenait l’animal de Lisa comme modèle…

Un modèle de honte…

— Levez vous, Mrs C. et portez toutes mes affaires dans la voiture. Ne perdez pas de temps à vous laver, mettez juste votre jupe et votre top, nous devons y aller et Amy ne va pas tarder à rentrer !

La prof couverte de sperme s’habilla et porta les affaires de son élève.

— Mike doit rentrer au collège, mais nous reviendrons voir papa et maman.