Vacances à Paris

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG131.jpg


Numéro 131

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 131
Date de parution originale: Août-Septembre 2004

Date de publication/archivage: 2018-01-01

Auteur: anonyme
Titre: Vacances à Paris
Rubrique: Sexe, risque & aventures

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 3968 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Mes vacances, je les passe à Paris. Avec un ami, nous nous échangeons nos apparts pendant le mois d’aôut. Et je peux vous assurer que j'en profite un maximum. Ma cible préférée, les touristes. Ils sont si faibles parfois lorsqu'ils sont perdus dans les rues de notre belle capitale!

Mon endroit favori reste la tour Eiffel. Je monte au troisième étage et j'observe. Lorsque je vois que le poisson a mordu à l'hameçon, je passe à l'attaque. Je repère lorsqu'il prend l'ascenseur et je me faufile à l'intérieur en même temps. En général, ils sont toujours plein et nous sommes si serrés qu’il est difficile de bouger. Je me plante devant le mec et je lui mets la main au paquet. Et comme nous sommes en public, il ne dit pas grand chose. Ensuite, c'est plus compliqué. Il m'arrive de me planter et de me retrouver face à un hétéro pur et dur. Sinon, il me suffit de l'inviter à prendre un verre chez moi et l'histoire peut continuer sous ma couette.

Je me souviendrai toujours d'un beau mec brun, d’origine espagnole, pas très grand mais doté d’un superbe sourire ravageur. Je n’ai pas pu le draguer. J'étais paralysé par... l'amour. Vi, vi, vous avez bien lu. J’étais tombé raide dingue amoureux de ce mec d’une gentillesse incroyable. Il habitait Metz et il venait régulièrement sur la capitale. Finalement, c'est lui qui m'avait dragué. Comme je me suis senti con! Heureusement qu’il a mené la danse sinon, nous serions toujours en train de prendre notre limonade. Nous sommes restés la semaine ensemble. La séparation a été dure mais bon, c'est la vie.