Viens que j't'éponge

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG82.jpg


Numéro 82

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 82
Date de parution originale: Mai 1997

Date de publication/archivage: 2012-06-05

Auteur: Bernard
Titre: Viens que j't'éponge
Rubrique: Bois ou cinés X: on drague!

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 3066 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Dès que je me suis levé pour m'asseoir à côté de lui, il a cessé de se faire du bien et il a rangé son outil. Beau mec, genre Kabyle. Ça va pas être facile. Il regarde obstinément l'écran où des putes pompent des bites mahousses en tortillant du cul. Je tente le tout pour le tout. Ou ça passe ou ça casse, ou il accepte ou c'est le poing dans la gueule.

Je colle ma cuisse contre la sienne, puis je pose ma main sur sa braguette. J'ai le cœur qui bat à se rompre. Le mec sursaute mais il ne bronche pas, ses yeux sont rivés au film porno. C'est gagné! Je commence à masser doucement. Pour l'instant, c’est tout mou, mais au bout de quelques minutes, j'ai la joie de sentir le morceau grossir sous le tissu.

Alors je me penche, j'ouvre la braguette avec soin, et je fais surgir la bonne carotte de chair chaude du slip blanc. Que je gobe dans la seconde. Mmm, comme elle bonne! Je pompe mon Kabyle qui commence à se dandiner de plaisir. Sa main alors se pose sur ma nuque pour indiquer le rythme à tenir. Je sors ma verge à mon tour pour me branler. Maintenant, mon mec se laisse aller et il écarte les cuisses. Son souffle saccadé se mêle aux gémissements des putasses de l'écran. J'y mets tout mon savoir-faire. Je creuse les joues, j'aspire fort et je renfonce toute la hampe jusqu'aux amygdales. Sa main m'ordonne d'aller plus vite. Ses doigts se crispent dans mes cheveux. Il tire dessus. Ça y est, je le sens venir.

La tige gigote toute seule dans ma bouche. Elle frétille. Le jus monte et éclate dans ma gorge. Je vidange, j'éponge, je soulage les mecs, et j'aime toujours autant ça...


Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!