Xavier, le Livreur de Pizza


Xavier, le Livreur de Pizza
Texte paru le 1999-11-01 par Étienne de ACA   Drapeau-ca.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 70 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5914 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 1999 — Tous droits réservés par Étienne de ACA.


Ce récit se compose de quatre histoires distinctes ayant une suite logique, ayant les quatre titres suivants, vous en êtes à la 2er partie:

— Toute une Fin de Soirée Surprenante

— Xavier, le Livreur de Pizza

— Yvon, le Livreur Mérite un Bon Pourboire

— WOW! Le Belge Xavier et le Jeune Yvon


C'est bien moi Bertrand qui ne va plus au bar, mais je me rends directement chez mon Jean-Marc, tous les vendredis soirs et il me garde collé à lui jusqu'au lundi matin, comme me dis ma mère, tu va bientôt déménager avec ta copine, si ca continu, de bonne chance que je déménage chez mon amant.

C vendredi soir là, directement de mon travail, sans passé chez moi, je me suis rendu chez Jean-Marc, j'avais un trop grand besoin de faire l'amour, comme je suis arrivé avant lui, je me suis douché et étendu à poil sur son lit, à son arrivée, quand il m'à aperçue, au diable la douche, il a sauté sur moi et nous avons baissé comme deux affamé, vers les 10 heures, bien vidés ou bien rempli, selon la chose...

Une faim d'une bonne pizza, nous pris, il téléphona à une pizzeria qu'il connaissait et il y commanda deux pizzas larges tous garnis, nous avons pris une bière froide, tout en jasant et relaxant le tout mêlé de baissés ardents et de bonne échange de bière de bouche à bouche, la sonnette se fis entendre, nous avons remis nos boxers.

— Bonjour monsieur. La pizza que vous avez commandé!

— Entre et ferme la porte, il pleut à boire debout!

— Oui Monsieur.

— Oh, un nouveau livreur?

— Oui, j'en suis à ma troisième journée!

— En plus, un français, directement de Paris!

— Non, Monsieur je suis belge!

— OH, un Belge, ça goûte quoi un beau mec belge comme toi, le fromage ou le chocolat?

— Vous êtes drôle, Monsieur!

— Répond, quel goût, ça a un Belge!

— Bien... comme me disait ma copine, quand elle me faisait une pipe, ça a le bon goût de la bonne crème épaisse chocolaté!

— Elle connaissait cela, voilà ton argent et ton pourboire, mon ami.

— Merci, Monsieur

— De rien, mon ami, dis-moi ton prénom!

— Xavier, Monsieur, a vote service et merci pour votre pourboire.

— A quelle heure finie-tu ton travail Xavier?

— Je cesse, ce soir, un peu passé minuit, pourquoi, Monsieur!

— Si tu n'as rien à faire, viens prendre une bière, nous seront sûrement plusieurs!

— Nous t'invitons, plus ont est de fou, plus ont à de plaisir, tu ne crois pas!

— Je vais peut être venir, je ne le sais pas, pour le moment!

— L'invitation est là, à toi de décidé Xavier, moi je suis Jean-Marc et mon ami Bertrand.

— Enchanté Messieurs.

— Alors, à tantôt ou à la prochaine Xavier.

— Je verrai, et encore merci.

Il parti et nous sommes passé à la cuisine dégusté nos pizzas.

— WOW, quel beau mec, environ 19 ans, 5'10, 165 lbs, beau sourire et belle gueule et nous aurions l'occasion de goûter le jus d'un Belge, espérons qu'il viendra.

— Jean-Marc, fais-toi pas d'idée, il est straight, ce gars là, a tu vu ca démarche, c'est un mâle macho.

— Si, il vient tantôt, ont va baisser à trois, fis toi sur moi!

— Premièrement, il ne reviendra pas, voyons!

— Ont ne c'est jamais, s'il revient, il est fait à l'os, ont va le baisser à fond.

— Même, s'il revient, je te dis qu'il ne baissera pas avec deux gars, il est aux femmes, ce mec là.

— Bertrand, tu souviens-tu, de ta première visite ici, as-tu déjà oublié ma manière de procédé avec les Popper.

— Quoi, tu va y faire le coup des Poppers, comme tu m'à fais, tu es pervers.

Nous l'avions presque oublié, quand, vers minuit et demi, sa sonne, je vais ouvrir et c'est mon beau Xavier, trempé jusqu'à l'os, il était venu à bicyclette sous une pluie diluvienne.

— Salut, Jean-Marc.

— Entre mon beau Xavier.

— Vous êtes seul, tu disais attendre des filles.

— Je sais, mais elles se sont décommandés, tu sais ce que c'est les filles,

— Oui, toujours, la même histoire, alors je ne vous dérangerais pas plus.

— Bien voyons, tu es rendu. Entre te séché et au moins prendre une bière.

— D'accord, le temps de me séché et une bière, si je ne vous dérange pas trop!

— Du tout, entre, te montré que nous aussi au Canada, nous savons vivre.

— Je sais, vous êtes biens sympathiques les amis.

— Entre, va te doucher, je vais te passer des boxer propre et surtout sèche et je ferais sécher ton linge dans la sécheuse, durant que tu prendras une bonne bière.

Je l'es conduis à la salle de bain, je lui es passé des boxer, il a barré sa porte, pour prendre sa douche. Après dix minutes, il sorti en boxer, (wow quel beau corps, musclé juste ce qu'il faut et surtout le boxer étais bien remplie la ou il faut), il me tendis son linge mouillé, lui demandant s'il avais bien vidé ces poches, il passa devant moi, pour se diriger vers le salon, (wow, quel cul, tu ne partira pas d'ici avant que j'aie goûté et bourré ton beau cul belge, que je me dis) je me suis dirigé à la cuisine pour lui apporté une bière et aussi faire sécher son linge.

— Tiens, a ta santé mon ami!

— Merci, vous êtes gentil les gars!

— Comme ça, tu es belge et tu es ici depuis combien de temps?

— Ca fais deux mois, je travaille pour pouvoir m'aider à payé mes études.

— Tu vis avec tes parents, ici?

— Non, mes parents sont encore en Belgique, je demeure dans une petite chambre dans le centre ville, près de l'université.

— Comme ça, personne t'attend, tu peut entrer à l'heure que tu veux.

— Oui et surtout que demain c'est samedi et je ne travaille pas avant 18 heures.

— Parfais ça!

— Mais, je ne veux pas profiter de votre hospitalité, je prend cette bière et je vous laisse tranquille.

— Écoute Xavier, tu ne dérange pas, au contraire, sois bien à ton aise et vide cette bière là, que je t'en serve une autre.

— Non, non, une seul suffit, avec le généreux pourboire que vous m'avez donné tantôt, je ne peut profiter plus de vous.

— C'est bien nous qui profite de ta présence et sois à ton aise, sois chez toi, mon ami!

— Je suis gêné, je peut vous la payer la bière!

— Xavier, ce soir, nous te payons la traite, profite-en, de toute manière tu paiera bien le tout, d'une manière ou d'une autre, tu reviendras et tu amènera à boire. OK.

Nous avions bien saisi la phrase que je venais de dire, pas lui, après trois bières, il étais de plus en plus à son aise, jasant beaucoup de son beau pays et d'une certaine Lisa, sa dernière copine qu'il avais laissé au pays, s'écrivant régulièrement, je fis un clin d'oeil a Bertrand, je sortie ma bouteille de Popper, que j'ai bien respiré des deux narines devant lui, je l'es passé à Bertrand qui sniffas lui aussi à fond, comme bien prévu, Xavier dis:

— C'est quoi cette bouteille là?

— Des Poppers, mon grand, tu ne connais pas ça?

— Non, ça fais quoi comme effet?

— Ca gèle, ton coeur bat plus fort, ça étourdi un peu, mais surtout ca met en super forme, avec ça. mon gars, tu bande comme un cheval et tu garde ton érection des heures et des heures et aux filles ça les rend dingues de sexe, elles en veulent aussi bien en haut, qu'en bas, et autant de devant que de derrière, tu sniff ça et n'a qu'une seule idée en tête, c'est de baissé, et de baissé encore et encore.

— Tu ris de moi, voyons, si cela est possible, de jouir et de resté en érection des heures.

— Essai-le, tu verra bien, l'effet sur toi!

— Je peut!

— Oui, pourquoi pas, mais je t'averti, la première fois que tu sniff ça, à ta première sniff, tu deviens complètement étourdi et perdu, après 5 minutes, tout redevient normal et te deuxième sniff est super.

— Ce n 'est pas dangereux?

— Du tout, au contraire, c'est super, regarde-nous, nous sommes normaux ou pas?

— Oui, je vois bien, alors, je veux l'essayer.

— Suis-moi...

Je te fis étendre dans mon lit, lui disant que pour sa première sniff, il serais mieux, bien étendu sur le dos, je lui fis mettre ses deux bras plus hauts que sa tête sur les oreillers, je lui es bien expliqué, je vais te mettre la bouteille dans une narine à la fois, te bouchant l'autre, et tu prend une bonne sniff a chaque fois, ce qu'il fis...

A son retour sur terre, j'étais prêt de lui, lui passant la main dans les cheveux, il voulu relever la tête, je lui es retenu sur l'oreiller.

— Comment va-tu, mon beau Xavier?

— Au paradis, je crois, aux anges!

— Comment ça!

— Je suis sur un nuage, ma queue bandé comme un ange et un ange que me donne une pipe céleste, engouffrant au complet ma grosse queue, je sent même son long doigt d'ange, dans mon anus, mes couilles hurlent pour se vidé, ma queue dis, non, elle veut attendre, mon gland est gros comme une pomme, prêt à explosé.

— WOW. Comme tu te sent bien, mon gars!

— Je n'es jamais ressenti ça, je suis bien, comme jamais.

— Alors relève la tête et regarde ta queue!

Il se releva et vit Bertrand suçant sa super grosse queue bandé dure, tout étonné, il cria:

— Merde. Arrêté ça, je ne suis pas aux hommes, merde de merde.

— Voyons mon beau, ta tête dis non, mais ta queue dis OUI!

— Je sais, que tu n'es pas gai, mais sois un cul ce soir, relaxe.

Je lui fis snffer. À nouveau la bouteille des deux narines. Les Poppers, la bière et surtout sa super érection aidant, je me suis approché la bouche de ses lèvres et doucement je senti sa bouche s'ouvrir, acceptant ma langue, me la suçant, comme il dis, le Belge, il m'à roulé une pelle incroyable à la Belge.

A genoux, je lui es présenté ma queue près de sa bouche. Il m'a regardé dans les yeux et a sorti sa langue pour léché mon gland humide de précum, je lui es poussé dans la gorge, a fond. Il étouffa, je me suis retiré légèrement, le laissant soufflé et surtout le laissant grugé mon gland, comme un expert, Bertrand lui a relevé les jambes. Les passants sous mon bras, vu que j'étais assis sir son torse et il me sauçait super bien.

Bertrand lui léchant l'anus, y entrant sa langue, le beau Xavier gémissais fortement et suçais encore plus a fond, mais il m'à mordu la queue, quand il senti que Bertrand étais en position de lui bourré son beau petit trou de cul vierge, il a cessé de sucé et avec un beau sourire, il m'à dis:

— Détache mes poignets, nous allons être en meilleure position pour baissé, c'est ma première fois avec un homme, plutôt deux hommes, mais je veux bien vivre cette expérience là.

— Écoute mon beau Xavier, si tu veux partir, d'ailleurs ton linge est sûrement sèche, dis-le, tu n'es pas prisonnier!

— Je ne veux pas partir, au contraire, vous ne finissez pas ce que vous avez commencé, la seul chose, je ne veux pas être pénétré,

— Pourquoi pas, toi veux tu nous enculer?

— OH oui. Sur, mais une queue, j'e ne me sent pas capable de prendre cela, sa dois être trop douloureux à supporter, comme fais Bertrand, son doigt, j'adore cette nouvelle sensation, mais pas une queue, ok.

— Tu c'est pourquoi, tu aime ça sentir Bertrand, te caressé la prostate, regarde-le bien, il a déjà sa grosse queue au complet dans ton beau corps.

— Merde, je ne peut le croire, mais je le vois bien, que c'est super, va-y Bertrand, tu y es, continu et bourre-moi bien le cul, défonce-moi.

Aussitôt, les menottes enlevées, il se releva lui-même les deux jambes pour m'offrir la rosette de son cul, que j'ai léché, mangé. grugé, y entrant ma langue, il jouissais comme un collégien, la langue sorti, grognant fortement, puis Bertrand, lui offrit sa queue qu'il s'empressa de sucé avidement, comme un grand professionnel, se la rentrant au complet, lui poussant son index dans le cul, pour un hétéro, il aime le cul et apprend vite, puis me poussant sur le dos, il embarqua par-dessus moi, pur se sucé en bon 69, tout en offrant son beau trou de cul à Jean-Marc, qui s'empressa de lui faire sniffer les Poppers, ainsi que nous,

Le beau Xavier pris ma grosse queue au complet dans sa bouche, tout en m'enfonçant la sienne, que je recevais dans la gorge, a chaque bon coup d'enculage de Jean-Marc, le belge au sommet de l'extase, hurlant comme un déchaîné, m'a rempli la gorge de son sperme épais, en 5 à 6 grandes giclés épaisse et d'une saveur, a tout avalé, sans en perdre une seule goutte, il se mit à me gruger la queue, me forçant vite à lui éjaculé dans la bouche à mon tour, un bon petit gars, il avala sans rien dire, et gémis fortement quand il sentis la queue de Jean-Marc lui remplir les intestins.

Une bonne bière de relaxe et le beau Xavier complètement partis, il se mis à genoux devant nous, pour nous sucer à fond. Passant d'une queue à l'autre, la bière et les Poppers le rendais insatisfaisant, il en voulais encore et encore.

Infatigable, il nous a sucé, grugé la queue, aussi longtemps qu'il n'a pas reçu son miel, comme il disais, une si belle gueule chaude, nous, nous sommes laissés allés et il a eu droit a de bonnes giclés de jus de mâle épais, qu'il s'empressa d'avalé.

Il nous amena dans la chambre, nous fit mettre tous deux l'un à coté de l'autre, à quatre pattes, nos culs biens relevés, et a simplement dis: a votre tour de vous faire satisfaire le cul. Bandé raide, il se mis à nous défoncé le cul, hyper virilement passant d'un cul à l'autre. en enculant un, il entretenais de ses longs doigts le cul de l'autre,

Son petit manège duras plus de vingt minutes avant de crié. OUUUUIIIIIIIIIIII Sais moi qui a eu droit à la réception de son chocolat suisse blanc, en abondance dans mes intestins et il s'affaissa sur le lit, pour dire: Bon maintenant je peut partir satisfait!

Ma réponse fut: OH non, tu nous à bourré le cul, comme tu dis, a tous les deux, Bertrand te la fais, mais pas moi, vite mon beau Xavier, mets toi a quatre pattes et offre-le-moi.

Avec son sourire de jeunesse, il se mit à quatre pattes et me dis: Va-y mon mâle, avec ta super grosse queue, défonce-moi le cul. Prend te revange. Bertrand l'embrassais à pleine bouche, pendant que moi, je défonçais se super beau petit cul Belge, a fond, bien virilement. Pour enfin lui versé mes dernières giclées de spermes épais.

Le beau Xavier, nous l'avons gardé à couché entre nous deux, réveillé vers midi, bon déjeuné, pour prendre des forces et une autre super baisse à trois, demandé pas Monsieur Xavier, avant son départ vers les 5 heures, pour son travail.

En partant, il nous a dis:

— Je peut faire des livraisons, autre que des pizzas, si vous avez besoin, vous savez, ou je travaille...

Nous avons tellement aimé cela a trois, que nous avons commandé des pizzas, je dirais régulièrement et livrable a la fermeture de la pizzeria et livraison par Xavier!

Aussi, une autre aventure a trois, ce fut avec le jeune livreur du dépanneur. Un jeune mec, sachant se débrouiller dans la vie, il va sûrement aller très loin.

FIN

Ne manqué pas la suite: Le Livreur Mérite un Bon Pourboire