Yvon, le livreur mérite un bon pourboire


Yvon, le livreur mérite un bon pourboire
Texte paru le 1999-11-06 par Étienne de ACA   Drapeau-ca.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 70 texte(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 7901 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© 1999 — Tous droits réservés par Étienne de ACA.


Ce récit se compose de quatre histoires distinctes ayant une suite logique, ayant les quatre titres suivants, vous en êtes à la 3e partie:

— Toute une fin de soirée surprenante

— Xavier, le livreur de pizza

— Yvon, le livreur mérite un bon pourboire

— Xavier et le jeune yvon


Après notre super bel rencontre, du livreur de pizza Belge, que nous revoyons à l'occasion de ses besoins, nous avons essayé, d'autre pizza, amis sans succès de beau et jeune livreur. Mais comme disais Jean-Marc, au dépanneur du coin, il y avait un super beau petit mâle de 17 ou 18 ans, blond, beaux yeux bleu, toujours avec sa maudite casquette sur la tête, jeans trop grande pour lui, de belle main prometteuse d'un beau gros pénis, mais d'après Bertrand, il était mineur, il n'avait pas 18 ans, moi je disais qu'oui. Donc, nous avons cherché ailleurs.

Un samedi, après le départ de Xavier et une nuit chaude à trois, la bière manquant, nous sommes allés au dépanneur. Le beau blond étais là. Nous avons pris une caisse de 24 bières, des croustilles, rendu à la caisse, le beau petit mâle dit:

— Autres choses messieurs?

— Non-merci, pas pour le moment!

— D'accord, si vous avez besoin d'une livraison, je suis votre livreur, pour vous servir!

— Peu importe l'heure?

— Quand même pas, mes dernières se font à 11 heures!

— Tu livre tout ce que l'ont veux?

— Oui, messieurs, vous demandez et je vous donne cela, beau, bon et pas cher, pourboire non inclus, bien sur!

— Pour le moment, je suis seul en magasin, mais dans 30 minutes, je reprends mes livraisons à domicile.

— Si je te demande, de me livré une caisse de bière a la fin de journée et je t'offre d'en prendre une, pour relaxé de ta journée de travail, tu fais quoi?

— Si vous payé votre caisse de bière immédiatement, je vous livre ça à 11.15 heures exactement et si vous m'en offre une, ca ne se refuse pas, bien entendu, pourboire a part!

— Tu sais, ce que tu veux!

— Que voulez-vous, un client satisfais me donne un bon pourboire et c'est avec cela que je peu continué, mes cours, pour avoir un bon travail un jour.

— Dois-tu entrer tôt chez toi?

— Clients curieux, bien non, que je rentre a minuit, mes parents sont déjà endormis, alors, des fois je rentre plus tard, quand j'ai la chance de rencontré une belle nana!

— D'accord, je te paie une caisse de douze bières, tout de suite et tu me la livre, à la fin de ta journée.

— Juste une douze, monsieur, vous ne penser pas avoir besoin d'une 24?

— En plus d'être charmeur. Tu es vendeur!

— Si tu livre, une douze bières, tu prends une bière avant d'aller te coucher, si tu me livre une 24 bières, tu en prends deux!

— Alors, ont dis une 24 bières, payé tout de suite et livré ce soir!

— C'est ça, tu es vraiment bon vendeur!

Durant la soirée, nous avions laissé traîné délibérément sur la table de chevet, des condoms, du lubrifiant, une belle grosse queue de caoutchouc et les Poppers.

Le beau blond d'Yvon, livreur et vendeur émérite étais là, à 11,15 heures, avec sa casquette tournée en sens inverse et son beau sourire de jeunesse.

— Voilà Messieurs, la livraison est toujours garantie avec moi!

— Je vois ça, exactement a l'heure prévu, voilà ton pourboire!

— OH, merci bien et le gentil monsieur est généreux en plus!

— Entre et viens prendre une bière!

— Bien sur, vous avez un super bel appartement.

— Viens, je vais te faire visiter, avant de t'asseoir!

— D'accord!

— Ici, le salon comme tu vois!

— Wow. Beau système de son et super grande écran de télévision, en plus toute une collection de casettes vidéo!

— La tu vois, la petite chambre, que j'ai fais mon bureau!

— Un ordinateur en plus, bien équipé men!

— La salle de bain, par ici!

— Merde, un beau tourbillon, mon rêve d'essayé cela, un jour!

— Tu l'essayeras. si tu le veux!

— Sérieux! C'est bien super!

— La grande chambre ici.

— Un super grand lit et merde, vous ne vous ennuyé pas ici, avec tout ce que je vois là, même des Poppers.

— Tu connais ça des Poppers?

— Mais-en, avec tu bande dur comme une barre d'acier et aux filles sa leurs dilate leur trou de cul, tu peux les enculés comme tu veux!

— Tu as déjà enculé une fille?

— Bien, oui, c'est aussi bon derrière, que par-devant, et tu es sur de ne pas avoir de mômes après ça!

— Débrouillard pour tes 18 ans.

— J'ai 17 ans, bientôt 18, dans 2 mois.

— 17 ans et déjà expert en sexe!

— Bien quoi, normal, non, connais-tu de quoi de meilleur que ça?

— Je dois avouer, que non, il n'y a rien pour battre une bonne baisse, bien cochonne.

— Mon âge, vous déranges, vous auriez voulu que je dise 18 ans.

— Pourquoi, dis tu ça?

— Je ne suis pas fou, quand deux beaux gars, comme vous autres invite un jeune homme à leur appartement, c'est pour avoir du sexe avec lui!

— T'es direct, mon beau!

— Pourquoi pas, je suis sur que le pourboire que j'ai eu tantôt, va surement être beaucoup plus gros, a mon départ.

— Tu es prostitué mâle?

— Malade toi, je ne suis pas comme ça, mais toute la soirée j'ai pensé à votre invitation et je me suis dis, il va surement me faire un cadeau et comme j'ai besoin d'argent pour continuer mes études, je me suis dis: pourquoi pas essayer cela avec eux, ils ont l'air correct.

— Allons prendre note bière, suis-moi.

Tous trois au salon, jasant de tout et de rien durant un bon trente minutes, le bel Yvon a demandé à essayer le bain tourbillon, impossible de lui refusé ça, il est allé à la salle de bain, laissant la porte grande ouverte, pour se faire voir, s'amusant comme un enfant dans le bain tourbillon.

Nous pendant ce temps là, nous jasions de lui, tout en allant jeter un coup d'oeil sur ce beau petit spécimen dans le bain tourbillon, pour finir par se dire, que nous pourrions lui donner de l'argent, pour ses études, oui pour ses études, que cela ne nous coûterais pas plus cher, que ce que nous dépensions dans les bars et souvent pour finir la soirée, al queue molle, entre les deux jambes, n'ayant pas réussi à trouvé de fille, mais avec Yvon, seul son jeune âge, nous tracassais...

Quand il sorti de la salle de bain, son âge fut vite oublié, le voyant arrivé nu et en pleine érection, super beau gros 7 pouces, entouré de beaux poils blonds et deux supers grosses couilles, pour son âge, il est super bien équipé, il s'est assis sur le divan, les deux jambes biens écartés, son gros machin sur son ventre, il nous regardas et dit:

— Personne, aucun amateur pour cette belle queue. En plus, va chercher les Poppers.

Bertrand se pencha pour savouré avidement cette belle grosse queue, le regardant jalousement d'avoir cette jeune queue dans sa bouche gourmande, je suis allé chercher les Poppers, que je fis sniffer à Yvon, il se plaça la bouteille sur chaque narine, prenant une bonne sniff, il lâcha un wouaaaaaaaaaaiiiii, et pris la tête de Bertrand solidement entre ses mains et lui poussa à fond sa belle queue dans la gorge, lui fourrant à fond, retira sa queue de la bouche de Bertrand, me baissa la tête sur sa queue, pour que je puisse enfin goûter cette belle queue, il râlait comme un enfant, Bertrand se glissa par terre, pour lui léché ces belles grosses couilles et son beau petit trou de cul, léchant bien la rosette de son cul juvénile. Se sentant sur le bord d'une éjaculation, il me poussa sur le divan. Sur le dos et ma suça, comme un déchaîné,

Il fit signe à Bertrand de s'approché et de sa belle petite gueule et il se mit à gruger nos deux glands en même temps, de son autre main serrant nos couilles fermement, Bertrand, lui dit de s'arrêter car il sentait qu'il éjaculerait vite, le jeune Yvon a continué comme on pro, et Bertrand gémissant fortement a couvert mon gland de son sperme épais que dégustais le jeune Yvon, Bertrand se retira pour sucé la belle queue d'Yvon qui lui continuait de plus belle a me sucé à fond, il ne me lâcha pas avant d'avoir mon jus épais dans sa bouche, qu'il avala bruyamment, tout en éjaculant lui aussi, cinq longs jets de son jus de jeune mâle, en hurlant comme un déchaîné, gémissant, se tordant de jouissance, Bertrand la bouche pleine de son nectar, s'approcha de moi pour partagé à pleines gueules ce miel doux et amer...

Souriant comme un homme satisfait, il demanda une bière, nous sommes venus pour remettre nos boxers, il dit carrément:

— Minute les gars, resté à poil, nous n'avons pas fini notre travail!

— D'accord, restons nus!

— Vu beau cul poilu, n'ont pas été découvert par ma queue, qui ne demande pas mieux que d'aller fouiner dans vos culs en chaleur!

— Et le tien, ton beau petit trou de cul imberbe, il n'en demande pas!

— Pourquoi pas. Si vous êtes généreux, je suis prêt a vous l'offrir, à tour de rôle. Si je puis moi aussi, vous fourré à fond.

— Cool, mon bel Yvon et soit sans crainte, tu va partir les couilles vides et un pourboire que tu n'oublieras pas.

— Alors, une autre bière, des Poppers et apporte les condoms!

— Prenons notre bière et allons dans la chambre après!

Dans le grand lit de la chambre, il se plaça aussitôt à quatre pattes et dis à Bertrand, encule-moi le premier, Jean-Marc a une queue très large et longue, ouvre-lui un passage digne de ce nom...

Mon Bertrand oubliant de se mettre un condom se positionna à ce beau cul tout rose, Doucement il le pénétra à fond, Yvon repris des Poppers et lui cria, va-y mon homme, défonce-moi le cul, montre-moi que tu s'es fourré, Bertrand entendant ses lamentations, il se mit à l'enculé aussi virilement que les fois qui profite de mon cul, sortant et y entrant à fond, faisant gueuler le bel Yvon, qui jouissais, gueulant,

— Oui va-y... Merde que s'est bon... Oh oui, fonce bonhomme... Pour ma première queue dans mon cul, t'es super... Ma prostate ca éclaté, merde... HO, oui...

Bertrand rageant lui a empli les entrailles de son sperme épais, en plusieurs giclés, car il avait omis de condom!

Aussitôt fais, Yvon dis à Bertrand, étend-toi, à mon tour de te bourré le cul et tu n'à pas mis de condom, moi non plus, tu va avoir mon jus de mâle en toi, sa belle queue bandé raide à la main, près de cul de Bertrand, il lui a dis: la voilà.

D'un seul coup viril, il lui avait planté à fond, bien à fond, se tournant vers moi, il me dit: ne reste pas là, comme ça, lèche mon cul et encule-moi, pendant que j'encule ton copain, ce que fis sans hésitation, il criait encore des obscénités, plus je lui défonçais, plus il gueulait, ainsi que Bertrand qui ressentais, mes coups virils. Tellement énervé d'avoir ce jeune cul, qu'en quelques minutes, je jouissais abondamment dans son cul, mêlant mon sperme a celui de Bertrand, Yvon grognant, éjacula à son tour dans le cul de Bertrand.

Infatigable, le jeune Yvon. Me dis: ton tour d'avoir ma queue dans le cul, il sortit sa queue juteuse du cul de Bertrand, pour aussitôt me la planté à fond, une bonne sniff, Et en beau petit mâle viril, il me défonçait à fond, quelle jouissance de sentir une queue si jeune en soi, surtout qu'il me défonçait virilement, après quinze minutes, j'avais le trou de cul en feu, je lui dis, ca suffit, repose-toi.

— Jamais, ça prendra le temps, que ça prendra, mais tu va avoir mon jus dans le cul, il a du continué un bon dix minutes de plus, avant de se vidé les couilles à sec, bien à sec.

Tous bien vidés et surtout plus que satisfait, nous avons été le reconduire chez lui, lui donnant ce qu'il méritait, il fut même surpris du montant, il ne s'attendait pas à ça. Avant de débarqué de l'automobile, il dit:

— Alors, les gars, satisfait de votre soirée ou pas?

— Très satisfait! Que nous avons répondu en même temps.

— Je vous remercie beaucoup, pour l'argent, ca va vraiment m'aider.

— Le plaisir est pour nous, mon beau!

— C'est gentil, va t'on se revoir?

— Samedi prochain, livre-nous, une caisse de 24 bières, même adresse et même belle soirée.

— Vous êtes sérieux, c'est super, j'ai bien aimé ma soirée et en plus. Vous êtes généreux, je serais là!

Il débarqua de l'auto, pour entré chez lui.

FIN

Sur le chemin du retour, nous avons convenu entre nous deux, de réunir Xavier
et Yvon, pour une belle nuit à quatre. Donc, ne manquer pas, la suite, sous le
titre: Xavier et le juene Yvon