Chuck (02)

Traduction du texte original « Chuck »


Chuck (02)
Texte publié le 2018-10-27. Traduit et adapté par DOMY33380   
Auteur original : Root 1   
Ce texte a été traduit et publié sur l'archive avec l'autorisation expresse de l'auteur original.



Cet auteur vous présente 9 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.
Ce traducteur vous présente 9 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 4428 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)
Raconte02.jpg

Novembre
Retrouvez chaque mois, une image issue des archives du site GAI-EROS.ORG.

Laissez voguer votre imagination autour de cette photo et excitez-nous dans vos propres mots! Voyons ce que les auteurs voient dans cette photo, à leur façon!

Raconte3-01.jpg

Décembre

Chaturbate.jpgBFFT.jpg


Template-Books.pngSérie : Chuck


 Récit librement traduit (et complété) de l’anglais et publié sur Nifty par Root 1 sous le titre Chuck.


Chapitre 02 – Chuck et Bobby


RÉCIT DE CHUCK

Bobby et moi sommes amis depuis toujours, mais ce n’est que l’été dernier alors que nous avions 15 ans que nous nous sommes vraiment rapprochés. Ça s’est passé une nuit où je suis resté dormir chez lui. Après le diner, nous avons dit bonsoir à ses parents, et nous sommes montés dans sa chambre. Dans sa chambre, il n’y avait qu’un seul grand lit et nous avons donc dû dormir ensemble, vêtus uniquement de nos slips. Nous sommes restés à discuter un grand moment et finalement nous nous sommes endormis.

Durant la nuit, je me suis réveillé hyperexcité. J’étais blotti contre le dos de Bobby avec ma bite au garde à vous et bloquée contre ses fesses. Mon embarras m'a fait rapidement changer de position, car je me sentais à la limite de la jouissance. J'avais peur de le réveiller et de ce qu’il aurait pu dire en voyant mon état.

Combien de temps s’est écoulé, je ne pourrai franchement pas vous le dire, mais à un moment alors que j’essayais de me rendormir, j’ai senti Bobby plaquer son dos contre moi. Ma bite toujours aussi raide que lorsque je me suis réveillé tout à l’heure, j’ai essayé de ne pas bouger, appréciant la proximité de ce magnifique corps que secrètement j’avais toujours désiré depuis que nous étions amis. C’est alors qu’écoutant sa respiration, j'ai commencé à réaliser que Bob était également réveillé. Je pouvais le sentir bouger alors qu’il essayait de s’exciter secrètement. Prenant mon courage à deux mains, j'ai décidé d'agir et j’ai donc placé ma main sur son épaule.

"Bob", lui ai-je dit, doucement. Sans réponse de sa part, j’ai recommencé un peu plus fort en disant "Bob, tu es réveillé ?"

"Ouais, Chuck."

"Je n’arrive pas à dormir avec toi à mon côté, tu m’excites trop. Bob, j’ai envie de te caresser, mais si ça te dérange, dis-le-moi et je m'arrêterai."

Et sans attendre sa réponse, j'ai commencé à baisser la main le long de son bras. Je me suis arrêté quand ma main a atteint la ceinture de son slip pour épier ses réactions. Je me suis arrêté une seconde puis j'ai laissé mes doigts glisser sur ses seuls vêtements et se reposer sur sa main. Il retira sa main, me laissant toucher ainsi sa bite qui était dans le même état que la mienne. J'ai alors, saisi son gourdin en l’entourant de ma main que j’ai refermée lentement et doucement. Je pouvais sentir son sexe y palpiter. Instinctivement, je me suis rapproché et j’ai appuyé fort mon sexe contre lui.

Bob a roulé pour me faire face. Ses yeux fermés s'ouvrirent et il me gratifia d’un magnifique sourire. Ses mains se sont mises alors, à parcourir ma poitrine et mon ventre pour finalement s’arrêter seulement quand elles ont atteint mon slip. Il le repoussa délicatement, libérant ainsi mon pénis. Ensemble, nous avons enlevé nos derniers vêtements et sommes partis chacun dans l’exploration du corps de l’autre. Je me suis souvenu alors, de la façon dont je me caressais lorsque je me branlais en rêvant de lui. J’ai donc essayé de toucher Bob de la même manière et à ma grande surprise, je pouvais le sentir répondre à mes caresses.

Inutile de vous dire que j’étais à la limite de la jouissance et de son point de non-retour. En effet, sentir quelqu'un d'autre qui me touche était tellement nouveau pour moi. Ne sachant pas où sa main bougerait, je lui dis :

"Je vais jouir, Bobby. S'il te plait, fais-moi jouir ! S'il te plait, fais-moi jouir !" Lui dis-je d’une voix haletante. Je suppose qu’il ne savait pas quoi faire quand d’un coup il se mit à m’embrasser. Je fus pris alors d’un grand frisson et heureusement qu’il avait ses lèvres sur les miennes, car j’eus alors la plus terrible des jouissances qu’il m’a été permis, jusqu’à maintenant, de connaitre. Puis presque simultanément, ce fut au tour de Bobby de jouir. Le sperme chaud et collant jaillit de nos bites sur nos poitrines. Il remplit nos mains et coula sur le lit. Comme nous sommes restés un moment sans bouger, savourant chaque seconde, il a collé à nos poils pubiens et fait briller nos bites.    


RÉCIT DE BOB

Chuck, que je connais depuis l’enfance, m'appelle habituellement Bob ou Bobby. J'ai essayé de lui faire utiliser Rob parce que je pense que ça sonne mieux. Nous avons grandi ensemble, mais autant lui est grand et sombre, autant moi j'ai une taille moyenne et des cheveux blonds. Il est déjà musclé comme il faut alors que moi, je suis plutôt mince.

La nuit qu’il a passée chez moi lorsque nous nous sommes branlés pour la première fois, ça a été quelque chose de merveilleux pour moi, car j'avais essayé de mon côté de le faire plusieurs fois sans résultat. Cette nuit-là, tout fut sublime. Lorsque nous avons joui, nous ne bougions plus savourant chaque seconde. Après une bonne dizaine de minutes, nous avons surmonté notre peur et nous avons commencé à nettoyer une partie du sperme qui avait giclé sur nous et sur le lit, puis nous avons parlé, beaucoup parlé. Nous avons entre autres parlé de ce que nous avions ressenti et finalement, nous nous sommes retrouvés tous les deux à nouveau excités. Cette fois, nous avons pris notre temps. En retirant les couvertures, car nous avions chaud, nous sommes partis à la découverte mutuelle de nos corps. J'avais des poils sous les bras et autour de ma bite, mais ils étaient blonds et vous pouviez à peine le voir. Quant à Chuck, il avait les poils plus sombres et même le début d’une vraie moustache. Ses poils étaient doux et fins et commençaient à sortir sur son ventre, de sa bite, de ses couilles et aussi de son cul. Mes poils, eux, semblaient juste un petit patch au-dessus de ma queue.

Nous avons tous les deux été circoncis. La bite de Chuck semblait plus grosse et plus sombre. La mienne était plus légère et plus serrée. Ce qui nous a surpris tous les deux, c'est que lorsque nous étions tous les deux durs, nous avions un sexe à peu près de la même taille lorsqu’on les comparait.

Nous avons joui une seconde fois cette nuit-là. J'ai fait des choses à Chuck dont je rêvai depuis longtemps. Il m'a laissé frotter ma bite entre ses fesses et son trou du cul. Je l’ai branlé ainsi jusqu'à ce que je gicle deux ou trois fois. Ce fut géant ! Le sperme dégoulina entre nous, se répandant sur son dos et mon ventre. À son tour, il m'a fait face et a mis son sexe entre mes jambes sous mes couilles, en appuyant sur mon propre sexe passé entre nous et chaque fois, il ne s'arrêtait que lorsqu'il était prêt à gicler. Au dernier moment, il relâcha sa queue raide qui s’est soulevée immédiatement, libérant des rafales de sperme qui sont venues retomber sur nous deux.

Cette première nuit fut magique et s'est terminée sous la douche avec moi en train de laver Chuck et lui de me laver. Inutile de vous dire que nous étions fatigués, mais heureux ! Les draps tachés de sperme ont atterri dans le panier à linge. Nos sentiments exprimés et non plus secrets, nous nous sommes promis de recommencer encore une fois, voir plus...