Jus de mâle

Révision datée du 19 novembre 2014 à 20:00 par Patrice (discussion | contributions) (changement de modèle d'archivage)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG104.jpg


Numéro 104

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 104
Date de parution originale: Janvier 2000

Date de publication/archivage: 2012-03-19

Auteur: Gabriel
Titre: Jus de mâle
Rubrique:

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 5639 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Me voilà enfin dans l’antre du vice: la backroom. J’ai la tête qui tourne: trop de bière. Et puis l’émotion de voir tant de mecs qui se font du bien dans la pénombre, de les entendre gémir ou donner des ordres brefs. L’odeur aussi. Spéciale. Comme des vestiaires où les sportifs seraient en rut. Un homme se colle à moi, sa main me palpe l’entrejambe. Je bande comme un malade. À en faire péter les boutons. Il a l’air beau, fort, musclé. Il a le crâne rasé. Il est grand, et sa bouche se colle à la mienne. Je suis au paradis, d’autant qu’il cherche à ouvrir ma braguette... Ça y est, j’ai sa grosse bite noueuse dans mon poing.

C’est si bon! Je sens son sang qui puise. Il me tripote, il me pince les seins. Il faut que je suce ce gros machin de chair dure. Je suis à genoux, je gobe, je pompe, on dirait que j’ai fait ça toute ma vie, que je ne suis né que pour sucer la bite des hommes. J’y vais de plus en plus vite. Il me force de la main à aller plus vite. Encore plus vite. Il gémit, s'arc-boute au mur d’une main et m'empoigne l'arrière du crâne de l'autre. Quelques tressautements, un râle à peine étouffé, et je sens son sperme se déverser en saccades dans ma bouche. Brûlant et amer. Du jus de mâle. L’idée est trop forte: j’ai du sperme de mâle dans la bouche! Et j’aime ça. Quelques coups de poignet sur mon manche, et j’explose entre les jambes écartées de mon vrai premier mec, une jouissance qui me dévaste. Il me relève. Il sourit. Il est beau.

Je vais lui dire qu 'il est le premier...

Gabriel