Les cinq royaumes (07)


Les cinq royaumes (07)
Texte paru le 2014-12-05 par Louis Alexander   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MM.jpg/ MMM.jpg/ MMM+.jpg

Cet auteur vous présente 57 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 6150 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)

© Tous droits réservés. Louis Alexander.



Template-Books.pngSérie : Les cinq royaumes

La fête battait son plein au château de Farmington. Les Princes Sacha et Charles, héro de la soirée, avaient fêté leur quinzième anniversaire dignement. Et comme la tradition le voulait, ils avaient choisi une épouse. Enfin, ce que personne ne savait, c’est que ce choix était le fruit d’un arrangement passé par leurs parents avec une noble famille très proche à qui ils avaient expliqué longuement la situation.

Mais qu’importe pour eux, leurs filles deviendraient des Princesses et ce n’était pas bien grave si celles-ci ne pourraient espérer vivre le grand amour avec les deux Princes. L’épisode de tout à l’heure fit prendre conscience à la Reine de Farmington qu’il ne valait mieux pas réprimander les désirs de ses fils même si cela lui en coûtait psychologiquement. Au moins ce n’était pas leur faute et puis ses filles ne suivraient pas le même chemin.

Sacha avait raconté à Charles et Louis l’épisode de tout à l’heure. Ces deux derniers n’en revenaient pas de ce qui s’était passé. 26 cm ce n’était pas rien, 6 cm de plus que Soan, pensa Louis.


— Je suis outré qu’il l’ait tué, j’allais prendre tellement de plaisir, lança Sacha bouillant de désir à l’idée de faire l’amour.

— J’aurai aimé aussi, reprit Louis

— Moi je n’ai encore jamais été besogné, je n’ai fait que besogner Sacha. Est-ce si bon que ça, demanda Charles.

— Tu verras ce soir, je vais vous présenter Soan. Et il est très doué avec son phallus.

— Soan, ton garde personnel et le frère de ta future épouse ? demanda Sacha.

— Oui Sacha, mais il est avant tout un excellent amant avec une bite délicieuse.

— Et tu as eu d’autres aventures ?

— Avec Severin mon valet.

— Sevrin, c’est vrai qui a un certain charme et une belle silhouette, repris Charles.

En entendant son prénom Séverin avait accouru à la table des Princes :

— Y-a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous, votre Grâce ?

— Séverin, va faire quérir Soan et rejoignez-nous dans mes appartements, je serais avec Charles et Sacha.

— Bien votre Grâce.

Les trois Princes prirent congés et en informèrent leurs parents qui ne se doutaient pas du caractère des activités auxquelles allaient s’adonner leurs fils. En quittant la salle où se déroulait le bal Louis, Charles et Sacha passèrent devant leur lointain cousin Archimède qui discutait de ses cours d’escrime avec William et d’autres garçons de son âge.

Archimède Tadwin était brun aux cheveux courts avec un teint identique à celui des garçons d’origine hispanique et il était avant tout un garçon très intelligent. C’est pourquoi il ne comprenait pas pourquoi tous les membres de sa famille semblaient l’observer et le dévisager. Certes, demain matin il serait majeur, mais cela n’était pas une raison sensé, pensa-t-il à tort.

Arrivé dans les appartements de Louis, Sacha se rua sur son cousin pour l’embrasser à pleine bouche. Les deux adolescents se caressaient et s’embrassaient sur l’immense lit au milieu de la chambre. Très vite ils furent rejoins par Charles qui avait retiré son chemisier de soie et de diamants. Les deux jumeaux étaient à présent au-dessus de leur cousin qu’on aurait pu prendre pour leur frère tellement il leur ressemblait.

C’est à ce moment précis que l’on frappa à la porte. Louis demanda qui était-ce et il reconnut la voix de Sevrin à qui il demanda d’entrer. Ce dernier était suivi de Soan qui comprit vite en voyant les 3 princes les uns sur les autres à s’embrasser, se caresser et se frotter, pourquoi il avait été appelé.

Et il n’avait pas tort ! À peine la porte refermée que Soan fut entièrement déshabillé et couché sur le lit. Sacha, Charles et Louis commencèrent à couvrir son corps de baisers. Très vite le garde personnel de Louis se mit à bander. Et à la vue de cette immense gourmandise, c’est Sacha qui passa le premier aux choses sérieuses en gobant la bite de Soan, n’en laissant que très peu pour son frère jumeau et son cousin.

Des trois princes, Sasha était celui dont l’appétit sexuel était sans doute le plus fort, même si pour Louis et Charles, l’envie était aussi très grande. Sasha se délectait de la bite de Soan qui ronronnait de plaisir sous l'expertise de la langue de celui qui était bien plus doué que la meilleure des prostituées qu'il avait fréquenté auparavant. D’autant que Louis lui léchait les testicules avec autant de passion.

De temps à autres les langues de Louis, Charles et Sasha se retrouvait en même temps à parcourir la bite du garde qui avait trois bouches princières au-dessus de lui. À tour de rôle, les 3 princes sucèrent Soan, s’embrassèrent passionnément, se caressèrent sensuellement, mais à aucun moment la bite de Soan se retrouva sans bouche à la sucer.

Très vite, alors que Louis et Sasha continuait de se disputer la bite du garde, Charles baissa son collant et demanda à Sevrin de venir s’occuper de lui. Le jeune valet ne tarda pas à obéir et se mit à genoux. Il commença à tourner sa langue autour de la bite du prince qui le regardait faire en gémissant de plaisir.

Sur le lit, les choses s’était accéléré puisque Sasha était maintenant à 4 pattes, attendant que Soan s’occupe de ses fesses. En attendant, il pouvait se délecter de la bite de son cousin Louis qui allait et venait au fond de son palais princier. Quand il sentit un gland épais, chaud et humide se positionner sur son trou serré, Sasha remua les fesses faisant comprendre à Soan qu’il avait déjà bien trop attendu.

Le garde compris le message et ne se fit pas prier pour rentrer au fond de l’intimité du Prince qui avait enfin ce qu’il voulait. La bite de Soan était certes un peu moins grosse et moins épaisse que celle du colosse qui avait été assassiné sous ses yeux, mais Sasha pouvait largement apprécier les 20 cm de Soan le besogner avec une parfaite technique.

— Tu avais raison Louis, il sait y fairrre oh…

— Tu as vu, en plus il tient longtemps et il crache beaucoup de jus, repris le jeune prince de Terraland

Pendant que Sasha couinait littéralement sous les assauts répétés de Soan, Louis parti rejoindre Charles qui se faisait toujours sucer par Sevrin. Le valet de Louis s’appliquait à sa tâche, et il y prenait gout. Bien que non touché par le sort, Sevrin avait toujours été attiré par son Maître et son ami Louis. Ses cousins Charles et Sasha tout aussi beau que lui, ne le laissait pas insensible non plus.

Charles et Louis prirent l’initiative de déshabiller Sevrin qui bandait comme un âne sous ses culottes de domestique. Alors que ce dernier allait se remettre à genou, Louis l'en empêcha, s’agenouilla lui-même, et commença à lui sucer la bite.

— Votre Grâce arrêter, c’est à moi de mmm.

Charles ne lui laissa pas finir sa phrase et colla sa bouche contre la sienne afin de l’embrasser fougueusement. C’était la première fois que Sevrin se faisait sucer et c’était divin surtout que le suceur n’était autre que son fantasme de toujours, le Prince Louis de Terraland. En plus il se faisait embrasser par un autre sublime garçon, le Prince Charles.

Louis avait décidé de ne pas en rester là, puisqu’en se relevant, il installa son valet sur une chaise et continua à le sucer avec une autre idée en tête. Le jeune Prince, tout en allant et venant sur le sexe bien dur de Sevrin, l’humidifiait de sa salive. Derrière lui, Charles, qui avait compris les envies de son cousin, lui léchait l’anus avec sa langue. Ce traitement expert de Charles le faisait frétiller de bonheur, et le Prince de Terraland ne dissimulait ses gémissements que par la bite de Sevrin qui faisait l’amour à son palais. Quand il sentit le souffle de son valet s’accélérer, Louis enjamba la chaise et s’empala sans ménagement sur le sexe de Sevrin qui n’en revenait pas et qui n’avait jamais été aussi excité.

— Encule moi Sevrin, fais-moi jouir.

— Je ne suis pas sûr de pouvoir tenir bien longtemps, votre Grâce, oh, mmm.

— Oh Sevrin besogne moi comme une putain.

— Votre Grâce, je ne peux pas, vous êtes mon Prince, oh mmm oh.

— Baise-moi Séverin!

Sevrin ne contrôlait plus rien, Louis avait déjà commencé ces mouvements de va-et-vient et se déhanchait violemment sur son valet dont l’éjaculation était très proche.

— Votre Grâce ça monte, ça oh !

— Vas-y Sevrin, rempli moi de ton jus, oh oui, oh…

C’est dans un concert de gémissement s’entendant jusqu’à l’autre bout de l’aile du château que Sevrin déchargea de nombreux jets de sperme dans les fesses de son maître. Les gémissements se joignaient à ceux de Sasha qui donnait dans les aigus. Ce dernier en prenait littéralement plein les fesses de la part de Soan. Un homme viril avec des muscles et de la barbe qui le dominait comme une chienne, il n’attendait que ça. Soan était très endurant et même si le cul de Sasha était très serré, il arrivait à se contenir. Il faut dire que Louis l’avait bien entraîné.

— Je pourrais essayer ? demanda Charles à son frère

— Mmm, oh, Sooann, oh.

— Sasha ?

— Pas maintenant c’est trop bon, répondit difficilement Sasha dont les fesses était assommées de coups de bite plus rapprochés les uns des autres.

— Louis, tu voudrais me besogner, reprit Charles voyant que son frère jumeau ne libérerait pas Soan tant que ce dernier ne lui aurait pas remplit les fesses.

— Avec plaisir cousin.

Louis positionna Charles contre une table et commença à lui écarter les fesses qui étaient semblable à celle de son frère, bien que plus étroite puisqu’encore vierge de tout rapport. Louis commença à lui lécher la rondelle et sa langue humidifia la cavité anale avant de s’y aventurer plus profondément. Ces nouvelles sensations pour Charles étaient divines, surtout que à ses genoux, Sevrin avait de nouveau engloutit sa bite.

Après cinq minutes de ce traitement accompagné de quelques doigtages, Louis se redressa et positionna son gland contre l’anus préparé de Charles. Le Prince prit ses précautions pour ne pas faire mal à son cousin et au bout de quelques secondes il se retrouva plonger au fond de lui.

— Ce n’est pas désagréable du tout, s’empressa de dire Charles.

— Et tu n’as encore rien vu, lui répondit Louis qui commençait à remuer le bassin.

À leur côtés les choses s’était accélérées, Sasha tout juste majeur par les lois de son royaume, mais encore frêle comme un adolescent, se tenait dans les bras de Soan, puissant et viril comme l’homme qui l’était. Ce dernier rien qu’à la seule force de ses bras, limait le cul du Prince dont les gémissements arrivaient même à faire bander les gardes postés devant la porte.

N’en pouvant plus après près de 30 minutes de sodomie non-stop, Soan plaqua Sasha contre une table et regroupa ses dernières forces dans un assaut final ravageur qui fit gicler Sasha pour la deuxième fois d’affiler sans qu’il n’ait à se toucher et qui le fit crier encore plus fort que durant la dernière demi-heure.

Entendant le jeune prince hurler son plaisir, un des gardes fit son entrée pour voir si tout allait vraiment bien mais également pour se rincer l’œil. Il ne fut pas déçu du spectacle et pu voir aisément Soan inondé les fesses de Sasha qui couinait de bonheur et dont les fesses s’étaient transformées en une fontaine de sperme.

Pas très loin d’eux un spectacle tout aussi jouissif mettait en scène le Prince Charles pris en sandwich entre son cousin et le valet de ce dernier. Charles venait juste de remplir les fesses de Sevrin alors que Louis n’en avait pas encore fini et continuait de pilonner son cousin.

— Je voulais juste m’assurer que tout allait bien, reprit le soldat.

— Tout va bien reprit Sasha qui n’avait pas encore pris le temps de regarder le garde devant lui.

En effet, celui-ci venait de la même région que le garde qui avait été assassiné sur son lit. Et il lui ressemblait beaucoup, de couleur noire, 1 mètre 90 musclé, sa silhouette illumina le visage de Sasha quand ce dernier le regarda.

— Mais vous avez bien fait de rentrer, déshabillez-vous et venez me rejoindre.

Le soldat s’exécuta et se retrouva nu devant Sasha qui masturbait déjà son sexe. Il avait été rejoint par Charles et Louis qui s’embrassait devant ce spectacle tout à fait à leur goût. Tout comme son camarade qui avait été assassiné, le soldat fut touché par l’effet secondaire qui le rendit homosexuel au premier contact sexuel qu’il avait eu avec l’un des Princes.

Et très vite ses 27 cm de longueur et ses 6,5 cm de diamètre se dressèrent devant les trois Princes ébahis par la taille de cette délicieuse gourmandise qui se dressait devant eux. Ces derniers se ruèrent dessus et la sucèrent sous tous les angles si bien que le soldat ne put se retenir de se vider une première fois dans les trois bouches princières, grandes ouvertes pour l’occasion et qui se partagèrent le fruit de leur travail. Mais les trois têtes blondes ne comptaient pas en rester là. Après avoir lécher la bite du soldat jusqu’à la dernière goutte, ils étaient bien décidés à la remettre en route, bien que celle-ci n’ait jamais vraiment débandée.

Et ils n’eurent aucun mal à le faire et bientôt le soldat avait retrouvé toute sa vigueur.

— Moi en premier, lança Sasha.

— Non c’est moi repris Charles.

— Je dirais plutôt que ça devrait être moi vu que je vous ai fait profiter de Soan et Sevrin, rétorqua Louis.

N’arrivant pas à se départager, les trois princes se mirent tous les 3 à quatre pattes sur l’immense lit de Sasha et attendirent de savoir qui le soldat allait choisir. Et pour lui le choix n’était pas évident puisque les 3 paires de fesses qui s’exposaient devant lui semblaient toutes très accueillantes et étaient déjà toute souillées par le sperme.

Quand il sentit l’immense gland au contact de son anus, le jeune prince blond se sentit tressaillir. Et quand les mains puissantes du soldat l’attirèrent vers lui et l’embrochèrent sur sa bite, il ne put s’empêcher de hurler de douleur et de se mettre à pleurer. Mais très vite les larmes se dissipèrent et les cris de douleurs avaient laissés place aux gémissements, sous le regard admiratif de ses cousins jumeaux.

En effet, c’est Louis qui avait eu le privilège de connaitre en premier la puissance virile du colosse noir. Et ses fesses avaient bien eu du mal à accueillir cette immense bite qui le pilonnait maintenant sans ménagement. Puis ce fut au tour de Sasha qui, fidèle à sa nouvelle réputation, cria comme une putain sous les coups de bite ravageurs qu’il demandait sans relâche. Enfin ce fut au tour de Charles, qui mit beaucoup plus de temps à s’habituer à la taille monstrueuse qui lui remplissait son anus encore vierge il y a une heure.

Autant dire que dans cette espace très étroit le soldat ne put se contenir et se déversa en criant des obscénités qui auraient dû lui valoir la peine de mort. Les fesses imberbes de Charles ruisselaient du sperme que son trou ne pouvait avaler. Le jeune prince, complètement souillé, avait du mal à retrouver ses esprits.

Sasha qui se faisait sauvagement prendre par Louis, récolta de sa langue ce sperme qu’il aurait rêvé de recueillir lui-même. Cette longue nuit de débauche se termina dans les appartements de Charles, ou les 3 Princes épuisés se couchèrent l’un à côtés de l’autres, promettant un réveil très chaud.

À l’autre bout du château, Archimède venait de se réveiller trempé après un étrange rêve ou il venait de faire l’amour à son meilleur ami. Sa bite encore toute dure se retrouva entre ses mains et le garçon termina consciencieusement le travail en pensant à ce qu’il aurait bientôt entre les mains, entre la bouche et entre les fesses.

Un nouveau Tadwin venait de succomber…

A suivre

N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires/suggestions pour la suite