Les petits sexes

Drapeau-fr.svg Lettres Gay

LG1.jpg


Numéro 1

Texte d'archive:


Archivé de: Lettres Gay – Numéro 1
Date de parution originale: Juin 1985

Date de publication/archivage: 2015-01-19

Auteur: Olivier
Titre: Les petits sexes
Rubrique: Forum

Note: Le magazine Lettres Gay ayant disparu, nous archivons sur Gai-Éros des textes y ayant été publiés au fil des ans, à titre d'archive, notre but premier étant que la littérature homo-érotique se préserve au fil du temps. Si vous êtes l'auteur de ce texte ou si vous détenez des droits légaux sur ce texte, veuillez communiquer avec nous sans délais.

Ce texte a été lu 6583 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)


Ce texte n'aurait pas été présenté en temps normal sur Gai-Éros à cause du contenu. Cependant, il vous est présenté en tant qu'archive complète du magazine no 1 de Lettres Gay.

Étant homosexuel, je lis toujours avec intérêt les témoignages d’autres homosexuels, peut-être pour essayer d’y voir plus clair et de me comprendre. Il y a cependant dans la plupart des récits gays un fantasme permanent que je ne partage pas du tout. C’est celui des grosses queues qui semblent tellement exciter mes amis.

En effet, pour moi la taille importe peu. La forme, le fuselage, la résistance, l’odeur, la couleur sont des critères plus déterminants pour mon excitation. La taille proprement dite est aussi importante mais je n’arrive pas à être excité par les membres énormes : je ne suis pas sado dans mes rapports et je trouve qu’il est plus agréable de sucer une petite queue qu’un pieu gigantesque qui n’arrive pas à trouver place dans ma bouche.

Heureusement pour moi, la plupart des garçons que je rencontre ont de petits sexes mignons et suffisants en tout cas pour me faire jouir pleinement. Parfois, en les caressant, je rêve que le sexe tendu que je suis en train de lécher est en fait celui d’un garçon beaucoup plus jeune, très jeune, qui hante mes souvenirs et que je n’arrive pas à oublier.

Olivier, 27 ans.